Xavi Simons se livre sur sa vie, le groupe pro, sa progression et sa famille

Xavier simons19 ans milieu du Paris Saint-Germain a été invité par Pause Temps sud PSG-TV. Il est revenu sur ses débuts professionnels avec Paris, l’importance de sa famille et son intégration dans un effectif de star. Dans un Français quasi parfait, il a répondu aux questions dans une ambiance sympathique.

Simons « J’ai des endroits préférés, pour moi, c’est les champs Elysées et la tour Eiffel »

Elle est comment la vie à Paris ?

La vie à Paris, c’est vraiment spécial, c’est joli parce que Paris c’est vraiment joli avec l’histoire, la tour Eiffel, l’arc de triomphe. Bon sang.

Ça fait un momento que tu es à Paris, tu as eu le temps de te promener ? Vos endroits préférés ?

Oui, j’ai des endroits préférés, pour moi, c’est les champs Elysées et la tour Eiffel. C’est pour moi, la plus belle.

Simons « Pour moi, mon frère et ma mère, sont les personnes les plus importantes dans ma vie »

Quelle est l’importance de la famille pour toi ?

Pour moi, mon frère et ma mère, sont les personnes les plus importantes dans ma vie. Ils ont tout fait pour moi, si je suis ici au jour d’aujourd’hui. Je vais tout donner pour leur donner de la fierté.

C’est eux qui ont amené le football dans ta vie ou c’est le football qu’est venu tout seul ?

Je crois que c’est un peu des deux. Mon frère a joué toute sa vie au football. Moi je regardais ses matchs quand on y allait avec ses potes. Ma mère aussi, c’est quelqu’un que continue toujours de travailler et avec le football elle a un lien spécial. C’est comme ça que c’est arrivé jusqu’à moi un peu.

Simons « Je suis très fier de jouer au PSG »

Lorsque vous avez signé au PSG, avez-vous et avez-vous une émotion particulière pour la journée ?

Xavi SIMONS du PSG célèbre son but lors du match de la Youth League entre Paris et le FC Séville le 1er mars 2022 au Stade Georges-Lefevre à St Germain-en-Laye, France. (Photo par Anthony Dibon/Icon Sport)

Oui, je voulais venir à Paris, on devait discuter d’un peu en plus. J’étais convaincu de venir à Paris et je voulais réussir ici, c’était mon objectif et maintenant aussi. Je suis très fier de jouer au PSG.

(Je vois une image de sa première entrée en jeu avec le PSG) Qu’est-ce que cela t’inspire ?

Le travail derrière que j’ai fait toute ma vie pour être là, à ce moment et que ça devienne réalité, c’est vraiment un rêve pour moi.

Simons « C’est vraiment incroyable »

Ça te rappelle aussi tous les efforts et les difficultés que tu as vécus dans ta jeunesse ?

Oui, je crois que c’est un peu de tout. Je crois que c’est mon travail, mes sacrifices mais aussi de continuer à croire en mon rêve, que c’était le football ma vie. N’importe qui te dit tu peux, tu peux pas. Moi je suis quelqu’un que s’il veut quelque chose, je vais travailler pour faire ça.

On dit dans le football qu’il y a beaucoup de joueurs qui rêvent d’être footballeurs mais qu’il n’y a pas beaucoup qui y arrivent. Toi en plus d’y arriver, tu y arrives très jeune.

C’est vrai, à 17 ans j’ai fait mes débuts, maintenant je joue un peu. C’est quelque chose dont je dois profiter et être heureux chaque jour que je me réveille. Parce que ça, c’est vraiment incroyable.

(Je vois une vidéo de lui qui chante pour son bizutage) J’imagine que ça a été difficile (rires) ? C’était ça le plus difficile dans tes débuts ?

(Rires) Oui une des choses les plus difficiles oui parce que je venais d’arriver, c’était mon premier jour, ils étaient déjà en scène et je suis arrivé un peu plus tard. Je ne connais personne. C’était compliqué, c’était compliqué.

Simons « Pour bien m’adapter avec eux, parler, rigoler tout ça, je devais apprendre le français »

Qui t’as le plus aidé pour t’habituer dans ce nouveau quotidien ici à Paris ?

Je me rappelle, quand je suis venu ici, quand j’ai signé au PSG, ma mère me disait «Xavi, chaque jour tu dois faire des cours de français, il semble que ce soit le plus important pour toi», aussi semble que dans l’académie, ça ne parle pas beaucoup anglais ou autre, ça parle français. Alors pour bien m’adapter avec eux, parler, rigoler tout ça, je devais apprendre le français. C’est pour ça que je parle un peu avec dans l’interview en français, c’est bien.

Xavi Simons se livre sur sa vie, le groupe pro, sa progression et sa famille

Xavi Simons du PSG lors de l’UEFA Youth League (U19), huitième de finale de football entre le Paris Saint-Germain (PSG) et le FC Séville (Juvenil A) le 1er mars 2022 au stade Georges Lefèvre de Saint-Germain-en-Laye , France. Photo par Victor Joly/ABACAPRESS.COM – Photo par Icon sport

Il est très bon ton français, vos parles combien de langues ?

Pour 5 langues, espagnol, anglais, français, néerlandais et catalan.

Est-ce que tu avais des exemples dans le foot, des gens que tu admires quand tu étais petit, des gens qui te faisaient rêver et que tu imitais à l’entraînement ?

