Cloture à Paris : le renouveau de l’optimisme

LA TENDANCE

(Boursier.com) — La Bourse de Paris achève la séance en ferme rebond, ce mercredi. Le CAC40 est à +2,5%, après trois nettes distances au-dessus des 6 000 points. L’indice phare de la place parisienne a rapporté 6 269 points. Ce renouveau d’optimisme repose sur la publication de rapports d’inflation aux Etats-Unis, en début d’après-midi, et declaraciones de Christine Lagarde de la BCE, que s’est montrée plus précise sur la perspective de Remontée des taux pour contrer l’inflation.

Après un pic de 40 ans en mars à 8,5% en glissement annuel, l’inflation aux Etats-Unis s’annonce à 8,3% en avril, pour rapport au dernier. Hors alimentaire et énergétique, elle tend moins. Il est fixé à 6,2 % par avril, en glissement annuel (6 % consensus de marché). L’indice des prix à la consommation (IPC) a progressé de 0,3% en avril en raison d’une croissance antérieure, un niveau consensuel, et de 0,6% pour l’alimentation et l’énergie, un niveau supérieur aux soins. L’indice de prévision d’inflation de la Fed d’Atlanta pour le mois de mai 2022 est en baisse à +3,7%, (+3,8% un mois plus tard). Ces chiffres ne montrent pas d’accélération fulgurante du rythme de l’inflation aux États-Unis, ce qui paise un peu les investisseurs. La Fed va veiller à ce qu’elle poursuive sa hausse des taux, mais pourrait temporiser le rythme du resserrement monétaire avec une approche moins agressive. Il n’en faut pas plus que cette perspective aux marchés pour que la marque le pas, au moins pour cette séance !
Le risque n’est cependant pas écarté, mais les marchés américains gagnent en confiance. Joe Biden est persuadé que la Fed doit lutter contre l’inflation… « Si c’est réconfortant de voir que l’inflation annuelle est modérée en avril, ce n’est pas long » Pas moins que l’inflation soit à un niveau inacceptable et qu’elle soit la principale priorité économique. Mon plan réduira les coûts, tandis que seul le plan des républicains du Congrès est d’augmenter les impôts de familles”.

En France, l’Insee estime que la baisse annuelle de l’indice des prix à la consommation continuera d’augmenter en passant de +4,8% en avril à +5,2% en mai à +5,4% en juin Ces appréciations s’appuient notamment sur l’hypothèse d’une stabilité des cours du pétrole autour des niveaux mesurés début mai, soit 105 $ pour le baril de Brent. Les économistes de l’Insee prennent aussi en compte la répercussion des hausses des prix de production qui se trasmet désormais aux prix à la consommation, que ce soit pour les produits agricoles, industriels ou pour les services.

Plus globalement pour l’Europe, Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), pour conforter les anticipations de hausse de taux de la BCE en annonçant que l’institution pourrait rencontrer la fin du programme d’achats d’actifs ( APP) en début de 3e quart-temps et les soulage de “quelques semaines” plus tard. Christine Lagarde retient l’attention du marché sur une hausse des taux d’intérêt en juillet, une première en plus de 10 ans. La démarche vise à contenir la hausse des prix à la consommation. Le taux d’inflation dans la zone euro devrait rester compris entre 4% et 5% à la fin de l’année, selon les estimations du vice-président de la BCE, Luis de Guindos.

Le prix du baril de brut WTI gonfle +6% à 105,5$. Le Brent a pris 5,5 % à 107,19 $.

L’once d’or consolide de 0,11 % à 1 852 $. Le bitcoin s’est stabilisé autour des 31.000$.

L’indice du dollar a cédé 0,3% face à un marché boursier. L’euro est à 1,0551.

VALEURS EN HAUSSE

*axa (+2,18% à 22,96 euros). Le groupe d’assurance a obtenu l’agrément de l’ACPR pour l’opérateur d’assurance. La transformation d’Axa SA en réassureur interne au Groupe vise à améliorer la fongibilité du capital dans l’ensemble du Groupe, conformément à la politique de gestion du capital d’Axa. Cette transformation sera finalisée par la suite de fusion entre Axa SA et sa captive de réassurance, Axa Global Re. Celle-ci est actuellement prévue pour fin juin 2022.

