commentez la série “Parlement” plongez dans les coulisses des institutions européennes

Le calendrier a été bien je pensais. C’est à l’occasion de la Journée de l’Europe ce lundi 9 mai, que la série Parlement revient pour une nouvelle saison. Cette fiction sur les aventures de Sami Cantor (Xavier Lacaille), un jeune assistant parlementaire. Dans la première saison, il a découvert très naïvement les arcanes du Parlement européen en défendant un texte pour interdire la pêche aux ailerons de requins. Deux ans ont passé et Sami change d’employeur en introduction de la saison 2. Il quitte l’incapable Michel Specklin, un député français planque interprété par Philippe Duquesne, pour rejoindre le bureau de Valentine Cantel, ambitieuse eurodéputée fraîchement élue.

On ne vous en dira pas plus les rebondissements de la saison 2, qui offrent de manière générale une plongée encore plus poussée dans les institutions européennes. Le réalisateur de la série, Noé Debré, nous explique comment le succès de la saison 1 (2,5 millions de visionnages sur la plateforme France.tv Slash) avec la permission de pousser le côté politique de cette comédie pour cette suite réussie.

Une visite du Parlement de Strasbourg

C’est l’un des points forts de cette saison 2 de Parlement. Après le succès des premiers épisodes, Noé Debré et s’associent avec l’aval des parlementaires européens pour faire le tour de la suite des aventures de Sami jusqu’au siège du Parlement européen de Strasbourg (bien que la série soit partie de Bruxelles).

“On avait I toured the first season principalement au Comité des régions, une annexe du Parlement européen de Bruxelles. Strasbourg, c’est un terrain de jeu génial. On a tourné l’été dernier en plein pendant les congés parlementaires. C’était vide , donc on pouvait faire un peu ce qu’on voulait. On était frustré de tourner à Bruxelles, car on était dans un tout petit bâtiment et on ne pouvait pas vraiment montrer l’immensité du parlement”Faites confiance à Noé Debré.

Dans la saison 2, l'assistant parlementaire Sami Cantor défend l'amendement d'interdiction de la pêche aux ailerons de requins.   (©Benoît LINDER-Cinétévé-FTV Slash)

Un foyer méridional de nouvelles institutions

Dans la saison 1, le spectateur a adapté l’apprentissage de Sami en tant qu’assistant parlementaire. A leur arrivée à Bruxelles, les jeunes Français ne connaissent pas la fonction du Parlement européen. Grâce à son bagou, il rencontre vite des personnages qu’il explique – en même temps qu’à la caméra -, le fonctionnement de l’institution et les rapports de force qu’y existent.

Dans l’épisode d’ouverture de la saison 1, le lobbyiste italien Guido Bonafide a également expliqué à Sami que c’est la mission d’un député européen. “Un règlement, c’est comme une loi. On l’appelle règlement, comme ça on ne vex pas les parlements nationaux. Et le boulot de ton député, c’est de proposer des changements à cette loi”.

“Un règlement, c’est comme une loi. On l’appelle réglement comme ça on ne vex pas les parlements nationaux”

Guido Bonafide, lobbyiste italien

Lors de la saison 2, le réalisateur Noé Debré et les scénaristes Maxime Calligaro, Pierre Dorac et Lily Lambert portent le focus sur la Commission européenne et le Conseil de l’Union européenne. Après avoir fait voter aux députés are amendement sur l’interdiction de la pêche aux ailerons de requins, Sami doit, en effet, défendre son amendement lors de réunions tripartites entre des représentants de la Commission européenne, du Conseil de l’Union européenne et du Parlement.

“Comme on a réussi à s’intéresser aux gens au Parlement européen, on s’est dit qu’il fallait continuer. Dans la saison 2, on suit des négociations entre le Parlement, le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne. Alors That Sami avait fait voter son amendement dans la saison 1, le processus législatif n’est pas fini.pointe Noé Debré.

Au premier plan, les acteurs Georgia Scalliet (Valentine Chantel) et William Nadylam (Eamon).   (©Benoît LINDER-Cinétévé-FTV Slash)

Une comédie politique plus assumée

la pointe fort de Parlement, c’est d’être très drôle. Dans la saison 1, l’humour des dialogues est surtout utilisé par les scénaristes pour s’intéresser aux spectateurs aux institutions européennes.

“Sur la première saison, on avait peur que la série n’intéresse pas, donc on a appuyé sur le côté comédie pour accrocher les gens. Mais j’ai trouvé que dans la saison 1, les scènes de négociation étaient très réussies. Dans la saison 2, on appuie donc sur ces scènes. J’ai décidé d’assumer davantage de faire une comédie politique”sourit Noé Debré.

Si le curseur est poussé pour un peu plus de réalisme, Parlement demeure une comédie avec des scènes loufoques. Cela tombe bien, car les eurodéputés ont beaucoup d’humour à en croire Noé Debré. “Les gens qui travaillent dans les institutions disent eux-mêmes qu’ils travaillent dans la ‘bulle’. Il y a quelque chose de vertigineux, car les députés européens prennent des décisions qu’impactent des millions de citoyens. Et en même temps, ils sont assez incognitos. Comme ils ne sont pas toute la journée arrimés à des problèmes d’images comme les politiciens français, ils sont moins rigides dans leur façon de communiquer avec les médias et il y a beaucoup d’humour au parlement”, jouer au réaliste.

Les épisodes de la saison 2 de la série Parlement sont diffusés chaque lundi soir à 21h sur France 5 à partir du lundi 9 mai. Les deux saisons sont disponibles en intégralité et gratuitement sur la plateforme Slash de france.tv.

Leave a Comment