A Sens, le conservatoire national des arts et métiers vient développer l’offre d’enseignement supérieur

Jeudi 5 mai 2022, à Sens, une convention tripartite a été signée. Elle autorise les nouveaux espoirs en matière d’enseignement supérieur. Une majeure avancée compte tenu du manque criant d’options actuellement à Sens, lorsqu’il s’agit de cursus post-bac.
C’est l’arrivée du Cnam, conservatoire national des arts et métiers, avec l’ouverture d’une première licence, qui vient en fait d’être officialisée. Grand établissement d’enseignement supérieur et de recherche français placé sous la tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur, le Cnam a été créé en 1794 pour promouvoir les sciences et techniques. Ces formations en alternance permettent désespérément de préparer un diplôme du bac au bac + 8. Après 2020, il peut même délivrer des diplômes d’ingénieur.

À Sens, le Cnam Bourgogne-Franche-Comté a décidé de créer un centre de formation à l’Amphi. Pour mémoire, cette structure du Département a été rachetée en mars 2021 par l’Agglomération. Une paire de 1,65 M€ qui s’est mobilisée après eux et les responsables chargés de la faire venir des partenaires proposant les formations.

Trois organismes laissés en action à l’Amphi

Rue Victor-Guichard, l’ex-IESY, un temps devenue une coquille vide, s’apprête aussi à retrouver de l’activité. Trois organismes et sont déjà en action depuis son rachat. Cet équipement accueille effectivement des élèves de l’EGC (école de gestion et de commerce) de Sens, de l’IFMS (institut de formation aux métiers de la santé) de Sens et de la CCI de l’Yonne (chambre de commerce et d’industrie).

La convention signée jeudi réunit le Cnam, la Communauté d’agglomération du Grand Sénonais et le lycée de Sens. Ils permettent le lancement de la licence Informatique générale “web et applications en réseaux” (Wear) à Sens pour la rentrée 2022. Cette formation sera Déployé sur le site de l’Amphi et au lycée.

« 30 à 40 % d’entre nous étudiants ont une éducation locale, commente Marie-Louise Fort, présidente LR de l’Agglo. Et nos entreprises ont besoin de main-d’œuvre diplômée. C’est pour cela que nous réussirons à faire du sénonais une terre d’enseignement supérieur. Cette première formation du Cnam sera ô combien stratégique pour le lycée de Sens.”

Avec plus de 3 000 euros, un établissement double (lycée professionnel Curie et lycée général technologique Janot) avait tout intérêt à favoriser le lancement de cette licence. Depuis le BTS proposé le 1er septembre, les BTS “systèmes numériques” sont directement concernés par la poursuite des études supérieures. La licence (Bac+3) constituera une option locale pour les lutins, certains professeurs seront sollicités pour dispenser les cours, et le lycée gagnera en attractivité.

Un objectif de huit à douze étudiants en septembre

Les trois acteurs de la convention ont pris un risque en lançant dès cette année, mais tardivement, cette licence. Car bon nombre d’élèves Bac+2 ont peut-être déjà fait leur choix pour une troisième année ailleurs.

Selon nos sources, il faudra au minimum huit étudiants pour cette licence L’usure se concrétise bien en septembre. Le maximum serait de douze elèves. Plus d’incertitude et malgré l’apparence de la pérennité de l’engagement du Cnam à Sens. « L’information est l’un des axes majeurs de développement actuel du Cnam », indique Christophe Decreuse, directeur de la division régionale. “Nous essaimons à Sens parce qu’on y découvre une vraie dynamique, une politique ambitieuse, et l’Amphi, un véritable creuset où nous allons créer un parcours de formation pour répondre de façon quasi chirurgicale aux besoins”, ajoute-t-il . “Nous avons voulu avancer rapidement. Cette licence n’est qu’une première pierre”, conclu-il, rassurant.

“Le bureau du Cnam sera situé à l’Amphi et permettra à toutes les personnes intéressées de suivre une formation d’accueile, informée, dirigée et accompagnée”, précise d’ailleurs l’organisme. Prometteur.

Licence “Wear”, informatique générale. La licence orientée Wear vise la conception, la mise en œuvre et l’administration d’une infrastructure technologique en respectant une démarche qualité, en tenant compte du contexte de l’entreprise, des attentes et besoins des utilisateurs et en veillant aux évolutions technologiques. Il permet une ouverture sur les applications de l’internet, du cloud et du projet web. Il consolide les acquis professionnels du Bac + 2 en recherche, systèmes et développement d’applications.

Emmanuel Gougeon
[email protected]

.

Leave a Comment