la statue du héros guadeloupéenne Solitude inaugurée à Paris –

Prix ​​de l’Initiative de la Mairie de Paris, la statue de la Mulâtresse Solitude a été inaugurée le 10 mai, dans le 17e arrondissement de Paris. Solitude est devenue la première femme noire érigée en statue dans la capitale.

Choisissez la promesse, choisissez l’échéance. Mais surtout, choisi fait. Anne Hidalgo a bel et bien tenu son engagement en installant, pour la première fois dans la ville lumière, une statue de femme noire. Et pas n’importe laquelle ! Solitude, de son vrai nom “Rosalie”, est un véritable héros pour les Guadeloupéens. Engagée, pugnace, la “Mulâtresse” s’engage au côté du Martiniquais Louis Delgrès, abolitionniste et résistant contre les troupes napoléoniennes, alors qu’elle est enceinte. Solitude a été arrêté en 1802 et laissé en attente, le de main de son accouchement.

Désormais, sa statue trône fièrement dans le square qui porte déjà son nom depuis septembre 2019, place du Général Catroux dans le 17ᵉ arrondissement de la capitale. Pour Charles, qui connaît bien la Guadeloupe, il est important pour faire le déplacement : “On me in a parlé ce matin, je suis curieux donc je suis passé voir. Je voulais voir ce que les gens continuent à faire pour que les autres n’oublient pas”, explique-t-il adossé à la barrière du parc Solitude. Comme Charles, une assemblée de curieux s’est agglutinée dans le petit parc.

Beaucoup de personnalités politiques étaient aussi au rendez-vous. La maire de Paris a souligné dans son discours la féminisation de l’espace public parisien : “La solitude est un symbole en plus parce que c’est une femme et que l’histoire de notre pays est organisée sur l’invisibilité des femmes.” Anne Hidalgo n’oublie pas de subir”la partie d’Outre-mer” qui débouche, selon elle, sur une histoire collective”universel”.

Anne Hidalgo, maire de Paris, au côté de Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage



©CARINE SCHMITT / HANS LUCAS

Le maire PS de la capitale a travaillé pendant deux ans sur ce projet, comme le rappelle Jacques Martial, conseillé chargé des Outre-mer à la ville de Paris : “Le Jardin de la Solitude a été inauguré en septembre 2019 et c’est maintenant la statue. C’est, qui plus est, le premier corps d’une femme noire représentée dans l’espace public parisien. Je suis très ému, c’est un beau succès”.

Jacques Martial n’est pas le seul à être ému. Pendant la lecture du livre d’André Schwarz-Bart La Mulâtresse Solitude pour la comédienne guadeloupéenne Laurence Joseph, l’assistance était figée, comme prix à la gorge par la douleur qu’a pu ressentir Solitude. “Cette figure a été oubliée, il était important qu’un acte fort et symbolique soit posé”insiste Jean-Marc Ayrault, président de la Fondation pour la mémoire de l’esclavage.

La Guadeloupéenne Babette de Rozières émue lors de la lecture de La mulâtresse Solitude



©CARINE SCHMITT / HANS LUCAS

“Pour moi, elle évoque la liberté, le combat d’une femme pour la liberté”, l’illustre Nadia de Chavigny, assistante de salle martiniquaise à l’inauguration. “Elle est très belle, magnifique même, mais je la trouve un peu petite de taille”, ajoute-t-elle en regardant la statue enfin dévoilée.

Je pensais que cet hommage à une fanm doubout, à une femme rebelle arrive au bon moment. Il est important pour la cohésion sociale et nationale”, souligne Jean-Marc Ayrault. “Jout ça aurait pu aller plus vite, dans la reconnaissance de l’histoire de France. Je serai la maire que aura mis en avant patrimoine collectif”félicite Anne Hidalgo.

Statue de la Solitude



©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Tous s’accordent à dire qu’il était temps d’avoir une présentation féminine, qui plus est noire, aux yeux des citoyens. Et pour la jeune métisse Kessy, 10 ans, venue assister à l’inauguration avec sa maman, le message est très fort : “Il y a plus de statues d’hommes ou de femmes blanches, donc je trouve ça très bien et je me sens représenté. Je la trouve belle, elle représente la force des femmes noires.”

Leave a Comment