La France a révélé son sortilège celte lors de sa deuxième répétition

De notre courrier spécial à Turin (Italie)

Beaucoup de feu, des éclairages verts prédominants, un grand triskèle – un symbole celte propre aux druides – sur le sol… C’est un rite païen que livrera samedi prochain Alvan et Ahez en finale de l’ Eurovision avec leur chanson Fulenn. Et beaucoup sont prêts à communier avec eux, à en juger par les premières réactions glanées à l’issue de la deuxième répétition du quatuor breton, ce samedi matin. Les deux passages sur scène retransmis dans la salle de presse ont été vivement applaudis.

Comme prévu, la mise en scène réprimande celle que les téléspectateurs de France 2 ont découvert aux débuts de mars lors de la sélection tricolore C’est vous qui décidez. « C’était un défi de recréer cette atmosphère sur une scène beaucoup plus grande, et la France l’a réussi, salue l’Américaine Alesia Michelle qui couvre le concours pour sa chaîne YouTube. Les costumes sont beaux, la pyrotechnie apporte une touche supplémentaire. »

« Avec ces lumières magnifiques, on se sent vraiment dans une forêt celte, s’enthousiasme Farouk Valette, le rédacteur en chef de cocoricovision, le magazine français des fans du concours. L’arche en fond de scène qui pose tant de problèmes aux autres délégations est pleinement exploitée : c’est déjà une couleur flamboyante, qui apporte un plus. »

« C’est chaotique, mais la chanson l’impose »

Côté réalisation, les mouvements de caméras sont soutenus : elles panotent parfois ou zoomement. Certains plans sont très courts, donnant à l’ensemble un rythme frénétique renforçant l’impression d’être emportés par un sortilège. « J’ai un peu peur que la production n’arrive pas à suivre ce que souhaite la délégation française », s’inquiète cependant Farouk Vallette.

« J’adore cette réalisation hyper rythmée, assure l’Italien Enrico Picciolo d’eurofestivalitalia.net. D’autres rédacteurs du site trouvent ça trop chaotique mais, pour moi, la chanson l’impose. »

“Parfois, le désordre est une bonne chose”, appuie William Lee Adams du site Wiwibloggs, estimant que c’est le cas ici. Il ajoute : « Le vert toxique de l’éclairage, est aussi un bon choix, cela met bien dans l’ambiance de la chanson qui parle d’une danse avec le diable, il ne faut pas que cela soit trop net et propre. »

« Leur prestation sera mémorable »

A noter de nombreux plans de rapprochement sur Alvan et son regard, soulignés d’un trait noir le rendant hypnotique. « Il accroche la caméra, affirme Farouk Vallette, et son clin d’œil à la fin va plaire. » Les Ahez ne sont pas en reste. “Ils ne sont pas bien engagés dans les mouvements et les déplacements et ils sont cohérents avec l’énergie que demande le morceau”, estime William Lee Adams.

Lors de la conférence de presse qui a suivi, la France a lancé un passage dans la première partie de la finale, celle que les superstitieux veulent fuer car ils redoutent que cela complique los chances de faire un bon résultat. “Mais si je ne les imagine pas pouvoir terminer le Top 5, je suis sûre qu’ils capteront l’attention du public et qu’au passage, leur performance sera mémorable”, a prédit Alesia Michelle. Plus qu’une semaine à attendre pour voir comment le charme breton opérera en finale de l’Eurovision…

Leave a Comment