Les anciens “n’auraient jamais imaginé que je verrais” le club relégué en Ligue 2

Au Matmut Atlantique,

Comme ça, sur le moment, on a failli appeler Gérard Lopez. pourquoi? Pour dire au propriétaire et président des Girondins de Bordeaux qu’on lui avait (fin) trouvé une équipe. Bon, bien sûr, certains ont un âge peut-être un peu avancé, mais ça pourrait encore tout à fait faire la maille avec une petite préparation. En Ligue 2, c’est même sûr ! Voici donc le once aligné par les Marine et Blanc ce mercredi au Matmut Atlantique lors du match de charité en faveur de l’association Les Liens du Cœur que vient en aide aux personnes atteintes de malformations cardiaques : Roux – Ferrié, Koscielny, Saveljic, Chalmé – Ducasse, Sané, Plasil – Saivet, Pauleta, Laslandes.

Pour la petite histoire, le coup d’envoi était à peine donné que l’aigle des Açores en avait déjà planté deux. Et tout en finesse, évidemment ! Des sourires, des accolades… Tous étaient très heureux de se retrouver, comme lors des 140 ans des Girondins de Bordeaux il y a quelques mois. Une ambiance qui reste bien avec le décent aux infirmières du club du cœur et les trois relégations probables des téléphones portables en Ligue 2 ce samedi à l’occasion de la dernière journée de L1. C’était donc le bon moment pour leur tendre le micro et surtout les écouter.

Beaucoup de « tristesse », un peu de « colère »

Comme à son habitude, le grand Cheick Diabaté, de retour à la maison, fut le plus touchant au point d’en perdre son incroyable sourire : « Je n’aurais jamais imaginé voir les Girondins descendre en Ligue 2. Je suis triste. J’ai mal au cœur. » De la tristesse, ils sont homonymes, Lassina Diabaté en « ressenti beaucoup » aussi. Même choisi pour Pedro Miguel Pauleta qui appelle tout de même tout le monde « à garder la tête haute » pour se soulager demain.

Plus le « coup est dur » pour Lamine Sané, l’ancien milieu de terrain bordelais : « J’ai grandi à Bordeaux, j’ai joué pour les Girondins, je suis supporteur du club. Il y a beaucoup de déception. » Didier Tholot, lui, éprouve « un peu de colère » face à cette situation. L’actuel entraîneur du Pau FC n’avait surement pas imaginé qu’il retrouvera peut-être la saison prochaine en Ligue 2 face à son club de toujours. Même si «on avait déjà eu chaud la dernière saison» rappelle l’emblématique Marius Trésor, «jame je ne pensais pas voir les Girondins redescendre». La dernière relégation datant de 1991.

Le symbole Koscielny

Alors que faire maintenant ? “Lâche prise, en route pour assister à la connaissance de ce qui va t’arriver de ce côté-ci du fleuve”, lance avec amertume la championne de France 1999, Lilian Laslandes. Il poursuit : « J’ai de la peine car on aime tous ce club. Des choses ont changé et il va échouer à remettre quelques valeurs dans ce club. » Un souhait que prend tout son sens à l’apparition sur la pelouse d’un certain… Laurent Koscielny. Oui, oui, le défenseur international a bien envoyé le maillot des Girondins de Bordeaux au titre d’ambassadeur de celui-ci, trois autres seulement après avoir été mis à l’écart de l’équipe pour la direction du club. Ubuque. Lunaire.

Sur le même thème, Lassina Diabaté poursuit en justice les dirigeants de “tirez les enseignements de cette saison” car pour l’ancien milieu de terrain, “déjà 90% de choses à changer. » « Bordeaux vit depuis des années au-dessus de ses moyens. Aujourd’hui, ce sera à défaut que le club se relance dans le droit chemin et remonte le plus vite possible », insiste Marius Trésor. Tous espèrent voir le club retrouver rapidement le chemin de la L1. Pour ça, Cheick Diabaté, véritable idole locale, se dit même prêt à rentrer au bercail : « Je ne pourrais jamais dire non à Bordeaux, ça, il faut le savoir. Mais bon, ce n’est pas moi qui décide, c’est à eux (les réalisateurs). On verra, peut-être, pourquoi pas. » Autant vous dire que depuis cette déclaration, le peuple bordelais réclame son retour.

Didier Tholot, qui a souvent fait des appels du pied à son ancien club, n’en dit pas plus : « Tout le monde connaît mon attachement aux Girondins de Bordeaux. » Lamine Sané, lui, affirme avoir proposé ses services. En attendant d’en savoir plus sur l’avenir du club, pour le grand Cheick, « ​​la seule solution aujourd’hui, c’est de se battre pour les Girondins remontent rapidement en Ligue 1 car Bordeaux, ce n’est pas une équipe de Ligue 2. » « La place de Bordeaux, c’est en Ligue 1 », conclut Pauleta.

Leave a Comment