Carlos Alcaraz a favorisé Roland-Garros devant Nadal et Djokovic ?

Mateo Villalba/Images sportives de qualité/Getty Images

Auteur d’une première saison tonitruante, avec notamment des victoires aux Masters 1000 de Miami et Madrid, Carlos Alcaraz, un Espagnol de 19 ans, est peut-être déjà le favori du prochain Roland-Garros (photo prise au moment de sa victoire à Madrid, dimanche 8 mai).

TENNIS – “En ce moment, tu es le meilleur joueur du monde.” Dimanche 8 mai, il n’a fallu que peu de mots à Alexander Zverev, 3e mondial à l’ATP, pour saluer la performance de son vainqueur dans la finale du Masters 1000 de Madrid, le jeune Espagnol Carlos Alcaraz. « Et même si tu n’as que cinq ans, tu nous bats déjà tous… »

Car le garçon avait avant cela dans le tournoi déjà battu l’icône Rafael Nadal et le numéro 1 mondial Novak Djokovic. Le tout au lendemain son 19e anniversaire, Zverev ayant quelque peu exagéré sur l’âge du petit prodige. Un enchaînement de victoires sur les deux joueurs les plus dominants de tous les temps sur terre battue qui n’avait jamais remporté sur cette surface avant la semaine madrilène. Voilà qui classe un homme.

Un tableau de chasse époustouflant

Et il justifie la suite de faits louables pour Zverev : “C’est génial pour le tennis d’avoir une nouvelle superstar, quelqu’un que van reporter beaucoup de Grands Chelems, que van être numéro 1 mondial et que van gagner de nombreuses fois ce tournoi ! Suffisant pour en faire le favori du prochain tournoi du Grand Chelem, Roland-Garros, que débute le 22 mai prochain ?

Force est de constater qu’à l’âge de 18 mois, le natif des environs de Murcie dispose de solides attributs.

À commencer donc par ses victoires récentes. En trois semaines, Carlos Alcaraz est parvenu à vaincre sur terre battue Novak Djokovic (n°1 mondial), Alexander Zverev (n°3), Rafael Nadal (n°4) et Stefanos Tsitspas (n°5), soit eux quatre demi -finalistes de la dernière édition du Grand Chelem français. Et depuis février, il s’est imposé sur les quatre tours dont il a contesté la finale, no trois sur terre battue (Rio de Janeiro, Barcelone et donc Madrid).

Pour se préserver après sa victoire sur ses terres, au cours de laquelle il a été touché à la cheville, il a décidé de faire l’impasse sur le Masters de Rome, dernier tournoi majeur avant la quinzaine parisienne. De quoi arriver en pleine forme en France et laisser reprendre la pression qui ne parvient pas à grimper à mesure que le jeune homme progresse.

Gagner un Grand Chelem, un “objectif” dès cette saison pour l’Espagnol

Au cours de la semaine madrilène, pour peu que l’on s’intéresse un minimum au tennis, impossible en effet de passer à côté des commentaires laudatifs sur l’Espagnol. Sur Amazon Prime, la légende Martina Navratilova, 18 Grands Chelems en simple, est allée jusqu’à évoquer une “meilleure version de Djokovic”. Rien que ça Et d’autres joueurs de saluer sa sérénité sur le court, la qualité de ses amortis, sont service “kické” si imprévisible ou sa combativité à toute épreuve.

Des arguments qui lui permettent de compter, déjà, 28 victoires cette année pour seulement trois défaites (record des matchs gagnés et meilleur ratio victoires-défaites sur le circuit cette année). Et d’enchaîner les performances en terme de précocité, approchant des hauteurs plus de spectateurs après un certain Rafael Nadal, qui avait soulevé le premier trophée à Roland-Garros… à l’âge de 19 ans.

D’ailleurs, l’intéressé ne fixe pas de barrière. J’ai questionné sur les “limites” qui pourraient et avoir à sa progression après sa victoire à Madrid, “Carlitos” a répondu avec une franchise déconcertante : “Je ne pense pas.” Et d’ajouter, au micro de l’ATP : « Je pensais que j’étais prêt à attraper un Grand Chelem. C’est un objectif pour moi cette saison !

Reste donc à savoir quelle sera la forme de la concurrence qui voudra absolument faire barrage à l’épouvantail du circuit. Mais dans quel état de forme ?

Forme incertaine pour ses concurrentes

Car si cette année voit l’émergence de “Carlitos”, c’est aussi du fait d’une hiérarchie plus incertaine au sommet du tennis mondial chez les hommes. Après des débuts saisonniers canons et un titre à l’Open d’Australie, Rafael Nadal -qui a chassé une 14e couronne à Roland-Garros- a connu plusieurs blessures et revenait seulement à la compétition à Madrid.

De son côté, Novak Djokovic à manqué moreieurs rendez-vous ces derniers mois du fait de son refus de se faire vacciner contre le Covid. Au total, il n’a ainsi joué que douze rencontres depuis le début de l’année et reste, comme Nadal, sur une défaite face à Alcaraz. Pour ce qui est du reste du plateau, on peut citer Alexander Zverev qui peine à enchaîner les bons résultats et qui a subi des defaites surprenantes cette année (le jeune Danois Holger Rune dès le premier tour à Munich), a Tsitsipas toujours brillant sur terre , More qui court encore après un premier titre in Grand Chelem et des victoires successives contre los ogres Nadal et Djokovic, ou encore le Russe Daniil Medvedev, numéro 2 mondial certes, more beaucoup moins référencé sur terre battue.

Tant et si bien que si l’on se fie aux bookmakers, Alcaraz figure en très bonne position parmi les favoris pour le prochain Grand Chelem. Il n’est avancé que pour Rafael Nadal dans l’esprit des pronostiqueurs, qui donneraient moins de chance de reporter Roland-Garros à Novak Djokovic ou aux autres pointures du circuit mondial.

Une chose est sûre : Carlos Alcaraz ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Après avoir été qualifié de “meilleur joueur du monde” par Alexander Zverev, il a fait una réponse qui dit beaucoup : “Je serai sixième au classement mondial lundi, donc il y en a encore cinq devant moi.” Et peut-être moins au terme de Roland-Garros…

À voir également sur le HuffPost: Ces journalistes australiens insultent Djokovic se pensant hors antenne

Leave a Comment