À Paris, ces urinoirs pour femmes créent la polémique

Des urinoirs pour femmes sont déployés depuis quelques mois à Paris. Face aux critiques, leur conceptrice répond. (©Madame Pee)

« De nouvelles toilettes laides qui vont couler partout », « innovation dégueulasse », « impôts gaspillés »… Les mots ne sont pas assez durs face au déploiement des cabines madamePee dans les rues de Paris. dés urinoirs penses pour les femmes alors que les lieux d’aisance que leur sont destinés sont quasi-inexistants dans l’espace public. Agir Paris J’ai contacté leur inventrice, Nathalie des Isnards.

« Dans nos cabines tout est fait pour qu’il y ait le moins de contact possible »

« Ces critiques ne sont pas surprenantes, dès qu’on vient perturber le système établi, force ça bouscule d’autant qu’on parle d’une chose taboue », relativise Nathalie des Isnards, fondatrice de madame Pee, face à la petite polémique née sur Twitter et alimenté par l’utilitaire moteur-diesel saccage paris.

Pourtant, ces cabines rouges sont une avancée pour la présence des femmes dans l’espace public. L’idée est de trouver une alternative à la cabine de chantier moche et à la sanisette JCDecaux peu utilisée par les femmes «qui craignent d’y être enfermées avec quelqu’un».

D’autres paramètres ont été pris en compte par la start-up parisienne, déployée à Paris, porte de Versailles dans le 15et arrondissement.

Les femmes ne s’assoient jamais sur les cuvettes des toilettes publiques, ou alors elles disposent du papier toilette sur la cuvette pour être sûres de ne pas louer en contact avec la surface. Dans nos cabines, tout est fait pour qu’il y ait le moins de contact possible, notamment avec des portes battantes.

Nathalie des Isnards« Fondatrice et présidente » par madamePee

Retrouvez les cabanes madamePee à Paris :

• Canal Saint-Martin
• Port autonome
• Village du Trinquet
• Trabendo (La Villette)
• Technopol
• Jardin Tino Rossi

Un déploiement progressif dans la capitale

Alors que les internautes leur reprochent des sacs poubelles trop petits pour recevoir les protections hygiéniques, la fondatrice rétorque que modèle pris en exemple est un modèle « temporaire ».

« La cabane sera coffrée, vissée au sol. Quant au sac, ce n’est pas celui qui est mis habituellement. Normalement, ils sont des sacs de 100 litresrenforcés au même titre que ceux des poubelles de Paris, qui sont utilisés », répondit-t-elle.

Vidéos : en ce moment sur Actu

les concernant « écoulements d’urine » à proximité des cabines, elle l’assure : « Ce n’est pas dû à un trop plein mais à un message des toilettes, les gens font leurs besoins sur les paroissiens. » Des incivilités que l’entreprise madamePee déplore et que se trouvent concentrées à Paris.

Nous déployons nos cabines dans d’autres villes de France comme Rennes ou Tours où leur installation est plus acceptée et les incivilités moins nombreuses.

Nathalie des IsnardsLa fondatrice de Madame Pee

Quoi qu’il en soit, Nathalie des Isnards ne s’en laisse pas compter et compte bien essaimer dans tout l’Hexagone jusqu’à devenir le “leader des urinoirs en Europe”. « On sera satisfait quand on aura autant d’urinoir masculin que d’urinoir féminin dans l’espace public. Avec environnement 500 000 vespasiennes pour hommes en France, autant je dirai que madame Pee a du boulot ! », a-t-elle conclu.

Cet article vous a été utile ? Sachez que vous pouvez suivre Actu Paris dans l’espace Mon Actu . En un clic, après inscription, vous et retrouverez toute l’actualité de vos villes et marques favorites.

Leave a Comment