Tops/Flops La Rochelle-Montpellier : Vito omniprésent, Pollard fantomatique

Un homme du match étincelant et un buteur rassurant mais aussi un champion du monde aux abonnés absents et une mêlée à l’agonie… Retrouvez les Tops et les Flops du quart de finale franco-français de Champions Cup entre le Stade Rochelais et le MHR ( 31-19).

hauts

Victor Vito, le Benjamin Button du Stade Rochelais

Une performance XXL pour Victor Vito. Malgré ses trente-cinq ans, l’ancien All Black a été dans tous les bons coups des Maritimes face à Montpellier. Passeur décisif sur le premier essai rochelais inscrit par Dany Priso (13e), il a ensuite été à la conclusion d’une action collective de grande envergure pour le deuxième essai des siens (22e). Au retour des vestiaires, Victor Vito est parvenu à créer le décalage pour le troisième essai de Levani Botia (47e), grâce à un passe lumineux entre les jambes. Celui qui devrait prendre sa retraite à l’issue de la saison s’est également montré précis et précieux dans les zones de rucks et en touche avec deux ballons récupérés et de multiples lancers assurés. Ovationné par Marcel-Deflandre tout au long de la rencontre, il est l’un des hommes forts de la qualification du Stade Rochelais dans le dernier carré de la Champions Cup. Logiquement, il ou l’homme du match.

Ihaia West n’a pas tremblé

Longtemps moqué par certains supporters rochelais pour son manque de justesse face aux perches, Ihaia West s’est montré impeccable dans ce secteur de jeu face aux Héraultais. Auteur d’un 6/7 et 16 points, le buteur des Maritimes à son faire fructifier les temps forts des siens, avec notamment trois pénalités inscrites dans les 20 dernières minutes. Interprétant dans son jeu au pied d’occupation mais aussi sur les premières transmissions, Ihaia West a montré qu’il était le patron à ce poste chez les Maritimes.

Le Stade Rochelais, force émergente du rugby européen

Un après sa finale perdue face au Stade Toulousain (17-22) à Twickenham, les hommes de Ronan O’Gara ont confirmé qu’ils font bel et bien parti des places fortes du rugby dans le Vieux Continent. Autoritaires lors de leur double confrontation contre l’Union Bordeaux-Bègles (13-31, 31-23), les Rochelais ont concassé les Montpelliérains pour se hisser à nouveau dans le carré dernier. Avec les retours de blessures de certains cadres comme Brice Dulin, Jonathan Danty ou encore Will Skelton, les Maritimes peuvent mètre à rêver d’une fin de saison enchantée. Au menu de leur demi-finale, ils affronteront soit le Racing 92 (à Lens), soit les Sharks de Sale (à domicile), qui s’affronteront en quart de finale ce dimanche. Avant une finale potentielle face au Stade Toulousain ou les Irelandis du Leinster.

FLOPS

Handré Pollard aux abonnés absents

En partance pour Leicester à la fin de la saison, le champion du monde de springbok n’est pas parvenu à soigner sa sortie en Champions Cup avec ses partenaires. J’ai remplacé le centre, l’ouvreur habituel et celui qui était là avait l’avantage lors du quart de finale. Imprécis dans son jeu pied d’occupation et en manque d’idées sur les séquences offensives, Handré Pollard n’est jamais parvenu à mettre ses partenaires dans l’avancée. Dans la lignée de ses derniers matchs sous le maillot héraultais…

Le MHR n’a pas tenu la distance

Cueillis à froid par le début de match tonitruant de leurs adversaires, les hommes de Philippe Saint-André ont été menés rapidement 17 à 0 (23e). Réduisant l’écart grâce à l’essai en force d’Henry Thomas à la conclusion d’un ballon porté (28e), les Montpelliérains sont ensuite revenus à seulement trois longueurs des Rochelais après les essais d’Yvan Reilhac (41e) puis Zach Mercer (53e), bien aidé par les bordures de la défense maritime après une fausse déclaration entre Tawera Kerr-Barlow et Pierre Bourgarit au retour d’une chandelle et l’apathie des avances sur un turnover mal négocié. More after 20 dernières minutes à sens unique où il a été accumulé dans son propre camp en accumulant les fautes, le MHR a été sanctionné par trois sanctions et a vu ses rêves européens s’arrêter net sur la pelouse de Marcel-Deflandre.

La mêlée héraultaise à l’agonie

Mon au supplice par ses adversaires, j’ai fui devant montpelliérain pour voir un véritable supplice face à La Rochelle samedi après-midi. Concassés par la première-ligne Priso-Bourgarit-Atonio, Forletta, Guirado et Thomas ont été pénalisés à trois reprises en mêlée fermée de Karl Dickson. La tendance ne s’est inversée que lors des remplacements. Bosch, Wardi et Sclavi s’étant montés à la hauteur des titulaires côté rochelais grâce à de multiples percussions en fin de match.

.

Leave a Comment