Aveyron : le PDG de la société SNAM à Viviez, Eric Nottez, révoqué par le conseil d’administration

l’essentiel
PDG après 2007 de la société SNAM de Viviez, spécialisée dans le recyclage des batteries, Eric Nottez a été révoqué lundi 2 mai. Dès lors, les inquiétudes se font jour dans le Bassin decazevillois sur la poursuite du projet Phénix que prévoit près de 600 embauches sur 5 à 6 ans.

C’est une véritable déflagration dans le monde économique du Bassin et Aveyronnais : lundi 2 mai, Éric Nottez à cette minorité lors du conseil d’administration de la société SNAM de Viviez, que l’a révoqué avec effet immédiat de son poste de PDG qu ‘il occupait depuis 2007.
Dans la foulée, Eric Nottez a démissionné de son poste de président de l’association Ouest Aveyron Entreprises, réunion des chefs d’entreprise.
«Je ne suis pas révoqué parce que j’aurai commis une erreur ou abused pouvoirs ou servi sur la bête ; Plus nous paraît plus qu’improbable dans certains des accords entre les actionnaires et le moi sur la poursuite des projets. Il y a toujours des aspects discutables sur des échelonnements de dépenses mais il y a des aspects que j’ai refusé de faire par exemple que l’on arrête le projet Phénix parce qu’il ne serait pas assez rapidement rentable. Quand tous les éléments sont favorables, je refuse qu’ils se réfèrent à la cause de l’essence du projet. J’ai été révoqué pour mésentente, impossibilité de concilier les points de vue et refus d’obtempérer. Des questions se sont posées de faire le projet Phénix avec tout ce qui était prévu ; il a déjà des questions de rentabilité immédiate », indique Eric Nottez que nous pouvons vous recontacter.

des questions

En réaction à la nomination du successeur au poste de président du SNAM, un directeur général allemand portant ce nom : Cornélius Fink, qui nous a en vain tenté de joindre hier.
Des inquiétudes ont été exprimées sur la stratégie du SNAM notée concernant le projet Phénix (recyclage des piles) qui prévoyait l’embauche de 600 personnes dans les 5 à 6 ans à venir. Le dénonciateur d’affaires est actuellement de 600 000 € pour un effet de 25 personnes ; 12 autres personnes sont en cour de recrutement après une formation (lire ci-dessous).
« Le chiffre d’affaires de Phénix doit doubler chaque année ; de 600 000 € à 1,2 M€ à 2,5 M€ », souligne Eric Nottez,.
Le projet Phénix va-t-il se poursuivre et dans quelle ampleur ? Sur le territoire du Bassin ou une autre localisation ? Le plan d’embauche et ses partenariats avec Pôle emploi, l’AFPA sera-t-il revu ? Un entretien du centre de formation ? Le plan d’investissement (près de 15 millions ont déjà été investis sur SNAM et Phénix ; et 15 autres millions sont prévus) va-t-il se poursuivre ? Autant de questions qui se posent.

Réactions

François Marty (maire de Decazeville, président de la communauté Decazeville) : « Je suis abasourdi par ce départ d’Eric Nottez qui est un remarquable capitaine d’industrie. Il portait tous les pairs de développement à la fois de la SNAM et du projet Phénix.
Jean-Louis Denoit (Maire de Viviez) : “C’est avec grande surprise que nous avons appris la mise à l’écart d’Eric Nottez qui après 15 ans porte le SNAM à bout de bras avec des projets de développement intéressants pour le territoire.
C’est la stupéfaction et l’incompréhension. Cette révocation ne veut toutefois pas dire l’arrêt du projet Phénix.

Christian Tieulié (conseiller départemental du Lot et Dourdou) : « Mon inquiétude après l’agrément du directeur général de la SNAM est que la stratégie de la Floridienne son actionnaire n’est pas en phase avec le projet que défend Eric Nottez d’implantation et de développement du site Viviez-Decazeville. Les prochains jours nous apporteront certainement la réponse ».

Groupe SNAM en 2021 : 175 personnes, 31,7 millions d’euros de chiffre d’affaires (+42%) et la médaille d’ARGENT de nouveau obtenue

Vendredi dernier, le groupe SAM a livré ses chiffres clés pour 2021 : « En 2021, le Groupe a vu son chiffre d’affaires global fortement augmenter (+42%), pour atteindre 31,7 millions d’euros. Toutes les entités que le composant sont rentables et voient leur activité progresser. Suite au plan environnemental, le Groupe a obtenu, pour la 2ème année consécutive, la médaille d’ARGENT du programme Ecovadis de RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) et sa certification ISO14001 renouvelée. Les performances des rejets (air/eau) issus du traitement ont encore rejeté par tonne de déchets traités en 2021, meilleur niveau européen audité. Grâce aux salariés, à leurs compétences et à leur discipline, les performances en matière de santé et de protection des salariés surpassent le meilleur niveau des industries françaises toutes catégories confondues. Le Groupe a ouvert son capital à de nouveaux investisseurs; de nouveaux entrants allemands ont investi 10 millions d’euros. Ce montant pourra être augmenté jusqu’à 14 millions d’euros sur la base d’une valeur pré-money de 40 millions d’euros. SNAM Groupe ainsi fortement développé sont un ancrage local et un engagement concret pour les territoires qui l’accueillent, à travers de multiples partenariats. Il procède également du nombre de recrutements (ingénieurs, techniciens et opérateurs), portant l’effet actuel de 175 collaborateurs », souligne le groupe SNAM.

Phénix : 12 personnes impliquées dans le dossier d’une formation avec l’AFPA

Lors de la formation avec l’AFPA de Rodez au recyclage des batteries.
AFPA-DR

13 stagiaires au démarrage, un seul abandon. Sur les 12 stagiaires restants, 100% ont été récemment embauchés à l’issue de la formation dont quatre femmes dans la filière Phénix du groupe SNAM.
« Les formations Electromécanicien de Maintenance de Batteries, Option recyclage et Agent de refabrication et de recyclage de batteries d’accumulateurs ont pu être mises en place grâce à un partenariat entre l’ensemble des acteurs du territoire.
L’entreprise Phénix qui promeut la gêne, le Conseil Régional qui finance la formation et la rémunération des stagiaires, le Pôle-Emploi qui gère les recrutements Afpa, notamment la méthode MRS et le DEETS 12 », indique Serge Dreyer, responsable de l’AFPA de Rodez. Serge Dreyer rappelle que l’Afpa de Rodez a formé des demandeurs d’emploi en répondant aux besoins des entreprises, notamment dans le secteur du recyclage et de l’écomobilité.
« Une prochaine session est prévue le 27 juin. Le recrutement est en cours. Passé des prérequis particuliers, plus d’aptitudes qui ont été évaluées par MRS, une méthode de recrutement par simulation développée par Pôle emploi. Cette méthode consiste à s’adresser autrement au recrutement en concentrant
exclusivement sur les compétences des candidats, sans effectuer de présélection basée sur les compétences issues de l’expérience ou des diplômes », précise Serge Dreyer.

Leave a Comment