“Oussekine”, la série en quatre épisodes sur la mort de Malik Oussekine

C’était il y a plus de 35 ans. Le 6 décembre 1986, Malik Oussekine débarque à Paris pour un couple de policiers en marge d’une manifestation contre la Loi Devaquet sur la réforme des universités. En quatre épisodes, la série “Oussekine”, vient documenter le destin de cet étudiant Français d’origine Algérienne de 22 ans, battu à mort par des policiers.

après “Le Bureau des Légendes” et “baron noir”le réalisateur Antoine Chevrollier poursuit son exploration des blessures françaises avec la série “Oussekine”diffusé à partir du 11 mai sur Disney+.

Les remontent à l’hiver 1986, en plein mouvement de contestation étudiante contre le projet du “Devaquet” instituant la sélection à l’entrée de l’université.

Vers une heure du matin, le 5 décembre, Malik Oussekine, un étudiant de 22 ans, sorte de concert, est poursuivi jusque dans une salle d’immeuble de la rue Monsieur-Le-Prince dans le VIe arrondissement. Il est battu à mort par les “voltageurs”ces policiers à moto qui sont chargés de disperser les manifestations et de circuler autour de deux sur une moto, le passager étant muni d’une grande matraque.

Seul témoin du drame survenu cette nuit-là, Paul Bayzelon, fonctionnaire au ministère des Finances, habite rue Monsieur-Le-Prince. Le conte : “Je rentrais chez moi. Au momento de refermer la porte après avoir composé le code, je vois le visage affolé d’un jeune homme. Je le fais passer et je veux refermer la porte”. (…) Deux policiers s’engouffrent dans le hall, se précipite sur le type réfugié au fond et le frappe avec une violence incroyable. Il tombe, ils continuent à frapper à coups de matraque et de pieds dans le ventre et dans le dos. La victime a crié : “Je ne ris pas, je ne ris pas.”” Paul Bayzelon a dit avoir voulu s’interposer mais s’être fait lui aussi matraquer jusqu’au moment où il a sorti sa carte de fonctionnaire. Les policiers quittent les lieux. Malik Oussekine décède peu après à l’hôpital.

Lendemain, Alain Devaquet, ministre délégué à l’Enseignement supérieur et auteur du projet de loi, présente sa démission, alors que les étudiants défilent en silence, portant des banderoles “Ils ont mar Malik”. Le projet de réforme est retiré. Lundi 8 décembre, après les nouvelles manifestations, le Premier ministre Jacques Chirac a annoncé son portrait du texte.

Trois mois plus tard, le ministre délégué à la Sécurité, Robert Pandraud, lançait une nouvelle polémique en déclarant des journalistes du Monde que Malik Oussekine “n’était pas le heroes des étudiants français qu’on a dit” et en outre: “si tu es un fils sous dialyse, je l’empêcherais de faire le con dans la nuit”.

Les deux membres du “Peloton voltigeur motocycliste”le brigadier Jean Schmitt et le gardien Christophe Garcia, âgés de 53 et 23 ans au moment des faits, ont été jugés trois ans plus tard aux assises de Paris pour “coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner”. Ils sont condamnés le 27 janvier 1990 à des peines de prison avec sursis (cinq et deux ans respectivement).

Composée de quatre épisodes d’une heure chacun, la série “Oussekine” est diffusée en France et dans le monde sur la Disney+.

“Le temps est venu de raconter nos histoires et dépoussiérer le roman national”explique le réalisateur, Antoine Chevrollier. “Malik Oussekine n’est pas un fait divers. C’est un fait de société majeure que doit être considéré comme tel”explique-t-il. “En grattant, je me suis rendu compte qu’on pouvait raconter plein de choses comme la guerre d’Algérie (1954-1962), la situation politique de la France que vivait une cohabitation, le contexte social… et que seule une serie histoires me capables de toutes ces”, précise le réalisateur.

Leave a Comment