Philips 55OLED936, le téléviseur qui frise le sans-faute

Lorsqu’à l’aube de l’écriture d’un test, on comb à se souvenir des défauts d’un produit, c’est généralement bon signe. Quand dans le cas d’un téléviseur, le seul, vague regret concernant sa télécommande, vous pouvez être sûr qu’il s’agit d’un écran de haute volée, de ceux qui finiront sans doute dans les sélections fin d’année . Trêve de suspens inutile, le Philips OLED936 est de cette trempe-là. Sur la base de modèles solides précédents, assortis de la correction de petits déficits récurrents et de l’abus de tous les avantages d’un processeur particulièrement performant, TP Vision est parvenu à proposer un téléviseur sans défauts.

Le dernier né des téléviseurs OLED de Philips intègre l’un des plus anciens LG, précisément celui qui inaugure la technologie Evo, qui équipe également le LG G1, l’un de nos téléviseurs préférés de 2021. L’autre particularité du modèle, c’est d’être équipé d’un ‘une barre de son signée Bower&Wilkins qui prend place directement sur le pied. Bref, en ce qui concerne les téléviseurs Philips, ce haut de gamme est équipé du système Ambilight qui fait la spécificité du constructeur.

Design : la barre de fils pour sublimer l’écran

Il est assez rare qu’un téléviseur présente un design qui le distingue de la mêlée. Il faut dire que le forma quelque chose a choisi de restrictif et qu’il est tout sauf évident de sortir de ce cadre. Philips propose un autre choix pour un écran rectangulaire de 55 pouces, certes, mais il l’accompagne d’une très jolie barre de son qui souligne ses traits et qui ajoute ce qu’il faut d’originalité à l’ensemble.

Dommage en revanche que Philips n’ait pas réussi à maîtriser davantage l’épaisseur de son téléviseur. Celle-ci n’est pas problématique, loin de là, mais le téléviseur demeure tout de même légèrement plus grand que la moyenne de sa catégorie.

Pour le reste, c’est, comme souvent, un travail de fabrication vraiment sérieux, avec un soin particulier accordé aux détails et une qualité perçue de tout premier plan. Notre seul regret concerne la nouvelle télécommande, très réussi d’un point de vue esthétique, mais que n’inspire pas vraiment la solidité.

Qualité d’image : gage de perfection

Bon, puisque la luminosité s’annonce officialisée, l’OLED Evo de l’an dernier reste que se fait de mieux en la matière (en attendant la dalle de 2022 bien sûr, et qui sait le QD -Samsung OLED). Encore faut-il savoir l’exploiter. Petits enfants, Panasonic et Sony font figure de référence, le plus souvent, ajoutent Philips en duo. En effet, sur cet OLED936, la marque néerlandaise est utilisée dans une prouesse sacrée en matière de qualité d’image.

Avec un Delta E mesuré à 1.76 (en rec709), le Philips OLED faisait tout simplement partie des meilleures notes de notre laboratoire puisqu’il n’est dépassé que par le LG G1 de l’an dernier, le QN95A de Samsung ou le Panasonic JZ2000. Pour rappel, en dessous de 3, l’œil humain est incapable de distinguer les nuances chromatiques. La température des couleurs est assez proche des 6500K de référence, mais plus importante encore, elle est stable.

Le pic lumineux est de 996 cd/m2, soit là encore une des valeurs les plus élevées de toutes nos mesures. D’autre part, j’ai abusé des noms provisoires, nous devons encore obtenir une mesure fiable aux angles de vision. Ceux-ci sont excellents, OLED oblige, mais notre test ne permet pas de quantifier leur valeur avec précision.

Quoi qu’il en soit, il y a l’Ambilight. Sur le présent plus le système d’éclairage Philips qui projette sur une extension de couleurs à l’écran. Qu’il procède à lui ou qu’il ne le fasse pas et selon attention, il ne demeurera pas moins qu’il s’agit d’une exclusivité de la marque et d’un facteur de fidélisation pour ses clients.

Android TV : la nouvelle référence ?

Nous sommes rapidement passés sur la partie OS du Philips OLED936. En la matière, l’OLED de TP Vision continue de donner les classiques du camion à Google et Android TV. C’est le même système que nos avions peuvent révéler les tests des téléviseurs Sony, TCL ou Xiaomi.

Bien qu’il ne s’agisse pas seulement de l’écosystème le plus complet du marché, mais celui que aussi celui qui propose le plus d’applications et une compatibilité sans faille avec les smartphones, tablettes ou même les ordinateurs (grâce à la fonction Chromecast ou Google Assistant ).

En preuve, Android TV n’est pas battu pour Tizen que sur la fluidité, mais même sur ce point, il apparaît comme l’un des OS les plus performants.

Philips joue fin le jeu (vidéo)

C’est peu dire que Philips a snobé le jeu vidéo par le passé. La marque de TP Vision après avoir découvert l’existence des consoles l’une des premières a décidé de réduire, bref, elles sont en décalage d’entrée et de proposer un port HDMI 2.1. Avec l’OLED936, l’erreur est définitivement pardonnée. Certes, l’input lag que j’ai mesuré pour notre travail est de 21 ms, le temps des OLED que nous avons déjà testé est de 16,36 ms. Les chiffres ne mentent pas, mais ce serait oublier à quel point Philips reviendra de loin. Il s’agit dans tous les cas d’un domaine dans lequel il peut encore progresser.

Pour le reste, nous passons d’un à deux ports HDMI 2.1, quanta au support de l’ALLN et du VRR, ils sont tous les deux assurés. L’OLED936 est autorisé comme l’un des gourmands du secteur à annoncer une compatibilité G-Sync (parfois on vous souhaiteriez de faire votre moniteur pour jouer sur PC) et aussi Free Sync. Bref, d’une manière générale, la qualité d’image en mode vidéo ne souffre d’aucun défaut.

Audio : Bower&Wilkins, fait la différence

La barre B&W 3.1.2 équipée de l’OLED936 est assurément l’une des majestés de la télévision. Celle-ci est composée de plusieurs haut-parleurs de 10W ainsi que d’un haut-parleur de 20W dédié aux basses auxiliaires et d’autres haut-parleurs de 12,5W en sens inverse pour assurer l’effet Dolby Atmos. A l’extérieur, la partie chromée correspond à un « tweeter on top », signe distinctif de Bower&Wilkins, encore plus sur le plan esthétique que sur l’acoustique.

Mais une belle fiche technique n’est pas toujours synonyme de qualité audio. C’est le cas sur le téléviseur Philips qui offre des performances irréprochables et qui est également intéressant au niveau audio pour la musique qui balaie le son du téléviseur. Seule légère ombre au tableau, le rendu Dolby Atmos que, même s’il reste honorable, n’a pas grand-chose à voir avec ce qui propose certaines barres de son. Sur ce point, no televiseur n’a réussi à trouver grace à nos yeux. Certes, le Panasonic JZ2000 se rapporte doucement aux normes respectées, mais aussi à cause du Dolby Atmos, la partie audio d’un téléviseur semble toujours limitée.

Leave a Comment