un restaurant du 16e arrondissement heu “Bistrot de l’Année”

Le “Paris Seize” a fait état du “Trophée Pudlo Rungis du Bistrot de l’Année”, créé cette année par le journaliste et critique gastronomique Gilles Pudlowski.

Un bistrot du 16e arrondissement à l’honneur. Le “Paris Seize” a été élu meilleur bistrot de Paris ce lundi, en remportant le “Trophée Pudlo des bistrots”. J’ai créé cette année par le journaliste et critique gastronomique Gilles Pudlowski, le célèbre trophée d’excellence du bistrot parisien, entre tradition et modernité.

“On this très fiers d’avoir été sélectionné pour le ‘Trophée Pudlo des bistrots’, c’est la première année en plus, donc c’est un honneur”, la co-associée du bistrot “Paris Seize” Margot Dumant , par bus depuis BFM Paris-Île-de-France.

Banquettes et nappes à carreaux

Pour Gilles Pudlowski, l’objectif de ce trophée est de “sacraliser l’esprit d’accueil, de vitalité, de gourmandise à la française” de cette idée parisienne “née en 1810”. D’autant plus que ces lieux sont “en voie de disparition”, déplore le journaliste, face à l’essor de la restauration rapidedepuis cuisines sombres et des chaînes de restauration.

“Un bon bistrot, c’est un décor avec du charme, le bon rapport qualité-prix, une bonne cuisine avec des plats de standard et une ambiance”, a déclaré le journaliste et critique gastronomique.

Et le “Paris Seize” remplit toutes ses caractéristiques. Dans ce bistrot de l’ouest parisien, tout est fait pour plonger le client dans une ambiance chaleureuse.

“Ce qui est vraiment typique dans les bistrots parisiens, et c’est vraiment les codes que nous avons cherché à garder, c’est les corniches au plafond avec des néons, les banquettes en moleskine, ce genre de petites choses qu’on retrouve , vraiment très classiques, avec la nappe à carreaux évidemment », explique Margot Dumant.

Le “Paris Seize” se distingue toutefois avec ses tableaux accrochés aux murs de l’établissement “à la gloire des grands sportifs de l’époque”. On and back le skieur Jean Verdier, ou encore le footballeur Raymond Copa, qui avait rapporté le Ballon d’Or en 1958.

Des plats authentiques

L’authenticité du lieu se retrouve également dans la cuisine de ce bistrot. Au menu, le restaurant propose des plats faits maison typiquement parisiens, des produits de saison et une addition raisonnable.

« Je dirais que cette carte se différencie par son authenticité et sa convivialité qu’elle apporte aussi », précise Kenny Bonaventure, chef de cuisine du bistrot.

“On a carte extremement classique. On retrouve l’oeuf mayo, le steak béarnaise avec des frites maisons, et en dessert, un Paris-Brest avec une crème caramel. Tout est fait dans le respect de la tradition de la cuisine parisienne”, poursuit Margot Dumant.

“Remettre à l’honneur la cuisine parisienne”

Propriétaire de « Paris Seize » après 40 ans, la famille Dumant possède d’autres restaurants comme « le Cru de Bourgogne » à Montorgueil (1er arrondissement) qui proposent une cuisine traditionnelle lyonnaise et bourguignonne. Ou encore le bistrot populaire “Au Bon Cru” dans le 11e arrondissement.

Mais au bistrot “Paris Seize”, ce qu’on avait vraiment envie de remettre à l’honneur, c’était la cuisine parisienne avec tout le terroir qu’on peut retrouver à Paris”, affirme Margot Dumant.

Outre ce trophée du meilleur bistrot, cinq autres prix différents ont été remis. Parmi eux, le Trophée Pudlo Staub de la Cheffe de l’Année, rapporté par Kelly Jolivet qui travaille au restaurant Benoît, dans le 4e arrondissement. Le Trophée Pudlo Région Île-de-France du Jeune Talent de l’Année lui a été confié par Marie-Victorine Manoa, qui réinterprète la cuisine lyonnaise au bistrot Aux Lyonnais dans le 2e arrondissement de Paris.

Gilles Bénard et son fils Marius ont été récompensés du Trophée Vignobles & Signatures de la Transmission. Ils sont propriétaires du bistrot Le Béaucé à Paris 9e. Le Vaudésir dans le 14e arrondissement agagné le Trophée Art de Vivre & Tradition Bistrots & Cafés de France. Enfin, Vincent Pétron, du restaurant Lorette, (Paris 9e) a été élu meilleur jeune bistrotier de l’année.

Emmanuelle Binet avec Shéhérazade Ben Essaid

Leave a Comment