week-end décisif en vue pour la lutte pour le maintien

Dernière chance pour Bordeaux et Metz, match couperet pour Saint-Etienne, retrouvez les points chauds de la lutte pour le maintien ce samedi.

Comme chaque année, le multiplex des 37et et 38et jours pour occuper les samedis des amateurs de Ligue 1. Popularisé par Chaîne+ et sa mythique alerte de but, l’évènement change de chaîne au gré des appels d’offres. L’enjeu, lui, reste intact. Tous les étages, comme le veut la formule traditionnellement consacrée. Et si la course à l’Europe fait rage devant, notamment un bouillant Rennes-Marseille décisif dans la course au podium, le bas de tableau sera également au cœur de l’attention ce samedi, à partir de 21h00.

Dernière chance pour Bordeaux… face à un concurrent direct

Confrontation directe unique entre deux équipes toujours sous le coup d’une relégation, la rencontre entre Girondins et Merlus sonne comme le dernier espoir des premiers cités. Derniers de Ligue 1 (27 points), les Bordelais ne sont plus maîtres de leur destin (voir ci-dessous) plus peuvent divertir une (infime) flamme en cas de victoire face à la pire équipe de l’élite hors de ses bases ( 2 victoires, 5 nuls, 11 défaites). En revanche, un déficit définitivement bordelais, attisant un peu plus le déficit de supporters qui pourraient venir en nom après avoir bénéficié de tarifs abordables (places à partir de 9 euros).

Nommé en février pour assurer la mission périlleuse du maintien des Girondins, David Guion n’est pas parvenu à redresser la barre. JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Lors de leur dernier match à la maison, les Girondins ont relevé une défaite courte mais logique face à Nice, qui a profité d’une erreur défensive révélée par la saison bordelaise (0-1). «Dans notre situation, rien ne nous réussit, on doit réussir cette réussite», regrettait alors l’entraîneur David Guion, nommé mi-février pour réussir la mission maintien. Un petit plus compliqué par le gifle reçue à Angers dimanche (4-1), qui a agi pour le saluer du club centenaire passerait au mieux par des barrages. A trois points de Saint-Etienne, barragiste (31 points), le FC Lorient aura également une oreille attentive sur le déroulement de la soirée à Geoffroy-Guichard. Battus par Marseille dimanche (0-3), comme lors de quatre de leurs cinq derniers matchs, les Merlus ont manqué l’occasion de s’épargner une fin de saison stressante.

Metz s’est offert un sursis

Vainqueur contre toute attendante de Lyon dimanche (3-2), le FC Metz s’est accordé un ltime espoir, presque qu’inexpéré au regard d’une saison très compliquée. Tant et si bien que le vestiaire lorrain croit désormais à l’exploit. «Il y a peut-être une petite chance mais je ne veux pas en parler, assurait l’entraîneur Frédéric Antonetti après la victoire arrachée face à l’OL. Avant, je disais ”j’y crois”, et j’avais beaucoup de raisons d’y croire, mais ça ne marchait pas. Là, on est libre.»

Un état d’esprit positif pour aborder le match de la première chance face à Angers. Le SCO, qui tardait à assurer une huitième saison de suite dans l’élite, a finalement validé son maintien suite à sa victoire contre Bordeaux le week-end dernier, combiné à la défaite de Saint-Etienne à Nice mercredi ( 4-2) . Hors sujet pendant la phase retour (3 victoires, 7 défaites de rang entre fin janvier et mars), l’équipe angevine s’est imposée comme l’adversaire idéal pour divertir le roi de métropole des Lorrains.

VOIR ÉGALEMENT – Les plus beaux buts de l’AS Saint-Etienne face au Stade de Reims

Saint-Etienne-Reims, le poids du huis clos

Renversée par Nice dans un mi-temps, l’AS Saint-Etienne reste sur le fil du rasoir. Quelle que soit la situation dans laquelle le club se trouve à la trève (12 points), retrouver barragiste avec 3 points devant le 19et (Metz) était presque inattendu. De plus la situation reste urgente à l’heure de recevoir le Stade de Reims. Certes délesté de tout enjeu comptable, le groupe rémois a pourtant déjà joué les trouble-fêtes en allant s’imposer à Lorient il déjà deux semaines (1-2).

Surtout, Pascal Dupraz et ses ouailles ne pourraient pas compter sur le précieux soutien de leur public samedi. En réaction aux fumigènes déployés lors de la réception de Monaco (1-4) le 23 avril dernier, lors du 30et anniversaire des Green Angels (groupe de supporters), le CNOSF a confirmé le ténu du match de ce samedi à huis clos. «Le huis clos est pénalisant pour le club et les supportersa convenu Dupraz avant même la confirmation de la sanction. L’ambiance à Geoffroy-Guichard est incroyable, c’est un atout indéniable.» Sans leurs supporters, les Verts pourraient tout de même s’assurer, en cas de victoire, au moins la place de barragiste, condamnant ainsi Bordeaux et Metz, si le club lorrain ne gagne pas.

Troyes est en passe d’acquérir ce sont les premiers maintenant en Ligue 1 après 2006. Federico Pestellini / PANORAMIQUE

Clermont-Troyes, les promus sauvés dès samedi ?

En scrutin favorable par rapport aux équipes précédemment citées, Clermont (16et36 pts) et Troyes (15et, 37 pts) sont en passe de s’assurer une deuxième saison dans l’élite. Une première après 2006 pour l’Estac, le club aubois était abonné à « l’ascenseur » entre L1 et L2. Mais les Troyens doivent venir au bout de Lensois (7et, 58 pts) toujours en cours pour décrocher une qualification européenne. Les Nordistes auront eux une oreille du côté de la performance de Strasbourg (6et60 pts), qui évolue à… Clermont (16et, 36 points). Deux réceptions à double enjeu donc. Pour l’Estac, l’équation est simple : un point suffira pour étirer son bail en L1. Pour Clermont, un point souffrirait à condition que Saint-Etienne ne batte pas Reims. Sinon, il faudra surveiller la différence de buts, à l’avantage des Clermontois (-29 contre -34), lors de la dernière journée.

.

Leave a Comment