impossible à réparer en cas d’accident ?

Onéreuses à réparer, les Tesla risquent de manière générale d’une mauvaise gestion de l’après vente. Alors qu’il commencera sa carrière sur le sol européen, le modèle y pourrait pâtir plus que les autres modèles de cette faiblesse du réseau. Cet engin, à la fois fabriqué à Freemont (Californie), Austin (Texas) et à Berlin (Allemagne) dispose sous sa carrosserie de panneaux uniques à l’avant comme à l’arrière, à l’exception des modèles sortis de l’ usine californienne, qui a proposé le panneau qu’à l’arrière. Selon le peu d’informations délivrées par Tesla, ces panneaux remplacent environ 70 pièces à eux seuls, et apporteraient”une amélioration substantielle” Dans le processus de fabrication de la voiture.

A lire aussi : Tesla deuxième marque automobile la plus chère à réparer !

Mais lors d’un choc, les grandes pièces de fonderie sont rarement réparables, il est commode de les remplacer : “Sur la partie précédente, 8 procédures de réparation sont possibles sur 40 pour les modèles qui n’ont pas le panneau précédent. L’inflation des coûts est indéniable, de la part de quelques heures de travail par rapport des dizaines d’heures composé de déshabillage, découpe, de peinture, etc.” explique Thomas Alunni, le directeur de la carrosserie Lecoq, un établissement qui effectue autour de 1000 réparations de Tesla chaque année.

A lire aussi : la grande autonomie du SUV électrique Tesla Model Y

Interdiction des pièces de rechange

Une inflation des coûts à laquelle répond une indisponibilité chronique des pièces : “Nous avons aujourd’hui de tes problèmes d’approvisionnement que nous sommes obligés d’aller jusqu’à la limite de réparabilité de certaines pièces”, Je lui ai reproché le directeur-carrossier, “ou, les Tesla ont une sinistralité plus importante que les autres voitures. Les gens se font surprendre par la puissance, le couple ou l’Autopilot”. Le manque de pièces détachées pourrait en partie être solutionné en utilisant les rares pièces d’occasion disponibles sur le marché. En France, vous êtes assuré d’avoir la même obligation légale de proposer une réparation alternative avec des pièces occasionnelles à votre client puisque la voiture n’est pas garantie. Mais chez Tesla, on est américain ! “L’utilisation de pièces de rechange est contractuellement interdite par le constructeur, c’est une aberration” continue M. Alunni, “on a par exemple une pénurie de pare-chocs et on laisse les épaves partir avec vers les pays de l’Est. Cela va à l’encontre du bon sens”, déplore-t-il. Un état de fait que ne va pas qu’à l’encontre du bon sens, mais aussi de la loi.

Affrontement juridique en Europe

Tout n’est évidemment pas à jeter avec Tesla, qui demeure à ce jour”une marque à la performance incroyable” par M. Alunni : “Il existe des problématiques liées à un constructeur qui connaissent une très forte croissance, mais Tesla n’est pas non plus en décrochage total par rapport au reste de la planète automobile“Tient à préciser le réparateur spécialiste des Ferrari, Lamborghini et autres marques de prestige. Si la marque américaine n’est pas “en décrochage”, elle n’en demeure pas moins soumise aux mêmes règles que les autres sur les marchés d’Europe. La loi française est très claire, un garage est tenu de proposer un chiffrage de réparation en pièces d’occasion sur les véhicules dont la garantie est échue.

Ce point risque donc d’être tranché à plus ou moins breve échéance par un tribunal. Ce qui ne serait pas vraiment une première pour Tesla : en février 2021, l’association allemande du commerce et de la réparation automobile ZDK s’était plainte auprès de la Commission européenne du fait que Tesla empêchait les réparateurs indépendants d’accéder à sa documentation technique. Après un rappel au monde, Tesla est pliée à l’injonction de mauvaise grâce, et désormais réclamée aux réparateurs 30€ par heure de consultation voire 125€ s’il s’agit d’interroger un logiciel de diagnostic et de programmation. ZDK ne révèle pas et signale que Tesla, par son attitude, est toujours hors des clous d’un point de vue légal.

Leave a Comment