Anne-Sophie (Koh-Lanta) éliminée, elles sont compliquées retour : “Mon mari m’a un peu secouée…” (EXCLU)

Après la réunification, les aventuriers formèrent une seule et même tribu blanche dans Koh-Lanta, Le Totem maudit. Eh bien, en théorie. Car en réalité, deux clans existent : les ex-rouges et les ex-jaunes. Les premiers, numériquement supérieurs, éliminent les deuxièmes un à un. Après Setha, qu’a sauté lors de la réunion des ambassadeurs, Colin, Pauline (qu’a quitté le jeu lors d’une épreuve éliminatoire), et Yannick, c’est au tour d’Anne-Sophie d’être éliminée. Un coup dur pour ce coach sportif. Après 27 jours passés sur l’île, loin de tout confort, la jolie blonde de 34 ans est rentrée à la maison, en Grèce, retrouver son mari le footballeur Anthony Mounier et leurs deux adorables enfants. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le retour à la réalité a été violent pour elle… In interview pour purepeople.com, elle était libre sur le sujet mais pas que. Son élimination, le double jeu de Nicolas… Anne-Sophie retrace son aventure.

Comment avez-vous vécu votre élimination ?

C’était très compliqué. On aurait pu essayer de changer la tendance. Je n’ai pas été jusqu’au bout de mon intuition, de ce que je pensais. Donc j’ai beaucoup de regrets.

D’après vous, porquoi vos camarades ont-ils voté contre vous ?

Je ne sais pas… Ça se jouait vraiment entre Olga et moi. J’ai chopé quelques informations sur le c ampli. J’ai vu que François parlait à Nicolas et j’ai compris le prénom d’Olga sortir. Donc je lui ai dit : “Je pensais que tu étais en danger, il faut à tout prix jouer ton collier !“En plus, c’est ici que je trouve le collier d’immunité, il m’est difficile de l’exiger. Après tout, je ne sais pas diviser les votes au pied levé… Je me suis dit : ça passe ou ça casse. Enfin, je ne sais pas pourquoi la raison pour laquelle ils ont voté contre mon plutôt que contre Olga.

A ce moment du jeu, avez-vous des doutes sur Nicolas et le fait qu’il sert d’indic ?

Je n’ai absolument aucun doute au début. Je le vois parler aux rouges mais je me disqu’il fait peut-être la taupe pour nous. Au contraire, sur le chemin juste avant le conseil, il est collé aux rouges. Dès qu’on parle il va directement voir François. Je sens qu’il s’éloigne un petit peu de nous. A ce moment-là, je me dis : “Ce n’est pas possible, il nous la met à l’envers.“Je commence à comprendre que tu es un sosie plus que jamais, et tu me dis que ce n’est pas possible. En fait, j’ai plus l’impression d’être vieux et je suis vieux.” la tête vers ses chaussures. Là, je me dis: “Punaise, il nous est vraiment mis à l’envers !

Au niveau stratégique, vous semblez très lucide. Comment l’expliquez-vous ?

À la base, le côté stratégie faisait un peu peur dans l’aventure parce que je ne me sens absolument pas stratège. En revanche, j’ai chaud aux fesses. Je me dis qu’il faut se déplacer. On est en infériorité numérique, je vous dirai que les rouges à fumer vous conduisent. C’est François qui tient les rennes et tout le monde suit ce qu’il dit. Je voulais éliminer une tête forte pour éviter qu’ils nous bouffent. J’avais vraiment à cœur de sauver mon équipe, de me sauver. Je voulais couper cette tendance d’éliminer les jaunes au fur et à mesure des conseils. Je sais que c’est toujours très risqué, mais on est dans un jeu et je me battrai jusqu’au bout.

Vous n’avez pas pu parler à votre mari et vos enfants en perdant l’épreuve de confort, comment l’avez-vous vécu ?

J’ai ressenti beaucoup de tristesse. Je m’en suis voulu… Après, face à François, c’était compliqué. Mais c’était très dur. Quand Denis Brogniart nous parle de nos enfants, j’éclate en sanglots. Il semble que jusque-là, c’était la faim le plus difficile à gérer. Et là, je ressens vraiment le manque de ma famille, de mes enfants. J’ai juste envie de savoir comment ça se passe sans moi, de les entendre et de leur Je dirai que tout va bien et qu’ils y réfléchissent. J’avais peur qu’ils pensant que j’ai ai ai abandonnés car ça faisait déjà 27 jours d’aventure sans compter les 15 jours d’isolement avant le jeu. Pas de nouvelles de maman pendant un mois et demi, c’est long pour de jeunes enfants. Et moi aussi, j’en avais besoin à ce moment. J’avais l’impression que tout le monde m’oubliait, j’étais perdu au milieu d’une île.

