Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

Jeu de nouvelles Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

Lundi 2 mai, Square Enix a annoncé le transfert d’Eidos et de Crystal Dynamics pour 300 millions de dollars à Embracer Group. Une fois la surprise passée et les réactions des internautes qui rebondissent, cette décision est-elle une bonne nouvelle pour l’éditeur japonais ?

Sommaire

  • Cloud, IA, blockchain : les nouveaux chantiers de Square Enix
  • Une vente pour des raisons administratives ?

Lorsque Square Enix achète Eidos en 2009, la société a récemment acquis Crystal Dynamics et IO Interactive. Après plus d’une décennie à tenter de se frayer une place dans le monde concurrentiel des jeux AAA révélés, l’éditeur japonais décide enfin d’arrêter les frais et de revendre les studios qui lui retentaprès IO Interactive ait pris sont indépendants en 2017. Si beaucoup se sont émus du montant de cette transaction, 300 millions de dollars pour trois studios que présentent 1100 salaires et un catalogue de plus 50 licences, d’autres ont fait part de leur incompréhension vis -à-vis de la logique derrière ce mouvement financier, n’hésitant pas à dire que le groupe a baissé les bras trop tôt.

Cloud, IA, blockchain : les nouveaux chantiers de Square Enix

Yasuke Matsuda, actuel PDG de Square Enix

Pour justifier cette vente, Square Enix explique dans l’annonce que le montant de la transaction servira à investir dans l’intelligence artificielle (IA), le cloud aussi dans la blockchain. Une déclaration peu étonnante lorsqu’on se souvient des vœux de bonne année pour 2022 du président de Square Enix, Yosuke Matsuda, dans laquelle il avait justement indiqué que le groupe cherchait à se développer dans ses secteurs. Des propos qui avaient fait des controverses puisque ce dernier avait fait une distinction entre les joueurs qui “jouent pour s’amuser” et ceux qui “jouent pour contribuer”. Par cette seconde formule, le président de Square Enix précise que la conception des utilitaires qui investissent dans un jeu pour “le rendre plus passionnant” et qui peut recevoir “un avantage tangible pour leurs efforts créatifs” grâce à des jetons basés sur la blockchain, c’est ‘est-à-dire… les NFT. Jouer pour gagner de l’argent donc.

Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

Si Square Enix est avare en matière d’intelligence artificielle, de cloud et de blockchain, il semble également que l’entreprise ait déjà identifié en mai 2020 que trois technologies sont détenues par de potentiels leviers de croissance., au point de pousser à la création de la filiale Square Enix AI & Arts Alchemy au printemps 2020, spécialisée dans l’IA comme on les appelle. En ce qui concerne le Cloud, on sait que Square Enix a utilisé cette technologie pour de nombreux jeux sur Switch dont Les Gardiens de la Galaxie, également pour la franchise Kingdom Hearts. Un choix qu’en a perturbé plus d’une voiture si on peut comprendre que la console hybride de Nintendo n’a pas de ressources pour faire tourner Kingdom Hearts III, on a du mal à imaginer que des titres comme Kingdom Hearts, Kingdom Hearts II sortis sur PS2 ou Kingdom Hearts : Birth by Sleep sur PSP et ne seront pas capables de défiler nativement sur Switch. D’ailleurs, si le résultat de ces derniers est correct en cloud, difficile d’en dire autant pour le troisième épisode de KH que souffre d’une trop forte compréhension d’après Fonderie numérique.

Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

Face aux réactions des joueurs sur les réseaux sociaux concernant les NFT, il est étonnant de voir Square Enix poursuivi dans cette direction. Pourtant, de nombreux studios ont déjà reculé sur ce point, à l’image de Team 17 (la série Worms), GSC Game World (STALKER 2 : The Heart of Chornobyl) et surtout d’Ubisoft avec sa platformeforme Quartz qui n’a pas réussi à conquérir le coeur du public. Pourtant, certains des gros jeux de l’éditeur déjà bien installés ont annoncé qu’ils ne proposaient pas de jetons non fongibles. C’est notamment le cas de Final Fantasy XIV, le MMORPG phare du groupe qui représente l’une des principales sources de revenus grâce aux abonnements mensuels.

Une vente pour des raisons administratives ?

Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

Yoichi Wada, PDG de Square Enix de 2000 à 2013

Outre les raisons officielles détaillées de Square Enix dans son communiqué, un acteur inattendu a pris la parole ces derniers jours pour évoquer une autre cause qui aurait pu pousser à cette vente. Pour le coup, il s’agit d’une source très bien renseignée puisqu’il s’agit de Yoichi Wada, ancien PDG de Square Enix entre 2000 et 2013 qui fut important pour l’acquisition d’Eidos en 2009, plus qu’aussi quitté l ‘entreprise suite aux ventes décevantes de Tomb Raider (2013). Ainsi, sud son compte Facebookil a expliqué qu’il n’avait pas compris la manœuvre derrière cette transaction, que Ce n’est pas intéressant d’un point de vue financier, c’est vraiment si ce n’est pour la réduction des dépenses dans les systèmes administratifs et de production qui ont explosé ces sept, huit dernières années.

Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

À la lumière des informations, la vente d’Eidos, Crystal Dynamics et Square Enix Montréal chez Embracer Group devient beaucoup plus claire. Avec une masse de plus de 1 100 salariés et plus de 1 000 salariés, force est de constater que l’ensemble représente un chiffre important, surtout pour une entreprise qui compte au total 5 500 salariés. En plus de ces structures, il porte un nom qui correspond à dépenser de l’argent sur Square Enix, surtout pour des projets qui n’ont pas toujours été satisfaisants au niveau des ventes au cours de la dernière décennie. Pour ces raisons, on comprend mieux pourquoi l’éditeur japonais a voulu separer de ses structures et de ses licences pour un montant si peu élevé en apparence, 300 millions de dollars.

Square Enix a vendu Eidos et Crystal Dynamics, est-ce une bonne nouvelle ?

A côté d’entités également importantes en termes de masse salariale, le commercial d’un jeu AAA pèse encore plus lourd dans les résultats de l’éditeur. Pour cette raison, Square Enix a de plus en plus l’habitude ces derniers temps de développer des titres en externe ou de co-developper avec un autre studio pour minimiser les pertes en cas de mauvaises ventes. TRIANGLE STRATEGY, Babylon’s Fall, Stranger of Paradise Final Fantasy Origin, Valkyrie Elysium, Star Ocean : The Divine Force… les exemples sont légion cette année. Même ainsi, en cas de mauvaise réception commerciale, les impacts sur les finances du groupe sont des plus importants avec la majorité de ces titres bénéficiant d’un budget d’un jeune AA, soit plus de cinquante millions de dollars. Enfin, il existe des projets majeurs qui servent de porte-étendards tels que Final Fantasy XVI, Forspoken, Final Fantasy VII Remake Part 2, Dragon Quest XII ou encore Kingdom Hearts IV sont développés sur internet par les différentes branches appelées Creative Business Unit. des jeux mobiles, principale source de revenus de l’éditeur, ces derniers sont aussi bien produits au sein de l’entreprise par des studios externes.

Fort du succès d’Eidos, de Crystal Dynamics et de Square Enix Montréal, Square Enix a profité du montant des ventes pour continuer à investir dans des secteurs potentiellement porteurs en matière de cloud, d’intelligence artificielle et de blockchain. De plus, cette transaction semble aussi avoir été motivée par une volonté d’atténuer les coûts de productions qu’ont explosés ces dernières années et sont devenus difficiles à payer à force de chiffres de ventes pas toujours satisfaisants. Enfin, parmi ces investissements dans les nouvelles technologies, Square Enix semble se concentrer sur le Japon à travers trois grands types de productions : les jeunes AAA développés sur internet à partir des licences fortes qui servent portes-étendards, de titres au budget AA réalisés en externe pour minimiser les pertes et des jeux mobiles Pensée pour une rentabilité maximale que s’appuie aussi bien sur ses franchises de jeux vidéo que de manga. Désormais, il ne nous reste plus qu’à attendre que Final Fantasy XVI montre le bout de son nez, et si les rumeurs de rachat par Sony sont finalement avérées.

À propos de Final Fantasy XVI

Profil de TheXsable, Jeuxvideo.com

Paire L’XsableJournaliste jeuxvideo.com

Leave a Comment