BILLET / Nantes – Stade Rennais : Rennes, ou l’art de se compliquer la tâche

Alors que le derby face à Nantes s’annonçait comme l’un des plus gérables de ses 3 finales de fin de saison avant Marseille et Lille, le Stade rennais a échoué à la Beaujoire (1-2), et avec la manière.

Les vieux démons finissent apparemment toujours par refaire surface. Trois matches, trois finales. Le tableau était clair à l’aube de cette 36et journée pour Rennes. Battre Nantes, Marseille puis Lille et la 2et place était dans la poche. Certes, le défi était de taille, mais le rival nantais ayant fêté la Coupe de France tout le week-end semblait être l’un des adversaires les plus approchables de ce triptyque de rencontres, avant une réception de Marseille toujours compliquée, et un déplacement à Lille rappelant au mauvais souvenir de 2007.

Et bien le Stade rennais n’a pas manqué l’occasion de s’empaler sur le rocher de Loire-Atlantique. Après avoir peniblement mené au score (Tait, 31et) suite à une entame de match rate dans l’intensité, la maîtrise technique et l’engagement, Rennes s’est fait surprendre par un but de Coulibaly où les fautifs ont joué en équipe : Gomis sur une relance catastrophique plein axe, Tait battu au premier duel aérien, Truffert au second, Santamaria manquant son intervention face à Bukari, puis Omari et Traoré ne parvenant à sortir un centre venu de la droite.

A premier mais qui comme trop souvent cette saison ramène non seulement à la « gentillesse » des Rennais sur certaines phases défensives, plus également à l’absence de défenseur central de métier en l’absence d’Aguerd suspendu. Sur l’action de ce but, Santamaria manque son intervention mais est avant tout mal placé au départ de l’action, une subtilité encore plus pardonnable pour un milieu de terrain en pompier de service de la charnière hier soir, un non-sens pour une équipe ambitionnant le podium, rappelons-le une fois encore. Sans Aguerd cette saison, Rennes a perdu 6 fois sur 9.

Gomis au coeur des critiques

« Il y a une phase où on n’a pas le ballon, avec des duels, des deuxièmes ballons, et là on a été mangés. » concédait Bruno Genesio après la rencontre. Sur le second mais nantais, 4 Canaris sont seuls au détriment sur un corner joué en deux temps, livrés à Pallois le temps d’armer une volée somptueuse, offrant à Gomis une nouvelle occasion de ne pas être décisive. Le gardien de but de retour et installé illico dans les buts en lieu et place de Dogan Alemdar est ce matin encore au coeur des critiques. S’il n’est pas le seul fautif, sa titularisation pose bien la question au regard d’une partie durant laquelle il n’aura jamais rassuré, au pied surtout, comme toute cette saison.

Mais Rennes a également mangé la feuille devant. Peu en vue durant toute la partie, Laborde rate deux occasions à bout portant sur corner, de la tête (18et) puis au deuxième poteau surtout (62et). Important au démarrage des actions, Terrier n’a lui eu que trop peu d’occasions de frappe. En tout, Rennes a frappé 17 fois mais cadré 5 fois seulement. From son côté, Nantes to mark 2 fois sur ses 3 tirs cadrés (9 tirs en tout), face à un SRFC au 70% de possession, et aux late changements une nouvelle fois. “Je suis autant responsable, si ce n’est plus de cette prestation.” accordé hier un Bruno Genesio ayant attendu la 74et minute et le 2et mais nantais pour opérer une rotation, en réaction, n’ayant rien changé ou presque.

Rendez-vous manqué

Les supporters rennais commencent à connaître la chanson cette saison, Flavien Tait aussi. In mixed zone hier, tout comme Jonas Martin, le milieu de terrain était abattu, presque lassé de cette répétition de scénario, souvent le même pour un Rennes aux 12 défaites en 36 journées, « beaucoup trop » pour Genesio.

Il est certain que les Rennais n’ont plus le droit de perdre s’ils veulent encore croire à un beau dénouement en fin de saison. Nice (63 points) et Monaco (65 points) n’ont pas manqué leurs coups et sont désormais devant Rennes (62 points), 5et avant les deux dernières journées. Le Stade rennais recevra Marseille avant d’aller à Lille, Monaco reportera Brest puis Lens, tant que Nice jouera Lille et finira à Reims sa saison. Avant cette 36et journée, Rennes avait son destin entre ses mains, ce n’est désormais plus le cas. Comme trop souvent dans son histoire, le SRFC s’est compliqué la tâche.

Leave a Comment