ATP Madrid – Une semaine spéciale et Alcaraz envoient un message : “Je suis prêt à gagner un Grand Chelem”

Il y a des événements clés dans l’histoire du tennis. Des dates dont on se souvient et qui forgent le destin d’un champion. Carlos Alcaraz n’oubliera pas cette semaine de mai 2022, “la meilleure de sa vie” jusqu’ici de son propre aveu, que l’a vu s’affirmer un peu plus comme monstre que l’on pressentait. A 19 ans et trois jours, le compte désormais déjà cinq titres à son palmarès, dont deux en Masters 1000. Mais ce sacre madrilène a quelque chose de plus, d’abord en raison du pedigree de ceux qu’il a fait tomber.
Dans le visage important de Rafael Nadal, Novak Djokovic et Alexander Zverev dans la suite, Alcaraz est le plus jeune des trois membres du Top 5 dans une tournée meme. Plus le porteur d’une Magic Box électrique et l’empreinte devient indélébile. “C’est une super sensation d’être capable de battre ces joueurs. Battre deux des meilleurs joueurs de l’Histoire et puis Zverev, le numéro 3 mondial. C’est un grand joueur. Regarder Rafa soumis ce trophée par le passé m’a donné beaucoup d’énergie pour travailler dur pour ce moment. C’est vraiment spécial de reporter ce tournoi que es le premier où je suis venu quand j’étais enfant à 7 o 8 ans“, at-il lâché après son triomphe.

ATP Madrid

Exit Nadal, Djokovic et Zverev à Madrid : Alcaraz explose les précédents records

J’AI DÉJÀ 2 HEURES

Une démonstration totale, Zverev submergé : le résumé du Sacre d’Alcaraz

Laisser un grand, surtout mentalement

Lors de cette semaine, le Murcien s’est avéré comme d’ores et déjà un grand joueur, de sa capacité d’adaptation à son approche des matchs en passant par son état d’esprit sur le court. Il lui a d’abord fallu se faire aux conditions d’altitude à Madrid, avant que celles-ci ne son jeu magnifique. Je me suis débarrassé d’un set d’entrainement pour Djokovic en préparation – il en riait d’ailleurs -, Alcaraz a cherché son tennis lors de ses deux premiers tours, sans jamais se frustrer cependant malgré des fautes directes à la pelle.

Et dès que les choses très sérieuses ont débuté, il a haussé son niveau car l’occasion l’exigeait. Diminué par une cheville douloureuse face à Nadal en quart, il atrouvé les ressources en lui pour continuer et en faire abstraction. Mené d’un set par le numéro 1 mondial en demi, il a toujours cru en ses chances quand tant d’autres auraient baissé la tête. Dur au mal, il s’est mis mentalement dans les conditions pour aller chercher la gagne en finale.

Car me s’il a fourni une bonne nuit de récupération, il est venu tout de même d’enchaîner deux combats, dont un monumental, et six heures de tennis à haute intensité en deux jours. “Je me suis levé avec la cheville droite plus enflée et j’avais une ampoule au pied que s’était infectée. Le début de journée a été compliqué, ça m’a fait un peu mal quand je marchais. Mais je crois en moi : je dis toujours que je ne joue pas des finales, je les gagne», a-t-il lancé en conférence de presse. Et pour cause, il en est à cinq sur cinq désormais dans ses matchs pour le titre.

Zverev encense Alcaraz : “Actuellement, tu es le meilleur joueur du monde”

Vous préférez Roland ? Passé une pression, une source de motivation

Si Alcaraz laisse un grand, il semble également que les autres le contestent. Des eloges de Nadal et Djokovic à l’hommage de Zverev qui l’a désigné meilleur joueur du moment, il est servi. Mais il refuse de se laisser griser. “Djokovic est le numéro 1 mondial. Ce n’est pas comme si j’étais à Barcelone et je pense que je suis le meilleur. Demain (lundi), je serai numéro 6, il y a cinq joueurs devant. Il faut que je m’améliore encore, je peux progresser dans tous les secteurs et il n’y a pas de limites. Rafa, Novak ne stagnent pas, ils continuent de progresser.”

Car l’animal regarde devant lui. Et si cette semaine madrilène laissera vraisemblablement une trace indélébile, c’est parce qu’elle est déjà sur laquelle batir. Deuxième à la Race (classement depuis le 1er janvier 2022) à 70 minuscules points de Nadal, Alcaraz peut regarder les légendes droit dans les yeux et le prochain objectif est clair : gagner Roland-Garros. Il a d’ailleurs décidé de faire l’impasse sur Rome pour soigner sa cheville et se donner toutes les chances de succès possibles.

Je crois que je suis prêt à gagner un Grand Chelem. Roland-Garros est un tournoi spécial. L’an passé, ça a été le premier Grand Chelem dans lequel je suis allé jusqu’au 3e tour. Cette fois, je pensais que les gens me considéreront comme favori, mais je ne prends pas ça comme une pression supplémentaire, plutôt comme une source de motivation. J’ai envie d’aller à Paris pour montrer que je peux bien jouer au Grand Chelem. Ce titre me donne confiance pour me présenter à Roland-Garros avec énergie“Un bon compréhensif…

ATP Madrid

Vidé, Zverev dans veut à l’ATP : “J’ai sommeil à 5h20 du matin…”

DEJA 14 HEURES

ATP Madrid

Une démonstration totale, Zverev submergé : le résumé du Sacre d’Alcaraz

DEJA 15 HEURES

Leave a Comment