Lhyfe à Paris pour levier 110 ME

Fréquenté à la Bourse de Paris, Lhyfe a lancé la matinée de la levée de fonds dans la foulée d’une introduction au compartiment B d’Euronext. Elle est de taille puisque Lhyfe étau 110 ME. La société bénéficiant d’un engagement de souscription d’EDPR, filiale à 75% du Groupe EDP, détenue par 25 ME. Cet ordre, formulé à tout prix au sein de la fourchette indicative de prix (8,75 – 11,75 Euros), représentant 22,7% du produit brut de l’offre, en cas d’offre à 110 ME et hors exercice de la clause d’extension et de l’option de surallocation.

Outre l’engagement de souscription, EDPR s’engage à conserver les actions Lhyfe souscrites pendant la durée de 360 ​​jours à compter du règlement-livraison de l’offre. Lhyfe a, en outre, reçu des engagements de souscription à hauteur de 7 ME à 14 ME de la part de CDC Croissance et Amundsen Investment Management, pour des montants respectifs de 5 ME à 10 ME et 2 ME à 4 ME.

L’entreprise est pionnière dans la production d’hydrogène et dans toute la problématique des énergies renouvelables (ENR). L’hydrogène vert est fabriqué à partir de l’électrolyse de l’eau : procédé de production totalement décarboné consistant à séparer les atomes d’hydrogène et d’oxygène de la molécule de l’eau grâce à l’électricité.

Cette méthode permet de remplacer l’hydrogène fossile (fabriqué à partir d’hydrocarbures, également appelé hydrogène gris) consommé en grande quantité dans l’industrie et d’être utilisé comme carburant propre dans la mobilité, le transport et la logistique. Il permet également de remplacer en partie le gaz naturel (fossile lui aussi) par un gaz propre, l’hydrogène vert, dans les réseaux de gaz, l’industrie et les transports.

La production d’hydrogène gris, issu de sources d’énergies fossiles (pétrole, gaz naturel et carbone), est un triple procédé émetteur de CO2 qui représente 98 % de la production d’hydrogène. Ils se substituent à l’hydrogène vert qui est une clé de la transition énergétique. La demande mondiale en hydrogène sera multipliée par 6 entre 2020 et 2050, pour atteindre 530 millions de tonnes d’ici 2050, du fait de la croissance économique et de la multiplication des usages, ainsi que de l’industrie qui donne la mobilité. La part d’hydrogène vert représente 60% de la demande totale en hydrogène en 2050.

En septembre 2021, Lhyfe inaugure le premier site industriel au monde en lien direct avec un parc éolien et une appropriation en eau qui permet l’électricité, puis commence à publier ses premiers kilogrammes d’hydrogène vert. Basé à Bouin en Vendée (France), ce site a une capacité de production actuelle de 750 kW, soit environ 300 kg d’hydrogène produit vert par jour, qui sera porté à 2,5 MW en 2023 (environ 1 t./jour) pour répondre à l’accroissement de la demande. Lhyfe présente 93 projets, dont 20 sont à un stade de développement avancé, pour une capacité totale de 380,5 MW qui entreront en exploitation entre 2023 et 2026. Lhyfe se fixe pour objectif de disposer d’une capacité totale installée de 55 MW à partir de 2024 à partir de unités à terre uniquement. En 2026, la capacité totale installée devrait atteindre 200 MW, soit pour l’exercice qui sera au 31 décembre 2026, un business case consolidé de 200 ME et un EBITDA équilibré. D’ici 2030, la société ambitionne de se positionner comme un acteur de référence dans le secteur de la production d’hydrogène vert et, plus précisément, de disposer d’une capacité installée supérieure à 3 GW. À long terme, Lhyfe a vu une marge d’EBITDA du Groupe supérieure à 30 %.

Le groupe a conclu des partenariats de premier plan avec les acteurs Mitsui, wpd, Plug Power, SWEN, Andera Partners. Et en mars dernier un contrat avec EDP Renováve est accompagné d’un engagement de souscription de 25 ME dans le cadre de l’introduction en Bourse.

Leave a Comment