Test Einhell Freelexo 1200 LCD BT : un robot muet connecté à une batterie amovible aussi endurante que sensible

Egalement relié au sol, le robot tondeuse Freelexo 1200 LCD BT ne garde pas un mode de fonctionnement basique, il se décale aléatoirement sur les cheveux et change de direction lorsqu’il rencontre un obstacle. La méthode peut paraître archaïque, d’autant plus si on la compare aux déplacements intelligents des aspirateurs-robots, mais elle a fait ses preuves et correspond bien à une tondeuse.

On diminue en effet les risques de voir apparaître des traces de passage sur la pelouse. Et par expérience, nous pouvons affirmer que cela n’empêche nullement le robot de tonte de parcourir toute la surface. Simplement, cela lui prend plus de temps, ce qui s’avère moins dérangeant dans la mesure où son bruit de fonctionnement est faible et que l’on ne passe normalement pas autant de temps sur sa pelouse que dans son logement. Ceci étant, on peut évidemment arrêter la tondeuse à n’importe quel instant, du moment qu’elle peut tondre assez longtemps pendant notre absence.

Un robot est par ailleurs conçu pour tondre tous les jours afin d’assurer un résultat régulier, sans différence avec la hauteur d’herbe visible d’un endroit à l’autre de la pelouse. Bien que nos restrictions aient convaincu que l’avenir des robots robots passera aussi pour une navigation méthodique plus intelligente — ne serait-ce que pour une raison d’économie d’énergie —, force est de ver qu’un mode de tonte aléatoire peut assurer de bons résultats .

Encore faut-il que le robot soit assez rusé pour se sortir de situations compliquées : zones exiguës, passages étroits, creux et bosses sont autant de pièges que seuls des algorithmes bien conçus peuvent gérer efficacement pour ne pas se retrouver avec une tondeuse sans cesser de bloquer ou qui passe trop de temps dans certaines zones. Dans le cas présent, c’est justement ce qui pèche avec cette Freelexo qui s’est maintes fois retrouvée prise dans une nasse sur notre terrain. Les poteaux de la cabane des enfants sont certes piégeux, mais la plupart des robots de tonte passés sur notre terrain test ont réussi à s’en dépêtrer.

De moi-même, en raison d’un pare-chocs très bas qui accroche la moindre touffe d’herbe un peu trop dense ou bute si la tondeuse roule dans un creux, moult interruptions de tonte attribuée. Le Freelexo arrête une partie du tondre, recule, avance à nouveau ou change de direction pour bien vouloir insister pour qu’il soit bloqué, même si les cheveux sont laissés tondus à une hauteur de moins de 50 mm. Régler sa hauteur de coupe au maximum (60 mm) n’y change rien. Rageant, le prisonnier a besoin d’un peu de travail pour reboucher des trous ou tailler plus sévèrement des abords pas nécessairement dérangeants.

Attention, l’option border edge ne résout pas le problème car le robot a tendance à s’ajuster à l’herbe, qui pousse juste la longueur du edge, et est limité par la position Centrale de son cadran de coupe qui laisse inévitablement une bonne largeur non tondue en périphérie . Heureusement, lorsqu’elle loue une base pour se recharger, la Freelexo longe la gauche du fil périmétrique (côté intérieur de la pelouse, donc), limitant les risques d’immobilisation avec une batterie vide.

Le stupide robot est monté sur un trop sensible et nos supposés apprécient qu’ils soient plus autonomes. Regrettable, car il assure mais un ouvrage de bonne qualité grâce à ses petites lames très tranchantes. Sa largeur de coupe de 18 cm n’est cependant pas très élevée et il vaut mieux ne pas avoir 1200 m² à bichonner si l’on ne veut pas que la tondeuse fonctionne nuit et jour. Le Freelexo propose toutefois un bon rapport durée de fonctionnement/de charge, assurant environ 2 h 30 min de tonte pour une charge calculée à 1 h 45 min.

La consommation reste raisonnable à 0,07 kWh par cycle de charge. Si sur l’exploite au maximum de ses capacités, elle peut ainsi assurer 5,6 cycles de tonte par 24 h. Réduit à cinq cycles complets, cela nous donne une consommation de 0,35 kWh/jour. Du fait de la consommation de la base, mesurée à 2 W lorsque la fonction tondeuse (soit 0.025 kWh par cinq cycles) ou est en garde sur la base une fois chargée. Sur une période de mars à octobre (275 jours), sur la base du calcul d’une consommation totale de 103 kWh, il en coûte 18€/an (tarif 17,40€/kWh) pour le Freelexo 1200 LCD BT.

Leave a Comment