Nantes renvoie la Coupe de France ! – Débrief et NOTES des joueurs (OGCN 0-1 FCN) – Football

Vingt-deux ans après sont dernier sacre, le FC Nantes a remporté la Coupe de France face à Nice (0-1), ce samedi, en finale. Plus tranchants et solides, les Canaris ont obtenu un ticket direct pour la prochaine Ligue Europa.

Le FC Nantes renvoie la Coupe de France ! Proches de la relgation, un an plus tt, les Canaris ont confirmé leur belle saison 2021-2022 en soulevant leur 4e titre dans l’preuve, aprs 1979, 1999 et 2000, suite leur victoire sur Nice (0-1), ce samedi , en finale au Stade de France.

Un sacre mérite pour les hommes d’Antoine Kombouar, plus incisifs et solidaires pendant 90 minutes, qui a disputé la phase de poules de la Ligue Europa lors du prochain exercice.

Un premier acte sera

Dans une superbe ambiance au Stade de France, Nice partait mieux. Efficaces dans le pressing, les Aiglons n’étaient pas loin d’ouvrir la marque mais Gouiri manquait son contrôle avant d’ajuster Lafont. Une alerte que rveillait le FCN. Poussés par un public très bruyant, les Canaris enchanaient les séquences de possession et reculaient leurs adversaires. Blas, qui se plaait entre les lignes, obligeait mme Bulka à réaliser un art important sur sa frappe ras de terre.

Après un gros quart d’heure de flottement, le Gym retrouve ses esprits et renait sa marche en avant. Une monte en puissance qui a failli être récompensée sur une frappe de Gouiri qui flirtait avec le poteau. Du fait d’avoir un bon niveau technique, les acteurs de la partie mettaient de l’intensité et n’hésitaient pas à se livrer sans toutefois parvenir à se créer des occasions franches. Une finale équilibrée et contestée que avait du mal se décanter.

Blas sans piti, la défense de Nantes est bonne

Au retour des vestiaires, Nantes faisait immédiatement la différence. Suite une main de Boudaoui dans la surface, Blas ne se fait pas prier pour transformer son penalty en force (0-1, 47e). Contraints de ragir, les Niois passaient la deuxième mais s’exposaient aux contres tranchants de leurs adversaires. Sur l’un d’eux, Simon passait proche du break mais la défense azurenne comprenait bon pour viter de couler définitivement.

Sous les chants des supporters des deux camps, Lafont et Girotto sortaient le grand jeu en détournant deux frappes coup sur coup de Gouiri et Delort. Dans le dernier quart d’heure, l’OGCN continuait de pousser mais Nantes ne lchait pas prise et pouvait compter sur une dfense de fer pour maintenir son jusqu’au bout advance. Une victoire méritée pour la bande d’Antoine Kombouar, qui a permis aux Canaris de soulever une quatrième Coupe de France dans leur histoire.

La note du match : 6/10

Une belle finale, au moins dans les tribunes, ou les supporters des deux quipes ont fait le show. Sur le terrain, on eu droit un match intense et disput d’avoir eu un grand spectacle sur le plan technique. On ne s’est toutefois pas ennuyé dans cette partie qui a finalement bascul en faveur de l’équipe qui en voulait le plus.

Le mais :

– A l’accueil d’un centre sur le ct gauche, Merlin centre mais le ballon touche la main de Boudaoui. Penalty pour Nantes, que Blas transforme en un doublé en force mi-hauteur, légèrement sur la gauche (0-1, 47e).

Les NOTES des joueurs

Maxifoot un attribut une note (sur 10) commentaire chaque joueur.

L’homme du match : Nicolas Pallois (8/10)

Un match à trois pour le défenseur central, qui n’a pas eu une bouche de Dolberg en premier lieu avec des interventions musclées à plus de trois propres. Intimidant, il a repoussé tous les assauts niois dans sa zone en faisant chavirer les supporters nantais. Assurément le grand bonhomme de la fête pour Nantes !

JOLI :

Marcin Bulka (5) : le gardien polonais a finale eu peu de choses faire dans ce match. In dehors d’un arrêt sur une frappe molle de Blas en première priode, il at peu miscontribution. Le portier prêté par le PSG ne peut absolument rien faire sur le penalty en force du milieu offensif nantais.

Jordan Lotomba (4,5) : un beau match pour les Suisses. Il s’est permis quelques montes mais n’a que trop rarement cherch combiner avec Boudaoui. Surtout, il a beaucoup trop d’espaces dans sont deux Simon.

Jean-Clair Todibo (4) : une soirée difficile pour le défenseur central formé à Toulouse. Averti avant la pause pour une faute rugueuse sur Kolo Muani, il a eu des soucis face à la vivacité de Simon. Trop nerveux, il a perdu ses moyens au fil des minutes, l’image de cette altercation avec Moutoussamy en fin de match.

Dante (6) : le capitaine niois n’a pas grand-chose se reprocher sur ce match. Il a gagné plusieurs duels chauds face aux attaquants nantais. On pourrait lui reprocher un manque de grinta lorsque le Gym at men.

Melvin Bard (5,5) : le latéral gauche a formé Lyon un montr du caractère. Défensivement, il a tenu le choc face aux débordements des attaquants nantais en jouant dur. Au contraire, il encore une fois t trop imprécis sur ses centres, souvent mal ajustés. Remplacé à la 86e minute par Samuel Moutoussamy (non pas).

