Paris, Tokyo, Naples : tour du monde des pique-niques

Oubliez les taboulés en barquette, les bouteilles de soda industriel et les chiffonnades de jambon sous vide : le pique-nique, pour Shirley Garrier et Mathieu Zouhairi, est une affaire sérieuse et approfondie hédoniste. Dix ans, ce duo voyageur documenté, sous la bannière The Social Food, ses escapades gourmandes autour du monde à travers de sublimes photos que font salive plus de 180 000 curieux sur Instagram. « Ça a commencé lors de notre premier voyage à Venise, il y a dix ans, se souvient Shirley. On était petit budget car encore étudiants, et on s’est offert quelques langoustines crues incroyables dans un super cher restaurant. Le lendemain, au marché, on a vu les mêmes langoustines, plus fraîches encore, qu’on pouvait acheter au kilo à un prix dérisoire. On a juste acheté du sel, du poivre, de l’huile d’olive dans une épicerie voisine et on s’est j’ai envoyé un kilo de langoustines crues devant le marché. » Par la suite, le pique-nique devient un rituel qui se perfectionne par un voyage après l’autre et s’impose comme le meilleur moyen de s’approprier une destination : « La première a choisi que l’on fait lorsque l’on visite une ville, c’est le marché. Pour prendre la température, rencontrer les habitants et voir les produits, tous différents d’une ville à l’autre. C’est comme ça que l’on capte ce qu’il faut manger sur place. » Shirley fait ses recherches avant le départ. Elle évite Instagram et les blogs, préfère Google Maps, utilise plus d’esthétisme, est plus neutre et populaire : « Vous savez d’un coup d’œil de Séoul si vous êtes un rendez-vous local ou si vous êtes un piège à touristes. » Sur place, équipés du bon matériel, ils improvisent, privilégient les aliments les plus frais, de saison, ceux qui sont produits dans la région : une certaine idée du voyage, vécue comme un retour à l’essentiel. Auteur d’une jolie fiche recette, le duo rédige actuellement un deuxième ouvrage qui paraîtra aux éditions Rizzoli en octobre. D’ici là, ils se partagent avec nous les secrets de leurs meilleurs pique-niques autour du monde.

Lire aussi >> Ces spécialités emblématiques de street food à tester absolument en voyage

Pique-nique à Paris

Au menu, de grands espaces, une cuisine de saison, des amis : ici, Sho Miyashita, le chef du restaurant Haikara, à Paris. ©La nourriture sociale

« On aime aller au parc des Buttes-Chaumont, qui est le seul lieu assez grand pour nous rappeler les immenses espaces de chez nous, dans le Sud. C’est là que l’on se donne rendez-vous avec nos amis, qui sont presque tous chefs, pour de grands pique-niques où tout le monde prépare quelque chose. Mais on apprécie aussi le square du Temple et la place des Vosges, dans le Marais, entourés d’immeubles magnifiques. À force de vivre à Paris, sur une tendance à oublier à quel point c’est beau ! Quand on vient tôt, qu’il n’y a personne, c’est sublime. Pour le pique-nique, on cuisine des recettes à des produits de nos fournisseurs préférés comme Terroirs d’Avenir. Mathieu prépare les bouteilles de cocktails qu’il rafraîchit avec des sachets de glaçons achetés chez Picard. Sur le chemin, on s’arrête aussi au marché le plus proche du spot où on va pique-niquer, par exemple le marché de Belleville, pour compléter le menu avec des olives, des tapenades, ce que l’on trouve sur place. »

Artichauts à la menthe

image00002

Ingrédients (pour 2 personnes)

8 Artichauts Violettes

50 ml de vin blanc

6 gousses d’ail

1/2 bouquet de thym

1 bouquet de menthe

1 citron jaune

huile d’olive sel, poivre

Faites chauffer à petit bouillon 2 l d’eau, le vin, le poivre, l’ail, le thym et le sel pendant 30 mn. Tournez les artichauts et citronnez-les. Ajoutez-les dans l’eau avec le citron et faites-les cuire 8 mn à petit bouillon, puis coupez le feu. ajoutez la menthe et laissez refroidir. Coupez les artichauts en quatre avant de servir et assaisonnez avec un filet d’huile d’olive.