Oui, j’en avais beaucoup. Un des joueurs, que j’ai regardé, pour mon nom aussi, je m’appelle Xavi et mon exemple quand j’étais petit, que j’ai regardé c’était Xavi Hernandez. Je ne sais pas pourquoi. Lui me faisait rêver, son style de jeu, sa façon de regarder le pied. Pour moi, c’était vraiment impressionnant. Aussi pour ma mère qui m’a donné le nom de Xavi, c’est quelqu’un qui est vraiment fanatique de lui.

Simons “Oui, je te regarde qui j’ai à côté de moi, à 18 ans, j’ai vraiment des idoles qui ont tout gagnées”

Et aujourd’hui, est-ce que tu considères beaucoup de joueurs pour t’inspirer ou est-ce que c’est à l’entraînement que tu apprends tout ?

Oui, je dois regarder qui j’ai à côté de moi, à 18 ans, j’ai vraiment des idoles qui ont tout gagnées. Et pour moi, c’est la meilleure façon d’apprendre chaque jour, d’être avec eux, de faire les entraînements avec eux. Comme ça, ça va continuer un peu ma carrière.

Est-ce que tu peux nous dire comment est ta vie au jour le jour ?

Ma vie c’est le matin je me réveille, je suis avec ma famille pour passer du temps ensemble. Après je pars au club, je fais l’entraînement, après je viens chez moi, je dors un peu, après je m’entraîne aussi, physiquement et après la journée elle est presque finie.

Est-ce que tu joues beaucoup à des jeux vidéos, à ce genre de choisi ou peut-être plus des séries, ou je ne sais pas ?

Je ne suis pas quelqu’un que regarde beaucoup de séries, j’aime plus jouer à la PlayStation avec mes potes. Le soir quand j’ai le temps, je joue avec eux, on rigole beaucoup.

Simons « C’est vraiment un rêve »

Et avec les joueurs, comment ça s’est passé quand tu es arrivé dans l’équipe première, il semble que tu sois très attendu ?

Oui, c’est vrai. Quand le soleil est arrivé à l’âge de 17 ans, le vestiaire, c’était vraiment immense. Je crois que c’cette année c’est encore plus, des gens que je connaissais déjà en Espagne. Deux je sais pas s’ils me connaissaient mais je crois que oui. C’est vraiment un rêve.

Et quand tu arrives dans un vestiaire où il y a Messi, Mbappé, Neymar, Ramos, Gigio Donnarumma, tu ressens des commentaires ? Êtes-vous heureux? Féroce? Ou tu vois tout le chemin qu’il reste à faire ?

Je crois les trois choses que tu as dit, c’est être heureux, fier et il reste beaucoup à faire. Je veux apprendre beaucoup d’eux, chaque jour et c’est spécial à 18 ans d’être dans ma situation.

Simons « Mon rêve, c’est chaque jour d’être meilleur »

C’est quoi ton rêve?

Mon rêve, c’est chaque jour d’être meilleur. Je ne veux pas finir ma carrière en me disant « oui, je n’ai pas tout donné », je veux tout donner, je veux gagner tout, c’est mon objectif, aussi avec du travail, avec ma famille à mes côtés. C’est ça mon rêve.

En dehors du foot, commente ton l’imagine ta vie ?

J’imagine ma vie avec une bonne santé, avec ma famille, avec je ne sais pas, des futurs enfants, c’est ça un peu.

Simons « Je crois que la pression c’est aussi quelque chose de bon, parce qu’elle te motive chaque jour »

Pour revenir au football, le groupe du Paris Saint-Germain est un groupe très fort mais où il y a beaucoup de

Xavi Simons se livre sur sa vie, le groupe pro, sa progression et sa famille

34 Xavi SIMONS (psg) lors du match de Ligue 1 entre Nice et Paris à l’Allianz Riviera le 5 mars 2022 à Nice, France. (Photo par Philippe Lecoeur/FEP/Icon Sport) – Photo par Icon sport

pression. Est-ce que tu apprends beaucoup de la pression qu’il y a autour du groupe, qu’il y a autour de cette équipe ? C’est une des plus grande équipe du monde.

Oui bien sûr, la pression c’est normal, c’est le PSG, c’est une des équipes les grandes au monde. Avec cette équipe, c’est normal la pression. Et je crois que la pression c’est aussi quelque chose de bon, parce qu’elle te motive chaque jour. Et le groupe comme je le vois, il est chaque jour heureux, ils sont tous ensemble et je crois que c’est le plus important.

Est-ce que tu regardes beaucoup d’autres sports ou est-ce que tu pratiques beaucoup d’autres sports ?

Je pratique le Ping Pong chez moi, je suis vraiment bon au Ping Pong. Mon frère je le bat chaque jour, j’ai besoin d’autres adversaires un peu (rires). Oui sinon à la PlayStation, je ne joue pas à d’autres sports.

Simons « Je me sens mieux je me sens heureux et je me sens chez moi »

Cette année au PSG, qu’est-ce qui fait qu’on te voit plus ? Toi comme l’air plus épanoui.

Je me sens mieux je me sens heureux et je me sens chez moi. Et aussi je crois que c’est le travail que je viens de faire les deux dernières années. Mon objectif, c’était de réussir ici au PSG avec le groupe pro et maintenant ça devient un peu une réalité, ça va continuer j’espère et on verra.

Merci beaucoup. Bravo in tout cas pour ton chemin et tout ce que tu fais et puis pour ton français extraordinaire, cinq langues, quand même bravo

Merci.





Leave a Comment