Test du Samsung Galaxy A33 5G : un smartphone abordable et polyvalent

Sur le papier, le Galaxy A33 5G a une configuration similaire à la cellule du modèle 2021. Au dos, on retrouve un quadruple capteur photo composé d’un objectif grand angle de 48 mégapixels, sans objectif de vue à f/1.8, un ultra grand-angle de 8 Mpx (f/2.2), un module macro de 5 Mpx (f/2.4) et un capteur de profondeur de 2 Mpx (f/2.4). Ceci étant, le traitement effectué par Samsung est nettement plus efficace sur ce modèle.

Nous l’avons comparé au Realme 9 Pro+, actuellement l’un des meilleurs photophones du segment tarifaire.

Module principal : 48 Mpx, f/1.8, éq. 26mm

Le module principal de 48 Mpx capture les clichés en 12 Mpx par défaut. Comme sur la majorité des autres smartphones, il bénéficie de la technologie du regroupement de pixels Qui permet de fusionner quatre pixels de manière à capter l’avantage de la lumière quand celle-ci vient à manquer.

Realme 9 Pro+ (12,5 Mpx, équ. 26 mm, f/1,8, ISO 157, 1/50 s)
Samsung Galaxy A33 5G (12 Mpx, équ. 26 mm, f/1.8, ISO 40, 1/50 s)

Aujourd’hui, le Galaxy A33 5G est un cliché de bonne facture. Le traitement fabriqué à Samsung il est facilement reconnaissable, notamment grâce à des couleurs toujours saturées (comme on peut le confirmer sur les mires) et un contraste appuyé. Cela permet néanmoins de profiter d’une photo bien lisible et nette. Le Realme 9 Pro+ propose une revue plus détaillée et permet, par exemple, d’observer les aspérités sur la couverture du livre ou de la lettre. La colorimétrie est plus juste et octroie une teinte plus naturelle à l’ensemble, mais Samsung n’a pas non plus à rougir face à son (très bon) adversaire.

Realme 9 Pro+ (12,5 Mpx, équ. 26 mm, f/1,8, ISO 7600, 1/15 s)
Samsung Galaxy A33 5G (12 Mpx, équ. 26 mm, f/1.8, ISO 1000, 1/10 s)

Les choses se compliquent forcement dans l’obscurité. Sur une scène faiblement exposée, le lissage numérique du Galaxy A33 5G fait chuter le niveau de détails. L’ensemble perd donc en lisibilité. Le Realme 9 Pro+ affiche certes plus de bruit, mais le rendu est bien meilleur. On comprend notamment d’un piqué plus poussé qui autorise des prises de vue assez précises, même en cas de basse lumière.

Mode 48 Mpx

Il est toujours possible de forcer la définition complète pour un règlement. Nous avons donc comparé les clichés en 12 Mpx avec ceux en 48 Mpx en isolant une zone de taille identique sur les deux. Vous pouvez également confirmer la différence de définition.

Samsung Galaxy A33 5G (48 Mpx, équ. 26 mm, f/1.8, ISO 40, 1/50 s)
Samsung Galaxy A33 5G (12 Mpx, équ. 26 mm, f/1.8, ISO 40, 1/50 s)

Samsung Galaxy A33 5G (48 Mpx, équ. 26 mm, f/1.8, ISO 1000, 1/10 s)
Samsung Galaxy A33 5G (12 Mpx, équ. 26 mm, f/1.8, ISO 1000, 1/10 s)

De jour, ce mode se révèle vraiment intéressant. Sans augmenter considérablement la capture, il permet de bénéficier d’un niveau de détail plus élevé et attribue un trait plus naturel que le mode standard. Dans l’obscurité, le lissage numérique est en vanche beaucoup plus visible et ne permet pas de profiter d’un cliché foncièrement meilleur. Sur réserve donc ce mode à des prises de vue dans des environnements lumineux.

Module ultra grand-angle : 8 Mpx, f/2.2, 123°

Realme 9 Pro+ (f/2.3, ISO 155, 1/50s)
Samsung Galaxy A33 5G (f/2.2, ISO 80, 1/50s)

Le module ultra grand-angle n’est pas créé par surprise. De jour, la scène est surexposée et manque de netteté, mais reste exploitable. Le niveau de détail est le loin d’être optimal, mais c’est aussi le cas du Realme 9 Pro+. Ce dernier propose un rendu plus contrasté et saturé, mais nous sommes loin des performances du capteur principal.

Realme 9 Pro+ (f/2.3, ISO 8626, 1/20s)
Samsung Galaxy A33 5G (f/2.2, ISO 1000, 1/8s)

De nuit, aucun deux smartphones ne parvient à tirer sont épingle du jeu. Le bruit numérique envahit l’image et les prises de vue sont quasiment inexploitables. La capture est tout de même bien plus rapide sur le Realme 9 Pro+.

Module avant et vidéo

Au départ, au dos des trois bons capteurs 32 Mpx du Galaxy A53, plus un module 13 Mpx sans objectif à f/2.2. Les clichés sont cependant assez réussis et profitent d’un bon piqué, à condition d’être bien exposés.

Le grand-angle est capable de filmer juste en 4K à 30 i/s, et en Full HD juste à 60 i/s. Nous vous recommandons d’ailleurs ce dernier. Le rendi est plutôt correct malgré des difficultés à gérer les hautes lumières. Attention donc aux contre-jours.

Leave a Comment