comment l’accord de la gauche s’est fracturé dans la 15e circonscription de Paris

Même si elle ne s’est pas investie, la candidate socialiste a été jugée “légitime” et a décidé de présenter sa candidature. Elle risque l’exclusion.

Personne n’y aurait cru il y a encore quelques semaines. Après moult rebondissements, le Parti socialiste (PS) et La France Insoumise ont cap le 4 mai, scellant avec les écologistes et les communistes un grand rassemblement des forces de gauche derrière une même bannière pour les élections législatives : la Nouvelle union populaire écologique et sociale .

L’Europe a longtemps été un des points d’achoppement des pourparlers et un frein à l’obtention d’un compromis. La répartition des circonscriptions en a été un autre. Et la signature de l’accord, je l’ai appris par un vote du Conseil national du PS, pas tout à fait passé vos débats autour de la 15ème Circonscription de Paris.

Car les socialistes militaient pour la candidature de Lamia El Aaraje. Le candidat élu gère plusieurs quartiers du 20e après la partie législative de 2021. Un scrutin a finalement été annulé en janvier dernier en raison de la participation frauduleuse d’un faux candidat La République en marche. Les Insoumis ont balayé cette possibilité et investi Danielle Simonnet… qui avait été vaincue dans les urnes par la socialiste lors du dernier scrutin.

Pierre Jouvet a tenté de convaincre Jean-Luc Mélenchon

J’anticipe que le débat ne sera pas enterré, le 5 mai, le Conseil national du PS donne certes aval à un mariage électoral avec LFI, mais les militants se prononcent toujours un plus de 90% en faveur d’une révision de la loi selon la candidature pour présenter au 15ème cirque de Paris.

C’est pour renégocier ce point que Pierre Jouvet a cédé à son QG des Insoumis au lendemain du vote du Conseil national du PS, a indiqué Lamia El Aaraje à BFMTV, une information confirmée pour l’intérêt lui-même. Son rendez-vous avec Jean-Luc Mélenchon s’avère finalement infructueux.

Plus que cela n’a d’importance. « Légitime » et déterminée à être nom aux urnes, Lamia El Aaraje a publié un tweet officialisant sa candidature, accompagné d’une photo d’une affiche de la campagne la dépeignant tout sourire. Le poing et la rose du PS sont bien présents dans un coin.

“Je ne suis pas un candidat dissident”

La jeune socialiste se défend de contrevenir aux intérêts de Nupes. “Je ne suis pas une candidate dissidente, je suis socialiste, clame-t-elle. La seule condition préalable à l’accord, c’était que tous les sortants autorisés se désignent. Ça a fonctionné sur toutes les circonscriptions sauf la mienne.”

Dans son combat, Lamia El Aaraje a récemment reçu l’appui de différents grands noms du PS. En premier lieu : Lionel Jospin. L’ancien premier ministre a exercé le ministère lors des accompagnés d’un déplacement sur un marché dimanche. Il devrait prochainement participer à un nouvel événement de campagne à ses côtés, informe BFMTV auprès de l’équipe de la candidate.

Tous deux devraient être rejoints par Bernard Cazeneuve. Lui aussi ancien chef du gouvernement, l’éléphant socialiste a certes rendu sa carte du parti, a marqueur de son aversion à l’accord noué avec LFI, mais il comprend qu’il s’implique auprès de Lamia El Aaraje.

Même son de cloche du côté d’Anne Hidalgo. La maman de Paris lui a témoigné son soutien, illustrée dans un tweet publié mercredi. Selon nos informations, les deux femmes sont en “lien étroit” et échangent au téléphone. “Elle est bienveillante”, avant Lamia El Aaraje. Elle sait ce que c’est de mener une campagne dure.”

Un risque d’exclusion ?

Pour autant, en maintenant sa candidature, Lamia El Aaraje s’expose à des sanctions pour non-respect du compromis électoral.

“Les statuts du Parti socialiste sont très clairs. S’il y a des candidats en dissidence, ils seront exclus du Parti socialiste“, explicite la semaine dernière Pierre Jouvet.

Olivier Faure, Premier secrétaire du PS et aux avant-postes des négociations avec LFI est revenu sur une situation inconfortable. S’il regrette “une forme d’injustice” et dit se battre pour que Lamia El Aaraje soit candidate, et aussi en garde les dissidents, “il paraît que les Balayés étaient des candidats pour les candidats qui auraient un espoir yeux de tout le monde”.

Les électeurs “au taquet”

Pour l’heure, la situation ne semble pas entamer la confidence de Danielle Simonnet, la candidate officielle. L’Insoumise a vu la même victoire lors de la première tournée législative du 15e cirque de Paris, territoire où les électeurs ont été largement plébiscités par Jean-Luc Mélenchon (45,7%).

“Ils sont au taquet”, confie Danielle Simonnet à BFMTV au sujet des électeurs mélenchonistes.

L’interestsée bâtit également sa confiance sur son ancrage territorial. “Ça fait 30 ans que je milite sur cet arrondissement, frétille-t-elle. J’ai la réputation d’être la nana que est sur le terrain et qui bosse ses dossiers.” Pas certains que ces arguments suffisent à convaincre Lamia El Aaraje de se mettre en retrait.

Marie Gentric avec Florian Bouhot

Leave a Comment