Giro 2022 – Koen Bouwman (Jumbo-Visma) revient sur la 7e étape et conclut le beau parcours de Tom Dumoulin

L’équipe Jumbo-Visma a retrouvé le sourire. Trois jours après sa désillusion sur les pentes de l’Etna, Tom Dumoulin s’est mué en équipier modèle pour permettre à Koen Bouwman, également membre de l’échappée du jour, de s’imposer à Potenza au terme d’une 7e étape de moyenne montagne. Les Pays-Bas se sont avancés au sprint à quatre Bauke Mollema (Trek-Segafredo), Davide Formolo (UAE Emirates) et Donc Dumoulin, tout heureux d’avoir participé à son premier triomphe des siècles sur ce Giro qui avait si mal commencé pour eux. Les favoris sont restés sages malgré le menu copieux de ce vendredi. J’arrive avec trois minutes de retard au sein d’un peloton réduit, Juan Pedro Lopez (Trek-Segafredo) garde le maillot rose.

Le réveil des Jumbo-Visma, des cassures, Bouwman le plus fort : le résumé de la 7e étape

Tourner

Le réveil des Jumbo-Visma, des cassures, Bouwman le plus fort : le résumé de la 7e étape

IL Y A UNE HEURE

Les baroudeurs étaient nombreux à avoir car ce rendez-vous. Au lendemain d’une paisible étape dédiée aux sprinters, cette journée dans les Apennins du Sud leur était clairement dédiée avec 196 kilomètres et 4 500m de dénivelé. C’est donc sans surprise que la bataille pour la constitution de l’échappée s’est montrée longue, vigoureuse, et anime par des pointures comme Mathieu van der Poel, passé de nombreuses fois à l’attaque mais sans jamais trouver l’ouverture . La guerre des fuyards n’a vu son terme qu’après deux heures de course, à mon ascension de l’interminable Monte Sirino (1ère catégorie, 32km à 3,9%), quand un groupe de sept côtes s’est formé.

Une échappée “Oranje”

Revanchard après l’Etna, Dumoulin était de la partie, accompagné de Bouwman’s outfit, man with my mieux place au général (+5″30”), plus de deux autres Néerlandais, Mollema, l’équipier du maillot rose, et Wout Poels (Bahrain-Victorious) Deux Italiens et un Colombien complétaient cette échappée : Formolo, Davide Villella (Cofidis) et Diego Camargo (EF).

Villella et Poels ont leur faiblesse dans la montée la plus longue de la journée, le Monte Grande di Viggiano (6,1 km à 9,6%). Une ascension qui n’a pas inspiré les cadors, reste au chaud dans le peloton. Dans la Sellata (9.1km à 5.1%), dernière difficulté répertoriée, Camargo a rendu les armes, vaincu Dumoulin, Mollema, Bouwman et Formolo s’expliquent pour la victoire.

Dumoulin se sacrifie pour Bouwman

Tour à tour, chacun des membres du quatuor a tenté sa chance. Victime des coups de butoir de Mollema, Dumoulin a explosé dans la montée menant au sprint intermédiaire de Potenza Centro, à 8km du but. Mais il est revenu au courage, sous l’arche des trois derniers kilomètres. L’équipe modèle, elle, s’est sacrifiée pour permettre à Bouwman de disputer un sprint à sa place, après tout, cela lui semblait favorisé. Bouwman n’a fait qu’une bouchée de Mollema et Formolo dans les 300 derniers mètres à 8 % et remporte, à 28 ans, la 2e victoire de sa carrière, cinq après une étape du Dauphiné. Une première victorieuse pour Jumbo-Visma sur ce Giro. Et une récompense pour l’énorme travail de Dumoulin, que retrouvé le sourire trois jours après avoir perdu ses ambitions au général.

Bouwman : “Which j’ai lancé mon sprint, j’avais encore de la puissance et je savais…”

Les favoris n’ont pas bougé

On attendait une grande bagarre entre cadors. Elle n’a pas eu lieu. Si Richard Carapaz (INEOS Grenadiers) a bien sûr profité du chaos des débuts pour comparaître en un instant court dans le groupe de tête, aucune véritable attaque d’envergure ne s’est produite malgré un terrain de jeu propice. Juan Pedro Lopez, qui à mon avis est l’équipe à le suivre plus de six minutes, conserve lui aussi son maillot rose et ses 38” d’avance sur Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe). Si Bouwman remonte à son 16ème rang à 2’19” de l’Espagnol, le top 15 reste inchangé. Il faudra sans doute attendre dimanche, et l’arrivée au Blockhaus, pour le voir chambouler.

Tourner

Bouwman : “Which j’ai lancé mon sprint, j’avais encore de la puissance et je savais…”

IL Y A UNE HEURE

Tourner

Un quatuor à l’arrivée et Bouwman a réglé tout le monde

J’AI DÉJÀ 2 HEURES

Leave a Comment