* NRJGroup (+0,66% à 6,1 euros). Le groupe à fait état, au titre de son 1er trimestre 2022, d’un chiffre d’affaires I consolide hors échanges de 85,4 millions d’euros, en baisse de 11,1%. Ce très bon début d’exercice apporte Portzamparc à relever légèrement ses attentes en Radio (CA +6% vs +5%) et en Diffusion (CA +7% vs +5%). L’objectif est ajusté de 10,5 à 10,6 euros. NRJ reste particulièrement décotée avec une trésorerie nette 2022 que s’élève à 3,9 euros par action, précise la maison de bourse, à l’achat’ sur le titre.

* kering (3,77 %, 459,6 euros) et LVMH (+4,28%, 573 euros) sont recherchés avec Hermès International(+3,69% à 1 054 euros).

* Innée Pharma (+8,21% à 2,71 euros). Dans le mouvement de sa semaine, première publication, Innate Pharma a bénéficié du soutien d’analystes. Bryan Garnier évoque Innate Pharma comme “l’un des rares intervenants de l’environnement des biotech à disposer d’une position solide de cash”. La trésorerie d’Innate Pharma est de 131,7 ME, sans le versement de 50 M$ d’AstraZeneca. Le courtier confirme sa recommandation d’achat’ sur le dossier. Il étau 12 euros.

* Stellantide (+2,9% à 13,22 euros). Après 15 mois d’activité et dans le cadre de la mise en œuvre de son plan stratégique “Dare Forward 2030”, le constructeur automobile annonce en mars plusieurs changements au sein de l’équipe dirigeante. Maxime Picat est nommé Directeur Achats et Supply Chain, en remplacement de Michelle Wen qui poursuivra des projets personnels. Uwe Hochgeschurtz devient directeur général Europe Élargie, en remplacement de Maxime Picat. Florian Huettl remplacera Uwe Hochgeschurtz et rejoindra l’équipe de direction de Stellantis en tant que directeur général d’Opel et de Vauxhall. Alison Jones, actuellement en charge de la British March, sera promue à un poste mondial en tant que Senior Vice President Circular Economy et reporter Philippe de Rovira, Chief Affiliates Officer. Enfin, Paul Willcox, actuellement le leader britannique de Vauxhall, remplacera Alison Jones, simplifiant l’organisation de la Royal Union. Ces changements seront effectifs au 1er juin 2022.

* Pernod Ricard (+4,1% à 185,25 euros). Oddo BHF à réitéré sont avis ‘surperformance’ avec un objectif de 217 euros.

* Il est (+1,88% à 14,08 euros). Porté par l’annonce d’une activité très dynamique en début d’année, le spécialiste du nettoyage et de l’hygiène a dévoilé hier soir un chiffre d’affaires trimestriel en croissance de 26,5% à 832,8 millions d’euros. Dans un contexte de trois fortes inflations du prix de l’énergie et de rebond de l’activité en Hôtellerie-Restauration, la direction a vu une marge d’EBITDA 2022 de l’ordre de 33,5% et une croissance organisationnelle comprise entre 13 et 15%.

* EssilorLuxottica (+1,87% à 146,8 euros). Après les dégagements lourds de ces 5 dernières séances, le lunettier a réprimandé sur des rachats à bon compte. La valeur a été largement survendue avec l’avertissement de Vision nationale.

* Malgré les ajustements de recommandations de HSBC sur plusieurs foncières et l’immobilier, le secteur reste bien orienté. Gecina (+1,27% à 103,4 euros) ; Icade (+0,36% à 55 euros) ; Covivio (+0,7% à 65,1 euros) ; Mercilys (+2,4% à 8,31 euros).

LES VALEURS EN BAISSE

égide (-20,86% à 0,831 euro). Je me suis regroupé pour vous annoncer le décalage de la publication du rapport financier annuel 2021, initialement prevue le 5 mai. La Banque de Santier et Egide USA, Banc of California, qui a absorbé Pacific Mercantile Bank (PMB), a communiqué sa décision de continuer à soutenir les lignes de crédit de deux entités américaines au-delà du 30 juin, limite en cours de négociation pour être annoncé le 30 septembre. Dans ce contexte, deux projets cumulatifs de financement sont toujours en cours chez Egide USA et Santier, qui en sont au même stade à ce jour : ‘Letter of Intent’ acceptés, audits et constitutions de dossiers en cours, approbations attendues pour la mi- Juin. “Cette situation pourrait remettre en cause la continuité d’exploitation des opérations américaines, ce qui complexifie considérablement la certification des comptes par les auditeurs américains, notamment à cause de leur processus de qualité interne des audits”, explique Egide. Le rapport financier annuel 2021 sera disponible tous les jours et le reporting groupe Egide laissera votre mise à disposition.

