Commentaire #SaccageParis malgré la Ville de Paris

Voilà un anniversaire qu’Anne Hidalgo ne fetera est probablement passé. J’ai lancé pour compte Twitter @PanameProprehashtag lui #SaccageParis Il est apparu pour la première fois en mars 2021. Employé au départ par quelques internautes, il a connu une progression fulgurante, grâce notamment à son utilisation par des personnalités comme Laurence Parisot, l’ex-patronne du Medef. Repris depuis par des milliers d’internautes pour dénocer la ruine des rues de la capitale, Twitter s’est retrouvé inondé de photos de pieds d’arbres laissés à l’abandon et autres poubelles éventrées. Principales victimes des attentats : la Ville de Paris et Anne Hidalgo, pointée du doigt comme responsable d’une supposée dégradation de la propriété. Plus de 3 millions de tweets plus tard, le hashtag a une influence indéniable dans les débats sur l’immobilier et l’esthétique à Paris.

Pourtant, la Mairie socialiste a d’abord sous-estimé l’ampleur du phénomène. Une étude confiante révélée par Challenges, discrètement commandée dans les voûtes de l’Hôtel de Ville, est parvenue à la conclusion que #SaccageParis n’est pas un phénomène d'”astroturfing”. Il s’agit d’une campagne de désinformation, décidée par un groupe, et massivement diffusée sur les ressources sociales par des services publics influents. L’étude est arrivée à la conclusion que les principaux relais étaient majoritairement des comptes d’extrême-droite, “avec ce point commun, outre la haine d’Anne Hidalgo, d’être toujours antivax, anti-immigration”. Volte-face an plus tard, la Mairie juge désespérément qu’il mot-dièse une figure de fait de “lanceur d’alerte”.

Leave a Comment