Bordeaux file vers la Ligue 2, Metz dépasse Saint-Étienne / Ligue 1 / J37 / La lutte pour le maintien / SOFOOT.com

Bordeaux n’est pas encore définitivement en Ligue 2. Mais c’est tout comme. Incapables de forcer la décision face à Lorient, samedi soir (0-0), les Girondins (20il est) accuse trois points de retard et un écart de mais nettement défavorable pour le rapport au 18et, Metz. Les Grenats, sortis victorieux de leur rencontre face à Angers (1-0), sont les grands gagnants de la soirée dans le bas de tableau puisqu’ils ravissent la place de barragiste à Saint-Étienne, surprise par Reims (1-2) . La dernière journée s’annonce irrespirable !

Bordeaux 0-0 Lorient

Expulsion : Mensah (86supet) pour les Girondins

Le calvaire de Bordeaux est sur le point de prendre fin et, comme l’on pouvait le craindre, c’est bien la Ligue 2 qu’attend de pied ferme le club au scapulaire, tenu en échec par Lorient lors de son match de la dernière chance (0-0). On espérait une révolte girondine, mais celle-ci n’a jamais été perceptible. Après une entame de match insipide, le premier temps fort est venu des tribunes quand, peu avant la demi-heure de jeu, les Ultramarines ont balance de rouleaux de papier toilette sur la pelouse, pour accompagner par le geste une bannière au message déjà sans erreur: « 89 buts encaissés, vous êtes à chier » . Pas de quoi réveiller les locaux, incapable de démêler leur léthargie. À l’exception de Sékou Mara, le seul à s’être procuré des semblants d’occasions (41etQuatre cinqet+6). Le seul, aussi, avoir quelques frissons dans les travées du Matmut Atlantique.

L’ambiance reste trois tendances tout au long du deuxième acte et le FCGB, qui est certain d’appuyer l’accélération, afin de trouver la faille de Mathieu Dreyer. Les Merlus, pour leur part, ont défendu ce point du no avec acharnement et auraient pu distribuer avec les trois points si Gaëtan Poussin ne s’était pas employé sur une frappe lointaine de Dango Ouattara (59et). Pour ne rien arranger, Gideon Mensah l’a expulsé pour excès d’engagement (86et), les esprits sont tendus alors que les ultras craquaient des fumigènes, et les Bordelais, désespérément muets, ont fin sous les huées. Avec trois points de retard à Metz et un écart de buts de -41 (contre -29 pour Metz), il y a un miracle pour accrocher le barrage lors de la dernière journée.

Saint-Etienne 1-2 Reims

Buts : Mangala (12et) pour les Verts – Munetsi (2et) et Doumbia (62et) pour les Champenois

Avant d’aborder cette 37e journée, l’AS Saint-Étienne espérait encore se rapprocher de la 17e place, synonyme de maintien. Au sortir de son revers contre Reims (1-2), elle est avant-dernière et aura donc un pied en Ligue 2 avant d’aller à Nantes, samedi prochain. Dans un Chaudron à huis clos, les Verts ont été refroidis d’entrée par Marshall Munetsi, opportuniste devant Paul Bernardoni (0-1, 2et). Il n’en fallait pas plus pour piquer au vif les Foréziens, qu’ont rapidement recollé grace à Eliaquim Mangala. L’ex-international français a bénéficié d’un cafouillage sur corner pour expédier une frappe puissante dans le but rémois (1-1, 12et).

Le début d’une longue phase de domination stéphanoise, caractérisé par une succession de situations intéressantes (douze tirs pendant le premier acte, dont cinq cadrés). Mais pas au point de tromper une nouvelle fois un Predrag Rajković vigilant. Son équipe n’avait certes plus grand-chose à jouer, mais Óscar García avait, visiblement, envoyé de jouer un vilain tour au club que l’avait mi a la porte après quelques mois seulement à l’automne 2017. A la pause, le revenant Hugo Ekitike servait sur un plateau Kamory Doumbia, qui ne tremblait pas au moment de l’inscription en premier mais en Ligue 1 (1-2, 61up>e). A trois jours de leur retour à Nice (4-2), les partenaires de Wahbi Khazri ont une nouvelle fois été punis à cause de leur fébrilité défensive. Pour eux, la tâche est grandement compliquée.

Metz 1-0 Angers

Mais : Lamkel Zé (51et) pour les Grenats

Et si le miracle que plus personne n’attendait avait bien lieu ? Il y a une semaine, plus grand-monde ne vaincu cher de la peau du FC Metz, dernier de Ligue 1 et incapable de mettre un pied devant l’autre en 2022. Sauf que les Grenats, vainqueurs de Lyon le week-end précédent ( 3-2) ont décroché un deuxième succès de rang, ce samedi soir contre Angers (1-0), ce qui change beaucoup de choses pour la fin de saison messine. Opposés à un adversaire mathématiquement maintenu et qui n’avait, dès lors, plus rien à craindre, les protégés de Frédéric Antonetti ont pris les choses en main d’entrée. Ils ont toutefois manqué d’efficacité et de justesse dans les trente derniers mètres pour espérer mettre en danger Anthony Mandrea. Du côté du SCO, Nabil Bentaleb – auteur d’une vilaine semelle sur Pape Matar Sarr – aurait probablement mérité d’être expulsé (23sup>e), plus l’arbitre dans une décision autrement.

Les Mosellans n’en ont pas fait toute une histoire, et le but libérateur est arrivé peu après le début de la seconde période. Didier Lamkel Zé, le joker camerounais inscrit début avril, après la tête un centre délicieux de Fali Candé et fait se lever le public de Saint-Symphorien (1-0, 51et). Ma confiance, portés par des supporters inclinés à les soutenir après avoir des semaines à les tancer, les coéquipiers de Dylan Bronn ont conservé leur avantage jusqu’au bout. Ils auraient même pu doubler la mise, mais le but de Nicolas de Préville a été refusé pour un très léger hors-jeu (76sup>e). Revenu de nulle part, Metz peut toujours espérer sauver sa place dans l’élite. Cela passe, déjà, par conserver ce siège de barragiste samedi prochain, à l’occasion d’un périlleux déplacement à Paris.

  • Résultats et classement de la Ligue 1

    Par Raphaël Brosse

  • .

    Leave a Comment