A l’Une : l’investiture du président de la République à Paris

J’ai publié :

Après De Gaulle, Mitterrand et Chirac, Emmanuel Macron est devenu le quatrième chef de l’État de la cinquième République à être réélu.

Pour marquer le coup d’envoi de son second mandat, le président français va faire dans le dépouillé. « Passé le tapis rouge, passé l’envolée des Champs-Élysées et passé le grand discours à l’Hôtel de Ville (…) Une investiture », souligne Le Figaro. Ce qui conduira le journal à poursuivre si Emmanuel Macron » vivez une cérémonie des adieux ou chantez un chant du départ. Adieux au quinquennat qui s’achève ou départ du quinquennat qui commence ? ».

Comme le souligne et l’anticipe ce quotidien, pour Emmanuel Macron, « en 2017, un clair avait projeté permis un coup d’envoi clair aussi. En 2022, le danger sera qu’une campagne flottante plus conduise à une présidence flottante. Après le discours bâclé de la tour Eiffel, le président réélu doit aux Français un discours inspiré », prescrit Le Figaro.

Un président réélu, plus toujours pas de Premier ministre choisi pour remplacer Jean Castex

Et pour le journal l’opinion, pas de doute, le président réélu « mauvais cache (…) ce sont des hésitations. D’autant qu’il a essuyé quelques refus depuis quelques jours », once quotidien, citant notamment l’exemple de Véronique Bédague, directrice générale du groupe immobilier Nexity, qui « également décliné » l’offre du poste de Premier ministre.

L’actuel gouvernement reste pour l’heure, les Français se prononcent sur le profil du futur Premier ministre qui ambitionne de porter le nom de Jean Castex. Le portrait-robot conçu pour une sonde Odoxa pour Le Figaro indiquent que 21 % des Français préfèrent notamment que ce soit une femme, 40 % qu’il ou elle ait une sensibilité écologiste, 21 % qu’il ou elle soit issu(e) de la gauche, 30 % qu’il ou elle ait moins de 50 ans et 43% qu’il s’agisse d’un ou d’une elu(e) de terrain « créatif et sincère ».

À gauche, au lendemain de la création de l’Union populaire, écologique et sociale, la hache de guerre est toujours déterrée chez les socialistes

Elle n’est pas encore sèche, l’encre de cette alliance de gauche que déjà, la députée socialiste Carole Delga rue dans les brancards.

Dans un entretien au journal Le Parisienle président de la région Occitanie (sud de la France), dit vouloir, sous quinzaine, réunir « Les militants qui ont refusé la liquidation du Parti socialiste » et voit dans cette alliance une « répartition des places entre copains », en vue des élections législatives du mois prochain.

Législatives, juste. Avec quelques candidatures que se profilent dans trois des douze circonscriptions des Français de l’étranger

les quotidiens libération et L’opinionnotamment, en soulevant le voile dans les 8e, 9e et 10e circonscriptions.

Ainsi, dans la 8e (Europe du Sud, Turquie et Israël), le député sortant Meyer Habib « pourrait être défié » par l’ancien journaliste Pierre Sled, noté l’Opinion; dans la 9e (Maghreb et Afrique de l’Ouest), M’jid el Guerrab « n’est pas sûr d’obtenir l’investiture » du pari Renaissance (nouveau nom de La République en marche), énonce avec audace ce quotidien, en évoquant la procédure en cours devant le tribunal correctionnel, où ce député sortant a comparu pour « violence volontaire », comme le rappelle sans façon le site de Libération…

… Pour ladite investiture macroniste dans cette 9e circonscription, libéré manger L’opinion Citent le nom de la journaliste Zineb El Rhazoui et celui de la députée sortante Amélia Lakrafi dans la 10e circonscription (Afrique centrale, australe Liban et pays du Golfe).

.

Leave a Comment