Pourquoi la SNCF va-t-elle vendre 12 locomotives d’occasion ? – Edition du soir Ouest-France

C’est une première. La SNCF est lancée dans le marché de l’occasion. L’entreprise ferroviaire met aux enchères douze locomotives que roulaient juste présentes en Île-de-France, pour financer de nouvelles rames. Bien qu’on sache qu’entre 1,5 et 2 millions de kilomètres, ce sont encore 20 à 30 ans de voyages possibles devant eux. Mise à prix : environ 1,3 million d’euros chacun.

Sur le marché de la seconde main en pleine expansion, tout se vend et tout s’achète. Mémo les trains de la SNCF. La SNCF annonce l’arrivée de 12 locomotives, les BB27300, fin juin et la première. Il s’agit de trains Alstom mis en service entre 2006 et 2010, qui roulent en Île-de-France. « Ces locomotives ont tracté les voitures de la ligne N bondées de voyageurs pendant plus d’une dizaine d’années entre Paris, Rambouillet, Mantes-la-Jolie (Yvelines) ou Dreux (Eure-et-Loir) » spécifier Le Parisien .

Encore « 20 à 30 ans de Ven »

Ils rapportent un compteur entre 1,5 et 1,9 million de kilomètres. Une brouille pour ce type d’engins qui aurait pu encore avoir de beaux jours devant eux, sur le réseau francilien. « 20 à 30 ans » estime la SNCF. Mais Île-de-France Mobilités, qui organise les transports dans cette région, dans un autrement décidé. « Avant le plan massif de renouvellement du matériel roulant en Île-de-France lancé par Valérie Pécresse [la présidente du conseil régional, NdlR] En 2016, les locomotives sont dans les sorties du réseau qu’en fin de vendredi, c’est-à-dire qu’elles sont toutes démontées et les pièces d’occasion récupérées, après leur remplacement » explique un représentant d’Île-de-France Mobilités, à l’édition du soir.

Pour financer les nouvelles rames

L’arrivée progressive de nouvelles branches automobiles « plus fiable et confortable »après décembre 2020, ils n’ont pas poussé vers la sortie plus rapidement que prévu. « Après les débuts du Transilien annuel SNCF reçoit 3 à 4 nouvelles rames Régio2N par mois. Pour la semaine année 2022, ce sont 40 nouveaux Regio2N qui seront déployés sur la ligne N. A la fin de l’année, la ligne N comptera 73 agences. La fin du déploiement sur l’ensemble de la ligne est avant la fin de l’année 2022 », continuez Île-de-France Mobilités. Un plan de modernisation pour un coût : 1,06 million d’euros, financé à 100 % par Île-de-France Mobilités. Cette dernière a donc poursuivi à la SNCF de trouver une solution pour revendre ces BB27300 au meilleur prix. Le bénéfice de la vente de ces trains servira donc à financer leurs successeurs de la marque Bombardier.

Le bénéfice de la vente des anciennes locomotives doit financer une partie des nouveaux trains (photo). (Photo : Sébastien Godefroy / SNCF)

1,3 million d’euros dans le moteur

Où ces trains parisiens pourraient-ils donc finir leur vie ? Leur prix de vente n’est pas à portée de toutes les bourses. La mise à prix de départ des engins s’affiche entre 1 294 868 € et 1 365 849 € pour chacun en fonction de leurs caractéristiques, sur le site Agorastore, leader de la vente aux enchères en ligne des biens publics en France, en charge de cette opération. Et cette acquisition insolite n’est pas ouverte aux particuliers. « Cette opération inédite s’adresse à des professionnels et constitue une réelle opportunité pour les opérateurs de transport de voyageurs, les opérateurs de transport de fret et les sociétés de locomotives qu’ils soient basés en France, en Europe ou dans le monde » merci aussi Île-de-France Mobilités.

il faudra compter entre 1 294 868 € et 1 365 849 € pour chacune de ces locomotives en fonction des caractéristiques. (Photo : Baptiste Roussel / Wikimédia Commons / CC BY-SA 3.0)

Simon Salandre, responsable de la commercialisation chez Agorastore, a sa petite idée. J’ai interrogé la chaîne de télévision France 3 Paris-Île-de-France, et il a indiqué qu’il est plus probable qu’ils restent sur le territoire français, ou qu’ils puissent servir au fret.

Leave a Comment