Baisse des actions en vue en Europe après la chute de Wall Street – 19/05/2022 à 09:52

par Laetitia Volga

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes participent à la baisse jeudi à l’ouverture après la chute de Wall Street la veille sur fond de vive inquiétude concernant l’impact, notamment sur les entreprises, du niveau de l’inflation et de la hausse des taux des banques centrales.

Les contrats à terme indiquent une baisse de 0,83% pour le CAC 40 Paris, 1,01% pour le Dax à Francfort, 0,55% pour le FTSE à Londres et 0,95% pour l’EuroStoxx 50.

Les places européennes ont perdu plus de 1% de pitié, les inquiétudes persistantes sur l’économie mondiale ayant balayé le ralentissement lié à l’amélioration de la crise sanitaire en Chine qu’avaient soutenu les actions la veille.

Il a répondu à cela nettement plus conséquent à Wall Street, où le S&P-500 et le Dow Jones ont connu leur pire séance depuis juin 2020, en raison des craintes d’un ralentissement économique des valeurs importantes que le président de la Réserve fédérale américaine , Jerome Powell, a fait part mardi de sa détermination à faire reculer l’inflation.

L’envolée des coûts n’est pas sans conséquence pour les entreprises : le groupe de distribution américain Target a dévissé mercredi à la suite de ses mauvais résultats, évoquant les problèmes d’approvisionnement et de hausse des prix, des préoccupations que font écho à squeezed les cellules rivalisent avec Walmart la veille.

“Le rebond de mardi était trop optimiste (…) Il faut dire que l’inquiétude concernant l’inflation n’a jamais flambé après le début de l’année. Plus s’ils ont choisi de ne pas faire attention à un point de non-retour, ils semblent aborder une situation ‘hors de contrôle'”, a déclaré Hebe Chen, analyste chez IG.

À WALL STREET

A la Bourse de New York, l’indice Dow Jones perd 3,57% à 31.490,07 points, le S&P-500 perd 4,04% à 3.923,68 points et le Nasdaq Composite lâche 4,73% à 11.418,15 points.

Cibler un dépôt de 25 % après avoir fait état d’un bénéfice trimestriel amputé de moitié par la hausse des prix et mis en garde contre le risque d’une nouvelle dégradation des marges.

C’est sa pire séance depuis le crash du “Vendredi noir” du 19 octobre 1987 et la capitalisation boursière du groupe a été tronquée d’environ 25 milliards de dollars.

Le nom des permis de construire atteints en avril est plus bas en cinq mois, ce qui laisse présager un ralentissement du marché du logement avec remontée des taux hypothécaires.

Les contrats à terme donnent une ouverture ce jeudi en léger recul.

EN ASIE

Dans la foulée de Wall Street, le Nikkei a chuté de 1,89% à Tokyo.

Les Bourses de Chine continentale ont fait état d’un rendement modéré (-0,2%) mais le Hang Seng à Hong Kong a abandonné 2,46%, dégringolé par Tencent (-6,67%) qui a annoncé un bénéfice trimestriel divisé par deux.

TAUX

Sur le marché obligé, les rendements des emrunts d’État répartis à la hausse ont reculé la veille dans un mouvement de retour vers les refuges actifs.

Le rendement des Treasuries à dix ans prend près de deux points de base – après en avoir perdu plus de once mercredi – à 2,9003%.

Ils équivalent à 1,035% des premiers échanges.

CHANGEMENTS

Les monnaies refuges se déprécient légèrement après avoir enregistré des gains importants lors de la précédente séance en raison des inquiétudes croissantes concernant la croissance mondiale.

Le dollar recule de 0,1% face à un portefeuille de titres de référence et le yen cède 0,34% face au billet vert.

La monnaie unique européenne prend pour sa part 0,18% à 1,0485 dollar.

HUILE

Le marché pétrolier augmente en hausse, les craintes concernant l’insuffisance de l’offre mondiale prenant le pas sur les cellules d’un ralentissement de la croissance économique.

Par ailleurs, l’Energy Information Administration (EIA) américaine a annoncé une baisse des stocks de brut aux Etats-Unis la semaine dernière alors qu’une augmentation était attendue.

Le Brent prend 1,41% à 110,65 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 0,78% à 110,45 dollars.

(Redigéré par Laetitia Volga, édité par Nicolas Delame)

.

Leave a Comment