Coaching | Luka Doncic, l’art de fixer les défenses

Si le plan du jeu des Mavericks face au Jazz était assez simple, en cassant un premier rideau défensif très perméable pour attirer les aides de Rudy Gobert et libérer les shooteurs extérieurs, c’est force plus délicat face aux solides Suns, qui ont plus d Des armes pour punir la “petite balle” et en plus des certitudes défensives.

Néanmoins, lors des deux derniers matchs de la demi-finale de conférence, les joueurs de Jason Kidd ont affiché les pistes qui leur permettent de déstabiliser Phoenix.

Lors du Game 4, c’est évidemment leur grosse adresse extérieure (20/44) qui a sauté aux yeux, avec notamment la performance de Dorian Finney-Smith mais, tactiquement, c’est surtout la volonté de Luka Doncic et compagnie de « fixer » les défenseurs de l’Arizona, en fonction des duels et aides potentiels, qui est intéressant.

Eh bien fixer les duels par les écrans et les coupes

Sur cette séquence, un double écran de Maxi Kleber et Dorian Finney-Smith a également permis à Luka Doncic d’affronter Chris Paul. Le Slovène donne le ballon à son coéquipier allemand pour bien fixer les duels défensifs, puis le récupère pour poster le meneur adverse. Ensuite, c’est le coupé de Maxi Kleber à la raquette qui sème la confusion dans les rotations défensives de Phoenix, la voiture Deandre Ayton se repose dans le tableau pour couvrir le cercle, mais c’est Jae Crowder qui est coté venu en aide sur Luka Doncic , et Devin Booker doit donc faire un choix par rapport aux deux joueurs côté faible, en attendant le retour de son coéquipier.

C’est précisément dans ce tours de temps que Luka Doncic peut servir Dorian Finney-Smith dans le coin.

Quelques possessions plus tard, Deandre Ayton s’est retourné contre Spencer Dinwiddie sur le repli défensif. Les Mavericks fixent encore la situation pour en profiter, en serviteur Luka Doncic, que peut attaquer le cercle et attirer l’aide, inévitable car il n’y a plus d’intérieur pour protéger le cercle.

Mikal Bridges lâche aussi Maxi Kleber pour couper la pénétration, mais Luka Doncic ne sert pas l’Allemagne, Chris Paul se précipite dans son dos pour compenser. Le Slovène profite ainsi encore une fois intelligemment du déplacement de Devin Booker vers la raquette pour ser Dorian Finney-Smith, à nouveau dans le coin, à 3 points.

Le “petit bal” de Dallas fait toujours mal

Après leur arrivée en NBA, Luka Doncic a également été impressionné par le fait qu’il était habilité à anticiper les aides, et ne les a pas punis. Une vision “Jedi” qui permettait de faire un coup d’avance sur la défense, et de rester imprévisible.

Dans tous les cas, comme Utah, Phoenix semblait très gêné par le « small ball » de Dallas la nuit dernière, avec cinq jeunes qui derrière la ligne à 3 points. Sur ce troisième exemple, Luka Doncic a obtenu le changement de défense qui affrontait autrefois Cam Johnson. Il transmet la balle à Maxi Kleber puis la récupère pour bien fixer les duels puis coéquipier allemand coupé encore dans la raquette au moment où il attaque sont adversaire en dribble.

Encore une fois, ça provoque une certaine confusion côté faible, avec Deandre Ayton et Devin Booker que veulent reprendre la coupe de Maxi Kleber, et Luka Doncic que voit pour ser Reggie Bullock dans le coin.

Comme Rudy Gobert au tour précédent, Deandre Ayton s’est ainsi souvent retrouvé le cul entre deux chaises lors des deux derniers matchs de la série, entre le fait de voir protéger le cercle en cas de pénétration, et la nécessité de couvrir les shooteurs dans Les pièces face à ce « small ball » texan qui joue très, très au large.

Dallas doit peut-être un peu plus travailler pour étirer la défense de Phoenix, par rapport à celle d’Utah, mais elle semble avoir trouvé des clés pour y parvenir assez régulièrement. Aux Soleils de trouver la parade désormais…

Leave a Comment