Le nouveau projet parisien de Bercy ne remet pas en cause la tour de Charenton-le-Pont

Puisque Paris vous a présenté un nouveau projet sans tours pour le secteur de Bercy-Charenton, situé immédiatement de l’autre côté du périphérique pour rapport à Charenton-le-Pont, ceci ne remet pas en question le projet Charenton-Bercy , et notamment sa tournée, indique Hervé Gicquel, maire de la ville, qui se réjouit du déblocage du projet parisien.

Dans le douzième arrondissement parisien, le projet de zac Bercy Charenton, destiné à repenser les pourtours du nœud feroviaire que constituent de part et d’autre du périphérique une coupure urbaine massive entre Paris et Charenton-le-Pont, prévoyait initialement six tours de grande hauteur, dont une culminante à 180 mètres. Un projet honni des écologistes qu’avait fait promettre à la ville de revoir sa copie au moment des accords des municipales de 2020. Dans ce contexte, c’est un projet fortement amendé qu’a été Présenté par le premier maire-adjoint PS Emmanuel Grégoire ce jeudi, faisant plus de place à la verdure et limitant les hauteurs à 50 mètres.

Lire : Paris, le nouveau projet Bercy-Charenton perdu dans la hauteur et gagne en verdure

“Cela donnera à Charenton un signal particulier”,

A Charenton-le-Pont, avec un projet urbain, Charenton-Bercy a été baptisé projet parisien, avant de créer un nouveau morceau de ville mieux connecté à Paris, un tour de 180 mètres conçu par l’agence américaine SOM (Skidmore, Owings et Merrill) est également programmé, qui répondra dans un premier temps aux tournées parisiennes. Les changements prévus dans la capitale remettront-ils en question la tour Charenton ? « Pas du tout. Ce projet est à un état d’avancement beaucoup plus important que celui de la ville de Paris », Réponse Hervé Gicquel, Maire LR de Charenton, interrogé par 94 Citoyens. “La création de la zac sera prise au deuxième semestre et les premières instructions de permis de construction devraient intervenir fin d’année 2022”, précise l’élu. La tournée ne répondra plus aux tours du douzième arrondissement mais aux tours Duo, de l’autre côté de la Seine, et sera seule en scène sur la rive droite. “Cela donnera à Charenton un signal particulier”, pointe Hervé Gicquel qui était réjouit par ailleurs qui lui projetait Bercy Charenton reprenne enfin sa course.

Attention, la vision de l’architecte SOM (Skidmore, Owings and Merrill) à cela conçu lorsque las tours parisiennes étaient encore programmées.

Enfin une liaison entre Paris et Charenton-le-Pont

“C’est une excellente nouvelle pour nos villes que cette annonce tombe avant l’été et un très bon signal pour l’est parisien car nous allons en fin pouvoir créer la liaison entre Charenton-le-Pont et Paris, et développer de nouveaux transports en commun », se réjouit l’édile. Le double projet Charenton-Bercy – Bercy-Charenton prévoit que la rue Baron le Roy parisienne poursuive de l’autre côté du périph jusqu’à la rue de l’Entrepôt puis la rue Necker, avec une voie en site propre pour les bus. Un projet de bus à haut niveau de service (BHNS) est prévu en parallèle pour le relief Charenton-le-Pont vers la Gare de Lyon en passant par Bercy Village et sa station de la ligne 14. Une connexion parisienne supplémentaire pour la commune déjà reliée au métro 8 (Charenton Liberté) et au RER D.

Lire aussi : Charenton Bercy : un projet stratégique pour rassembler Paris et Charenton-le-Pont

« Sucette l’A4 » et reconquérir les berges

Reste une condition pour donner créé vie à ce nouveau quartier, transformer l’infernal échangeur autoroutier que vient connecter l’AA au périphérique et transformer la fin de l’A4 en boulevard urbain afin d’en faciliter la traversée pour relier ce nouveau quartier wow. “Il fallait téter l’A4, au moins depuis le pont de Charenton (liaison avec Maisons-Alfort) », insiste le maire pour que la réflexion autour des autoroutes convergentes sur Paris soit indissociable de celle du devenir du périphérique, ajoutant que “Cette partie ne bénéficie pas de murs de protection.” Un autre dossier stratégique pour la métropole, qui concerne cette fois largement l’Etat via la préfecture de région et la Dirif (Direction des routes d’Ile-de-France). “L’enjeu pour nous est la reconquête des berges de la Seine.”

Leave a Comment