Test HyperX Cloud Alpha Wireless : un micro casque gaming imbattable, en plus irréprochable

fabrication

La similitude visuelle quasi-parfaite entre le Cloud Alpha Wireless et son aîné filaire n’est pas trompeuse : les deux casques emploient une construction parfaitement identique. Rétrospectivement, j’ai une conception parfaitement efficace, basée sur un cadre en aluminium trois fois souple et trois fois robuste.

Le plastique habillant les oreillettes est lui aussi de bonne facture. La seule réserve que l’on pourrait émettre concerne les fils laisses à nu entre les oreillettes et l’arceau, seul point potentiel de fragilité du casque immédiatement apparent.

Les coussinets des oreillettes sont habillés d’un similicuir somme toute très classique. On oserait craindre qu’ils puissent être sujets à petits craquellements après quelques années d’utilisation. Si cela se produit, ils sont entièrement amovibles – la plupart des HyperX, hé, je ne les vends pas directement en pièces distinctes des résultats réels ou de nos tests. Une conversation avec le service après-vente de la marque sera donc sans doute nécessaire.

En accessoires, le Cloud Alpha Wireless n’est pas accompagné du strict minimum : un câble de recharge USB-A versus USB-C, et une bonnette pour le micro. On aurait aimé qu’y soit au moins ajouté une pochette de rangement.

Note éditoriale : 4 sur 5

l’audio

Si le Cloud Alpha a câblé votre rester après des années notre valeur indétrônable sur le marché des casques-micro jeu vidéo, ce genre de produit que l’on n’hésite pas à conseiller à peu près à tout le monde, c’est en grande partie grâce à ses performances sonores extrêmement solides, à la fois pêchues et remarquablement neutres et polyvalentes. On serait donc très content de les retrouver à l’identique sur la déclinaison Wireless de l’engin. Mais ce n’est malheureusement pas exactement ce qui nous est proposé.

Répondre fréquemment par défaut

Répondre fréquemment par défaut

Pourtant, l’essence de l’Alpha est belle et bien toujours là. Il se caractérise par l’excellente dynamique de restitution — qui s’accompagne d’un gramme de distorsion audible —, et par l’excellente stéréophonie réalisée avec une grande scène et une séparation des plans sonores admirable. Mais le Cloud Alpha Wireless contraint en revanche à nettement moins de rigueur qui sont encore dans l’équilibre spectral de la restitution. La transparence exemplaire de la variante laissez-faire place une signature très notable en V, avec des aigus un rien perçants, mais surtout de l’autre des graves nettement hypertrophiés.

D’un tel profil, dans l’absolu, on aurait largement été capable de dire qu’il n’avait rien de critiquable en soit, et que l’on pouvait même, selon la sensibilité de tout un chacun, le find un peu plus engageant et agréable qu’un rendu parfaitement neutre — encore faut-il qu’il ne s’accompagne pas du déficit de contrôle des basses fréquences ne suuffre el Cloud Alpha Wireless. Le manque de stabilité des membranes, so much sur les attaques que sur les régimes stationnaires, traduit en un manque d’impact, en un assist sonore à peu bouchée, lourde. Est-ce la conséquence d’une phase d’amplification massive de la croissance en Crète, en dehors de l’autonomie de la chambre de la coquille ? L’hypothèse est en tout cas plausible.

La solution à ces reproches aurait pu provenir de l’égaliseur proposé dans l’application HyperX Ngenuity, qui permet effectivement “d’aplatir” significativement la réponse en fréquence, et de la réduire fortement un peu ronflant de la sonorité ; on ne retrouve alors toujours pas la précision du Cloud Alpha filaire, mais on retrouve un peu de son équilibre.

Profil d'égalisation utilisé pour les courbes labellisées

Profil d’égalisation utilisé pour les courbes labellisées “égalisation manuelle” ci-dessous

Réponse fréquente en fonction de l'égalisation : par défaut (noir), préréglage

Réponse fréquente en fonction de l’égalisation : paire par défaut (noir), preset “Bass cut” (bleu pointillé), preset “Balanced” (orange pointillé), preset manuel (vert pointillé)

Réponse aux ondes de voiture à 50 Hz en fonction de l'égalisation : défaut paire (noir), défaut

Réponse aux ondes carrées à 50 Hz en fonction de l’égalisation : paire par défaut (noir), préréglage “Bass cut” (bleu pointillé), égalisation manuelle (vert pointillé)

Apparemment voilà, l’utilisation de l’égaliseur s’accompagne d’un désagrément pour le moins inattendu : il n’a pas réussi à faire exploser la latence de diffusion du casque, qui est passée de quelques millisecondes à près de 150 ms ! Pour le jeu vidéo en particulier, le décalage son/image a résulté d’un tel retard, sans être inacceptable, est tout de même très sensiblement perceptible. L’état est le plus susceptible de se réserver à la scène musicale… et il n’est pas accessible aux autres utilisateurs sur PC Windows, car il est entre leurs mains en mémoire de ce qui est lié à un appareil distinct.

Note éditoriale : 4 sur 5

Micro

Le micro est monté sur une perche souple amovible, et propose bien cette fois des performances équivalentes à celle du Cloud Alpha filaire. Pour lui, le faut comprendra qu’il assure une captation de voix très correcte, parfaitement intelligible — malgré une coloration des timbres penchant légèrement vers le nasillard. Excellent point à noter pour un casque sans-fil, ils sont captés par le micro est transmis à l’émetteur/récepteur USB via un signal en 16 bits/46 kHz (“qualité CD”); cela le distingue des autres noms de modèles qui se contentent d’un écho à 16 voire 8 kHz, avec pour résultat une voix “de téléphone” nettement moins agréable.

Le cerclage à la base du micro s'illumine en rouge lorsque le micro est fermé.

Le cerclage à la base du micro s’illumine en rouge lorsque le micro est fermé.

En retour, on peut toujours reprocher au micro sa sensibilité un peu faible, qui peut parfois nous obliger à pousser la voix pour se faire entendre de ses partenaires de jeu. Il peut être tentant, pour pallier cela, de coller le micro à sa bouche, mais c’est alors un autre problème qui peut survenir, à savoir une forte tendance aux “pops” (saturations passagères sur les consonnes “p” ou “b “) même avec la bonnette installée. Il est donc important de bien prendre soin de positionner le micro idéalement pour obtenir un bon compromis entre ces deux excès.

Leave a Comment