Hichem Boudaoui (5) : une soirée malheureuse pour le milieu algrien. Fautif sur le penalty avec une main invitable dans la surface, il a pourtant t un des Aiglons les plus remuants dans son couloir droit. Malheureusement pour lui, il n’a pas été assez soutenu par Lotomba. J’ai remplacé la 57e minute par Justin Kluivert (non pas).

Pablo Paulino Rosario (4) : les militaires néerlandais passent à côté de leur match. Habituellement pendant les duels, l’ancien joueur du PSV n’a jamais réussi à interroger ses homologues nantais, passant beaucoup de temps à courir derrière le ballon. J’ai remplacé la 63e minute par Mario Lemina (non pas).

Khphren Thuram-Ulien (5.5) : dans une position axiale, alors qu’il a souvent été utilisé sur une aile ces dernières semaines, le fils de Lilian à la récupération intéressante. Néanmoins, il a montré beaucoup moins d’entraînement sur le plan offensif en dehors d’une perce en début de seconde priode.

Amine Gouiri (5,5) : plutôt remuant, l’attaquant niois, aligné sur l’aile gauche, pour obtenir la meilleure occasion de son quipe en première priode. Avant cela, il était maladroit en ratant un contrôle pourtant facile dans la surface. Aprs la pause, il donne encore une fois des sueurs Lafont, d’abord sur une frappe dvie par Coco, puis sur une autre dtourne par le gardien nantais.

Kasper Dolberg (3) : une soirée très possible pour l’attaquant danois. Malgr l’enjeu, le buteur nordique s’est montr beaucoup trop mou en se faisant manger dans les duels par Pallois. Il a malheureusement fait l’honneur de son nom dans cette rencontre… Remplace la 63e minute par Billal Brahimi (non not).

Andy Delort (5,5) : l’attaquant algérien a tout donné dans cette finale mais il est tombé sur un rocher en la personne de Pallois. Il n’était pas loin d’égaliser sur une frappe bout portant, mais l’autre mur de la défense nantaise, Girotto, était l’pour l’empêcher de sauver les siens.

NANTES :

Alban Lafont (6) : comme Bulka, le gardien nantais n’a pas eu grand-chose faire. Mais il a su se montrer décisif en sortant cette belle parade devant Gouiri avant de voir Girotto sauver la mise dans la foule sur un tir de Delort.

Jean-Charles Castelletto (5,5) : la défense centrale camerounaise a eu des difficultés face à Delort. Il s’est manqu sur certaines relances et interventions en premire priode avant de serrer la vis aprs la pause malgr la pression.

Andrei Girotto (7) : bon match pour le Brésilien. Propre dans ses relances, il a bien contenu Dolberg. Surtout, l’habituel milieu a ralis un incroyable sauvetage devant sa ligne sur la frappe bout portant de Delort pour empcher Nice d’galiser.

Nicolas Pallois (8) : lire le commentaire ci-dessus.

Marcus Coco (6) : placé dans le rôle de piston droit, l’ancien joueur de Guingamp a plutôt bien travaillé pour empcher les montes de Bard. Mme s’il a peu apporté devant, il a respect son rôle jusqu’à sa sortie. J’ai remplacé la 83e minute pour Fabio (non non).

Samuel Moutoussamy (6) : l’international congolais à son jeu dur pour bloquer les monts des milieux niois. Il n’a jamais baissé les yeux, même dans les moments plus durs, n’hésitant pas à jouer des coudes pour se faire respecter.

Chirivella (6) : l’Espagnol n’a pas rendu sa meilleure copie de la saison mais il est assez juste pour ser ses attaquants. Ses ouvertures sur les ailes ont permis aux Canaris d’carter les Aiglons, qui ont en difficile dans les couloirs. Remplacé à la 72e minute par Wylan Cyprien (non not).

Quentin Merlin (6) : des bonnes montes en première priode pour le latral gauche nantais, qui a toutefois souffert sur les perces de Boudaoui. Il a eu l’intelligence de se répondre dans les 40 demire minutes pour fermer es couloir.

Ludovic Blas (5) : paradoxalement, le seul buteur de cette finale chez des moins bons Canaris. Certes, il ne tremble pas sur le penalty gagnant, mais le meneur de jeu dans l’ensemble irrégulier et moins en vue que ses deux partenaires offensifs.

Randal Kolo Muani (6,5) : pour l’un des derniers matches à Nantes, Le Bleuet a rallié les sacrés dgts. Intenable sur tout le front de l’attaque, le futur buteur de l’Eintracht Frankfurt a donné du fil retordre aux Aiglons grâce à sa pointe de vitesse et ses percussions incessantes.

Moses Simon (6.5) : le nigérien a ailier répondu présent dans cette finale. Sur son côté gauche, il a souvent mis le feu et donne des maux de tte Todibo, dont le grand gabarit a eu du mal suivre. Il aurait pu raliser le break aux alentours de l’heure de jeu sans un retour salvateur d’un défenseur niois. J’ai remplacé la 72e minute par Osman Bukari (non pas).

+ Revoir les résultats et le classement de la Coupe de France sur Maxifoot

Et pour vous, quels sont les meilleurs et les moins bons joueurs du match ? Ragissez dans la zone de “commentaires” ci-dessous !

.

Leave a Comment