* Alstom (-5,16% à 21,85 euros). Séance délicate pour Alstom, que progressait sensiblement en début de séance avant de décrocher à la mi-journée. Au cours de l’année, le cabinet a enregistré un résultat opérationnel ajusté de 767 millions d’euros, soit une marge opérationnelle ajustée de 5%, pour un bénéfice de 15,5 millions d’euros (+76%). Le free cash-flow a atteint -992 ME sur l’exercice, le consensus se positionne désormais à -1,23 MoE. Le résultat net ajusté ce ressorti à -173 ME du fait d’une dépréciation de 441 millions d’euros liée à la participation de 20% dans le groupe russe Transmashholding. Le groupe a par ailleurs mis en avant son carnet de commandes historique de 81 MdsE. Bien que la forte croissance en Europe ait alimenté la progression du bénéfice d’Alstom, il a regroupé l’héritage des coûts d’intégration de projets difficiles après avoir acheté l’année dernière l’activité ferroviaire du Canadian Bombardier, qui a expliqué le maintien de Ils sont flux de trésorerie dans le rouge. Alstom n’en a pas moins soulagé le montant des synergies issues de cette opération. Ils devaient desormais générer 400 ME d’euros en 2024-2025, et entre 475 et 500 ME pour un à partir de 2025-2026.

* Ubisoft (-5,11% à 41,61 euros). Les prises de bénéfices poursuivent sur le dossier que redonnent 14 % sur trois séances, après sa forte hausse spéculative. Ubisoft a annoncé le renforcement du Comité Exécutif. Ses nouveaux membres devront “jouer un rôle essentiel dans la transformation stratégique d’Ubisoft pour une croissance forte, durable et inclusive, au profit de ses communautés externes et internes”. Ubisoft publie, le 11 mai après bourse, les résultats de l’exercice 2021/2022. Cette publication sera commentée auprès des investisseurs.

* Claranova (-4,1% à 2 944 euros). Claranova publie un rapport sur les affaires du 91 ME au cours du 3ème trimestre de l’exercice 2021-2022 (janvier – mars 2022), avec une contraction de -5% due à un rapport sur la même période de l’année précédente (-14% en bio). Portzamparc abaissé disponible de 9,1 à 7,5 euros (‘achat’). Pour Bryan Garnier, le dossier est dans un mauvais momentum. Le courtier reçoit sa recommandation d’achat, plus les abaisses sont également objectif de cours de 10,5 à 9,5 euros.

* Cabasse (-4,88% à 3,12 euros). Le spécialiste du son de très haute qualité a été mal avisé après la publication du chiffre d’affaires du 1er trimestre 2022. Sur la période, il est de 6,3 ME, en réponse à -13% pour le rapport au 1er trimestre 2021. En raison d’une effet de base important (+22% de croissance au 1er trimestre 2021), le groupe a été fortement perturbé au 1er trimestre 2022 en raison des tensions mondiales sur le matériel de transport de marchandises. Ils se traduisent par les retards d’appropriation liés à la fermentation des ports en Chine due à la pandémie, parfois pendant plus de semaines au cours de la période, et à la congestion des ports en Europe. La division Chacon & DIO Home a le plus d’impact pour ces perturbations, même si Cabasse Audio dans une moindre mesure, qu’est toujours pénalisée pour les ruptures de composants critiques. Le groupe conserve toutefois ses objectifs annuels, avec pour ambition de tendre vers le niveau cible de 10 % de marge d’Ebitda à horizon 2022. Cet objectif est conditionné à la résorption des difficultés d’approvisionnement de composants, et à la vitesse du retour Progressif au fil de l’exercice à des niveaux normatifs des coûts du transport de fret.

Leave a Comment