Impôts : ces 4 éléments surprenants que vous ignorez, sûrement sur les paiements au fisc

(crédits : © Pixavril-stock.adobe.com)

Des moyens de paiement inattendus et des sommes d’argent colossales à traiter : le dernier rapport du Comité consultatif du secteur financier a dévoilé des détails insoupçonnés sur l’administration fiscale.

Pour MoneyVox,

Chaque année, la Direction générale des finances publiques, ou DGFiP, voit transiter plusieurs centaines de milliards d’euros sur ses comptes. De l’argent parlé par les particuliers et les professionnels au titre d’une multitude d’impôts : taxe sur le venu, IFI, taxe foncière, taxe d’habitation… Dans son rapport annuel, le Comité consultatif du secteur financier (CCSF) Livre plusieurs chiffres et informations étonnantes en matière de paiement auprès du Trésor public. Découvrez les 4 éléments les plus surprenants.

1. Il est possible de payer ses impôts en espèces

L’argent liquide est un mode de paiement encore fréquemment utilisé au quotidien. Plus saviez-vous qu’il est possible d’utiliser des pièces et des billets pour payer ses impôts ? Pour simplifier l’accès à ce mode de règlement, l’administration fiscale a conclu un partenariat avec les buralistes. Ceux-ci peuvent encaisser de l’argent pour le compte du Trésor public pour toutes les factures fiscales inférieures à un montant de 300 euros. Notez qu’il est en revanche interdit d’envoyer des espèces par courrier, sans compter le risque de perte.

2. L’administration fiscale concentre 45% des virements

Le Trésor public encaisse chaque année des centaines de milliards d’euros pour le compte de l’État au titre de la TVA, de l’impôt sur le revenu, de l’impôt sur la fortune immobilière ou encore de l’impôt sur les sociétés. Des sommes d’argent colossales qui expliquent notamment que 45% des virements réalisés en France concernent la DGFiP. Au nom des opérations, ils sont donc près de la moitié du total des virements émis par tous particuliers et les entreprises du pays que se rapportent au fisc. Les CCSF complets sont analysés en plus de ce que cette proportion représente “presque autant en matière de prélèvement”.

Lire aussi : Impôts : qui contacter gratuitement pour déclarer ses revenus sans faire d’erreur ?

3. Chèques résistants à la dématérialisation

Face à la carte bancaire, aux virements instantanés, ou encore au paiement mobile, l’usage du chèque est en déclin dans l’hexagone. Et malgré une baisse de 10 à 15 % pour une utilisation, ce mode de paiement reste encore et toujours du goût des contribuables. Pour preuve : la DGFiP encaisse environ 100 millions de chèques selon le rapport de la Commission consultative du secteur financier. Un mode de paiement qui reste indispensable pour toutes les ménageries qui n’ont pas accès aux outils numériques, et que l’administration fiscale préserve absolument. Cette s’est portée volontaire pour le confirmer par le CCSF concernant la prise en compte et l’importance de conserver « d’autres moyens de paiement – ​​​​chèques et espèces – pour ceux qui n’ont pas accès aux services numériques ».

Bon à savoir : les ménages qui n’ont pas de connexion internet ou qui ne sont pas à la mesure de leur prestation, ils se rendront à une maison France services afin d’être accompagnés par un agent pour toutes les démarches liées aux services publics.

4. L’impôt sur le revenu n’est pas la première recette fiscale

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’impôt sur le revenu et constitue la première source de financement du trésor public. En réalité, cet impôt n’occupe que la seconde place du podium, j’ai avancé pour la TVA payée sur les chats par les particuliers. Côté montant, avec environ 200 millions d’euros qui sont générés par la TVA contre 100 millions d’euros pour l’impôt sur le revenu. La troisième place du classement revient à l’impôt sur les sociétés qui ont généré tout de même 70 milliards d’euros chaque année. Et s’ils incluent les impôts dans ce palmarès, l’impôt sur le revenu revient à nouveau, battu par la CSG qui, avec les permis de sexe, a envoyé 120 millions d’euros de reçus fiscaux.

.

Leave a Comment