Garry Ringrose, centre du Leinster : « Les Toulousains ont un sixième sens »

« Qu’avez-vous pensé du match toulousain face au Munster (24-24, 4-2 tab) ?
C’était vraiment un gros défi pour les Toulousains. Le Munster a fait un super boulot, leur rendu la tâche très difficile. Les Toulousains ont monté à ce point ils pourraient être dangereux. Ils vont encore augmenter balaie le week-end, nous aussi. C’était vraiment un match super difficile et arriver à la séance de tirs au but à la fin, quelque chose qu’on n’avait jamais vu, c’était une manière assez dramatique de terminer une rencontre. Je sais très bien que Toulouse aura appris de ce match et sera encore meilleur contre nous samedi.

Que redoutez-vous le plus face à cette équipe de Toulouse ?
Je pourrai vous faire une grande liste (rire). Ils ont la possibilité de puis n’importe quel endroit du terrain. Ils ont comme un sixième sens, un instinct de se lire les uns les autres, même si ça n’a pas l’air d’être prévu. Les joueurs peuvent poursuivre les actions après contact, tout le monde s’ajuste, ils sont très bien synchronisés entre eux et très difficiles à arrêter. Sur le contrôle du match, ils ont une des meilleures charnières au monde (Dupont-Ntamack). Ils peuvent gagner de plusieurs manières, ils ont une grosse maturité dans la gestion du jeu. Que ce soit la charnière ou des joueurs comme (Julien) Marchant. Le danger peut venir de partout.

« Dans chaque équipe, il y a la colonne vertébrale des sélections française et irlandaise, on a l’habitude de jouer les uns contre les autres »

L’ambiance de l’Aviva Stadium, avec tous les supporters du Leinster, peut-elle être une clé de cette demi-finale ?
Totalement. Les Toulousains ont prouvé qu’ils pouvaient gagner à l’extérieur. C’est une vraie force chez eux. Ça ne leur fait pas peur. De notre côté, on aime bien jouer à la maison, et on chérit toutes les opportunités qu’on a de pouvoir jouer devant nos supporters, nos familles, nos amis. Cela rend le match encore plus spécial pour chacun d’entre nous. C’est encore une belle journée, à l’Aviva Stadium, à plus d’un titre au niveau du résultat.

Avec autant d’internationalisation sur le terrain, Toulouse-Leinster est-il une revanche de France-Irlande du Tournoi des Six Nations (30-24) ?
Je n’ai jamais vraiment pensé à un match comme une revanche. C’est vrai que dans chaque équipe, il y a la colonne vertébrale des sélections française et irlandaise, sur l’habitude de jouer les uns contre les autres. Sur concours vestimentaire comme elle vient, quel que soit le maillot. On va jouer au même niveau qu’un match international. Tout le monde est au plus haut niveau de préparation possible. Sur ce heureux de notre victoire à Leicester (en pintes, 23-14), c’était quelque chose d’important pour nous, pour notre développement. Mais on sait très bien qu’il y a toujours des aspects du jeu où l’on peut s’améliorer. Il faut être encore meilleur si on veut essayer d’atteindre la prochaine étape.

« Le rugby en France est sur la bonne voie »

Que pensez-vous de la présence de trois clubs français (Toulouse, La Rochelle et le Racing) en demi-finale de la Coupe d’Europe ?
Ça montre vraiment la force du rugby français après leur victoire dans le Tournoi des Six Nations. Si en ce qui concerne la classe du Top 14, seuls sept points sont les premiers du septième. Illustre le degré de compétition du Top 14 et le niveau du rugby qui s’exerce en France chaque semaine. Les clubs en bénéficient bien sûr, on le voit lors des compétitions européennes. Chaque équipe est très dangereuse à jouer, de manière différente. L’an dernier, on a été éliminé par La Rochelle (en demi, 32-23). On va voir comment ça va se passer avec Toulouse. Le rugby en France est sur la bonne voie. »

.

Leave a Comment