Pique-nique à Tokyo

07CD51D4-8A42-4DFB-B460-E1EA9F5E28DE

Lâchez les légendaires bassins d’eau du parc d’Ueno, à Tokyo. ©La nourriture sociale

« D’une grande passion pour le Japon, ou le voyage après deux ans. C’est tout ce que l’on aime en termes de produits, et notamment de fruits de mer et de crustacés, qui nous évoquent Perpignan, notre ville natale. En général, on s’arrange pour choisir le vol que provoque le plus gros décalage horaire : cela nous force à nous lever à 4 ou 5 heures du matin pour aller manger un gros bol de sashimi au marché aux poissons de Tokyo. À cette heure-ci, il y a une énergie folle : une atmosphère authentique, les pêcheurs qui hurlent, les enchères au thon, et très peu de touristes. Chaque recul du marché est ultra-photogénique, la fraîcheur et la variété des produits sont incomparables : c’est le meilleur endroit pour trouver du poisson. Lorsqu’on est à Paris et que l’on veut préparer un pique-nique japonais, on achète nos produits nippons au supermarché Kioko ou sur la boutique en ligne Umami Paris. »

Poisson Cru Temaki

DD66053B-3E32-4BEB-8F8A-5F599D21BA80

Ingrédients (pour 2 personnes)

300 g de riz blanc japonais

390 ml d’eau filtrée

70 ml de vinaigre de riz

300 g de poisson blanc en filet

1 cochon d’inde avec soupe aux graines de sésame

1 gousse d’ail noir

3 factures Ciboule soupe ciselée

10 feuilles d’algue nori

10 feuilles de shiso

5 crevettes (facultatif)

4 factures à soupe sauce soja

1 cochon d’inde au café wasabi

2 pruneaux umeboshi (facultatif)

1 clémentine

Lavez le riz trois fois à l’eau froide et mettez-le dans une casserole. Faites-le cuire dans l’eau filtrée. Laissez reposer 15 min. Versez le vinaigre sur le riz chaud et aérez-le avec une spatule pour le refroidir. Découpez le poisson en sashimi. Dans une poêle chauffée à sec, torréfiez les grains de sésame. Taillez l’ail noir en rondelles, ciselez la ciboule. Prenez une feuille d’algue nori, ajoutez un peu de riz, une feuille de shiso et dépossèdez du sashimi de poisson et/ou une crevette. Ajoutez les assaisonnements de votre choix. Roulez la feuille d’algue nori comme un taco et trempez-la dans la sauce soja.

Pique-nique à Naples

7EBEC25B-E885-4C1E-AA4A-C8E492CF17EA

À Naples, face aux bateaux, la cuisine de marché dans son plus simple appareil. ©La nourriture sociale

« On va souvent en Italie, où l’on trouve de beaux produits travaillés très simplement. Nous adorons l’énergie de Naples, le côté gueulard de ses habitants, les scooters que déboulent à fond dans les rues. Le marché historique de Pignasecca est l’endroit idéal pour prendre les poules de la ville dès 7 heures. Nous et achetons du poisson, des fruits de mer et aussi quelques légumes préparés, comme les artichauts rôtis à l’ail, même si des charcuteries locales dans des salumerias. Nous avons toujours dans notre sac un nécessaire à pique-nique que se compose souvent d’une fiole d’huile d’olive, de sel, de poivre, d’un couteau pliant, d’une fourchette, de feuilles de papier sulfurisé et d’un citron Avec ça, on peut manger à peu près tout ce que l’on trouve au marché. Nous avons l’habitude de pique-niquer face aux bateaux à la Lungomare Santa Lucia. C’est calme, il y a des pêcheurs et peu de monde. »

Tonique américain

image00003

Ingrédients (pour 1 cocktail)

2 cl de campari

2 cl de vermouth rouge

1 bouteille de tonique

1/2 tranche d’orange

1 brin de romaine

Dans un verre, versez le campari, le vermouth rouge et complétez avec des glaçons jusqu’en haut du verre. Allongez avec du tonic et mélangez. Ajouter l’orange et le romarin.

Leave a Comment