il y aura un match 7 à Phoenix !

Les Mavericks n’avaient pas le choix ce soir : ça passe ou on s’casse. Les Soleils auraient pu de leur côté clôturer définitivement la série et filer en finale de Conférence. Malheureusement pour eux, Dallas a été intraitable du début jusqu’à la fin, et ça donne une belle petite raclée. Sur lui, nous avons notre premier match 7 !

Pour la feuille de stats de ce match, c’est par là que ça se passe !

Allez, on s’installe tout confort car ça va chauffer. L’American Airlines Center a déclaré qu’un commentaire avait été reçu par les adversaires qui sont des équipes de deux qui participent à une série éliminatoire. La pièce est thermostat 12 dès le coup d’envoi, ça régale. La deuxième a choisi qu’on state, c’est que les joueurs des deux équipes sont aussi tout feu tout flamme. Luka Doncic sait qu’il est lui, et il est déterminé à forcer un dernier match en Arizona. Devin Booker va bien dans les jambes aussi, les deux paniers prennent très cher. Que les dieux du panier soient loués, ça a envoyé le classique. Jae Crowder épaule bien son leader, et les Suns tiennent le coup. Pourquoi “tiennent le coup” ? Il parait que l’adresse de Dallas est du genre insolent. Davis Bertans, Reggie Bullock, Dorian Finney-Smith, Jalen Brunson et Spencer Dinwiddie trouvent tous la ficelle à multiples reprises. Il pleut à Dallas, mais ça n’empêche pas la salle de prendre définitivement feu. Vous l’aurez compris, les éléments se déchaînent et les Soleils ont du mal à… pour avoir enfin le coup. Chris Paul est trois discret, et il est arrivé après avoir surmonté une forte pression déjà caractérisée par ses premiers matches au Texas. Le trou est fait au tableau d’affichage, sans les hommes de Monty Williams ne peut dire grand-chose. Luka Doncic reste à 18 points lorsqu’il faut rentrer au vestiaire, la magie opère partout. Bien sûr, dans la continuité de la dernière manche, les regards et les mots échangés avec D-Book sont bien épicés. A la pause, Phoenix doit cumuler 15 points pour espérer gagner le match, la relance s’impose.

Hélas, le ciel était bien trop couvert pour que les rayons du soleil puissent espérer ateindre le Nord du Texas. On vous avait parlé de Devin Booker et sa bonne entame, il ne s’agira que de l’entame. Après le premier quart, il faudra attendre… la fin du troisième pour voir le chef des Soleils marquer à nouveau. Chris Paul est aussi toujours absent, compliqué d’espérer construire des choses sans le métronome bien réglé. De leur côté, les Mavericks ne freinent pas la cadence que vient très vite infernale pour les visitaurs. Tirs du parking par-ci, drives par-là, tout est trop simple pour Dallas. Luka Doncic s’est permis d’envoyer plusieurs dunks consécutifs, voyant la perte de la défense des Suns. Le public surkiffe car la soirée du blondinet est très correct, de la part de 33 points, onze rebonds, quelques passes et quatre interceptions. Phoenix va passer un bon moment en revenant en tête des dernières minutes, mais c’est bien trop tard pour demain, il ne parvient pas à se réveiller tout le temps. L’échec des Cactus est clairement collecté, car c’est tout le groupe que s’est effondré juste avant la mi-temps, emporté par la vague bleue. Les Licornes ont assuré, elles méritaient de plus de disputer un dernier match dimanche soir. Le score final est sans appel, 113-86, direction l’Arizona pour le dernier chapitre de cette confrontation. Ça s’annonce épique !

Les Mavericks ont une nouvelle référence de match, à tel point qu’ils ont dominé les Suns de la tête et des épaules. Luka Doncic a assuré, et tout l’effectif a suivi l’exemple du leader. Le coup est dur pour Devin Booker et sa clique, mais pas le temps de se torturer l’esprit, le prochain match sera capital… et pour nous, immanquable !

Leave a Comment