Sur les réseaux sociaux, certains évoquent une “haine” de votre part envers Setha. Quoi de neuf?

Passe absolument ! Je ne comprends pas pourquoi on parle de ça. Je n’ai jamais eu aucun problème particulier avec Setha. Elle m’en a voulu après le jeu d’ailleurs, alors que je lui ai toujours dit mes votes et intentions de votes. J’ai voté deux fois contre elle. Une fois pour sauver Alexandra et la fois d’avant je ne voulais pas éliminer Stéphanie. Je ne ris pas contre Setha, mais je suis prêt à voter pour l’affect et à être la personne avec qui je ne suis pas sûr du camp. Elle était à l’écart du groupe, mais je ne comprends pas pourquoi je pensais déjà détester. C’est juste le jeu, et puis j’ai toujours été très honnête avec elle.

Quel est celui qui vous convient le mieux pour votre cette aventure ?

C’était la faim, clairement. Je me souviens aussi des nuits où j’étais trempée, frigorifiée. Dès que je suis rentrée, j’ai dit à mon mari : “Ko Lanta, c’est horrible, c’est dur. C’est une aventure magique mais vraiment très très difficile. Et quand on dit qu’on a le sang et les os glacés, je l’ai ressenti !“J’avais vraiment le corps glacé par le froid et la pluie.

Comment s’est déroulé votre retour à la réalité ?

Ça a été très difficile. Surtout que dès que je suis rentrée, j’ai voulu vite réprimande ma vie. J’ai repris mes cours. Mais j’étais là sans être là. Physiquement j’étais avec ma famille, je reprenais mon train de vie. Mentalement, j’étais déconnectée. J’étais un peu perdu. Je voyais que mon mari avait pris ses marques : ça filait droit, c’était très organisé. Moi j’étais un peu à la ramase, alors qu’habituellement c’est très carré. Je suis fille de militaire, j’ai fait le lycée militaire et pour moi l’heure c’est l’heure. Là, j’étais complètement perchée. Au bout de deux semaines, mon mari m’a un peu secouée en disant : “Eh oh, tu es mère de famille, tu es revenu à la réalité ! Vous reprenez a peu tes marques et en avant !

Comment se sont passées vos retrouvailles avec votre mari et vos enfants ?

Trois passionnants. Malheureusement je ne vois pas mon mari à mon retour. Il jouait un match à l’extérieur donc je ne l’ai vu que demain à minuit parce qu’il voyageait de nuit. Quand j’ai reçu l’appel à l’aéroport et qu’ils m’ont dit qu’ils devaient venir me voir, laissez-moi chercher, jouer dans le sang. Il semble que je ne sais pas quoi envoyer, il s’agit de serrer dans mes bras. J’ai retrouvé mois enfants avec ma maman. Mes garçons me regardent comme une inconnue, mais aussi un peu en admiration. Ça m’a beaucoup touchée. Ils n’en croyaient pas leurs yeux. Et puis on ne s’est pas lâchés, câlins du matin au soir. Et puis, ils étaient gentils : pas de bêtises pendant une semaine (rires) ! C’était plutôt agréable. Et de mon côté, je les ai trouvés tellement grandis, mentalement et physiquement. Je me suis dit que j’avais quand même perdu pas mal de temps avec mes enfants.

Quels sont vos projets ?

J’ai ma marque de sport. J’attaque la deuxième année. J’aimerais approfondir, innover un peu dans les articles. A côté de ça, je suis prof de Kangoo Jump, mon but est de développer ce sport en France. J’attends de passer trainer, il faut que je passe le diplôme. J’attends une date incessamment sous peu pour pouvoir coacher les coaches en France, organisateur de grands événements à travers le pays. Il semble que j’ai énormément de demandes après la diffusion de mon portrait.

Contenu exclusif et pouvant être repris sans la mention de purepeople.com.

Leave a Comment