Législatives : ces points de friction qui électrisent la campagne

A quatre semaines de la première tournée, on retrouve d’autres points de friction dans le tableau des législatives, dans la suite notamment des accords nationaux, qui ont passé l’épreuve du terrain.

1. A Paris, la socialiste Lamia El Aaraje soutenue par Lionel Jospin contre l’Insoumise Danielle Simonnet

La socialiste Lamia El Aaraje a annoncé sa candidature au Conseil législatif à Paris, perdant l’accord de gauche qui attribuait la 15e circonscription de la capitale… à la candidate LFI Danielle Simonnet.

Les deux candidats sont libérés d’une bataille de légitimité. Aux précédents législatifs partiels de juin 2021, Lamia El Aaraje a battu Danielle Simonnet. Election ensuite invalidée par le Conseil constitutionnel pour une raison de forme. Ensuite, le 15 est sans représentant à l’Assemblée. “Je suis la représentante légale de cette circonscription”, a crié Lamia El Aaraje, en soutien à l’ancien Premier ministre Lionel Jospin, venu le rejoindre hier soir en marche.

Je suis intéressé par la campagne des élections législatives ? Recevez gratuitement notre newsletter lettre de campagne !

NL {“path”:”mini-inscription”,”id”:”YR_Elections”,”accessCode”:”14129473″,”allowGCS”:”true”,”bodyClass”:”ripo_generic”,”contextLevel”:”KEEP_ALL “,”filterMotsCles”:”1|2|3|4|5|6|7|9|108|111|1664|17178″,”gabarit”:”generic”,”hasEssentiel”:”true”,”idArticle “:”4129473″,”idArticlesList”:”4129473″,”idDepartement”:”294″,”idZone”:”35496″,”motsCles”:”1|2|3|4|5|6|7|9 |108|111|1664|17178″,”premium”:”false”,”pubs”:”banniere_haute|article|article2|article3″,”site”:”YR”,”sousDomaine”:”www”,”urlTitle “:”législatives-ces-points-de-friction-qui-electrisent-la-campagne”}

2. Dans l’Oise, une candidature Renaissance semble le trouble à droite. La candidature d’Ophélie Van Elsuwe aux législatives semble le trouble à droite…

Candidat sous la bannière Renaissance dans la 7e circonscription face à son binôme au Département, Maxime Minot, Ophélie Van Elsuwe à été sanctionnée par la mayorité départementale, qu’un choisi de l’exclure. Elle s’est présentée aux législatives contre Maxime Minot, député sortant LR, et élu, avec elle, conseiller départemental du canton de Clermont.

3. L’amertume d’une élue au conseil national de la République en marche

Éric Woerth (LR), 66 ans, est investi dans la 4e circonscription (sud de l’Oise) pour la majorité présidentielle. Pas étonnant. L’ancien ministre au rassemblement d’Emmanuel Macron lors des premières semaines de la tournée présidentielle. Sauf qu’il prend la place convoitait la conseillère municipale de Senlis, Sophie Reynal, très engagée dans la campagne présidentielle de 2017 et 2022. L’élue au conseil national de La République en Marche devra-t-elle arrêter sa campagne ?

Baffie, Dahan, Villani, Blanquer… Quels sont les visages médiatiques de ces législatives 2022 ?

4. Un homme « parachute » et une candidate amère à Villeurbanne

Lâchée par le Parti socialiste, Cristina Martineau a finalement par démissionné, mercredi dernier, pour présenter une candidature dissidente dans cette 6e circonscription du Rhône, traditionnellement réservée aux femmes par le PS, avait-elle fait remarquer. L’adjointe au maire de Villeurbanne avait déjà dénoncé le « népotisme », le « machisme » et le « parachutage » orchestrés par La France insoumise, le candidat fléché par la Nupes n’étant autre que… le genre de Jean-Luc Mélenchon. Gabriel Amard, par ailleurs conseiller régional LFI, s’est défendu d’avoir été parachuté, évoquant des «origines» familiales dans cette ville où le leader de La France insoumise à 37,9% au premier tour de la présidentielle.

5. Taha Bouhafs prend sa retraite, mais pas la maire PCF de Vénissieux

Elle a pu y croire un court instant, après le portrait de Taha Bouhafs, condamné en septembre 2021 en première instance pour « injure publique » à caractère raciste et sous le coup d’une enquête interne au sein de LFI pour des « faits supposés de violences sexuelles ». Mais, dans cette 14e circonscription du Rhône, l’espoir de la maire communiste de Vénissieux, Michèle Picard, que réclamait d’être reconnu par la Nupes, a été bien vite douché avec la désignation d’un nouveau candidat… LFI, Idir Boumertit , par ailleurs adjoint de Michèle Picard.

6. Difficile retour de Valls sur la scène politique

Le député LREM sortant dit avoir appris la désignation de l’ancien Premier ministre Manuel Valls par voie de presse. Et depuis, ça ne passe pas. A tel point que Stéphane Vojetta, installé depuis 2017 à Madrid et engagé dans la création de la délégation locale de LREM, a décidé de “résister” au maintien de sa candidature dans la 5e circonscription des Français de l’étranger (Espagne, Portugal, Andorre et Monégasque). De son côté, Manuel Valls revendique son « ancrage » et sa « double culture » franco-espagnole. Batailles de légitimité en série…

L’ancien candidat aux législatives Taha Bouhafs accusé de violences sexuelles, LFI ouvre une enquête interne

Florence Chedotal et Nicolas Faucon

.

Leave a Comment