Orléans “début KO” après sa relégation

Perdus la victoire d’Orléans Loiret Basket 90 à 87 face à Gravelines-Dunkerque, les Loiretains sont relégués en Pro B. Une victoire de leur part conjuguée à une défaite de Fos-sur-Mer chez l’ESSM Le Portel leur aurait permis d’être entretenu. Seulement ce n’est pas le cas. Après un match maitrisé, les Fosséens ont complètement craqué dans le dernier quart et se sont retrouvés à égalité à 0.5 seconde de la fin. Un coup de sifflet et une faute technique I répondu par Nicolas Maestre sur Mathieu Wojciechowski plus tard, et Fos-sur-Mer s’est retrouvé sur la ligne des lancers francs et s’est finalement imposé 83-79. Un scénario inoubliable commenté par Germain Castano, entraîneur de l’OLB :

“Ca n’a pas suffi. C’est le problème aussi quand tu dépends des autres. La semaine dernière (contre Champagne Basket), ce n’était pas le cas mais je pensais qu’à cause de cette fameuse première mi-temps (-20), on est venu ici en dépendant des autres. Même si toute la semaine, j’ai entendu “logiquement, logiquement”, dans le sport de haut niveau il n’y a pas de logique. De toute façon, c “C’est une saison irrationnelle. Ce ne sera que la fin. C’est déjà un panier de l’égalisation au Portel puis après il y a un coup de sifflet, je sais pas quoi vous dire. C’était écrit vu comment ça se passe .

Moi je n’étais pas dans le vestiaire j’étais dehors, j’attendais. En comprenant une réaction du pendentif des joueurs, je lui ai donné 3 points pour le payer. Et après, vous avez vu ce scénario qu’est quand même incroyable. Mettre une faute technique à 0,5 seconde de la fin, je pensais que les arbitres là ne connaissaient même pas la situation. Pour siffler cette faute, vous décidez qui va passer. Là, il y a des gens qui jouent leur travail et il y a des gens qui vont perdre leur travail. Donc cette faute technique tu ne la mets pas. Ils mettent un tir à 3 ou à 2 points pour gagner, bravo c’est comme ça mais tu leur donnes pas un lancer franc pour aller gagner. Mais bon je vais m’arrêter là parce qu’après on va dire que je commence à trouver des excuses. Mais laissez les joueurs décider qui en descendra. Si Fos gagne en prolongation, là ce n’est pas pareil. C’est dramatique. Nous, il y a des mecs qui vont perdre leur boulot. Moi, peut-être, mon staff, on va perdre notre boulot. Après le cas Germain Castano, j’en ai rien à foutre ce soir, ce qui m’intéresse c’est l’OLB. Je suis triste pour l’OLB et les amoureux de l’OLB.”

Et après avoir essayé d’expliquer qui pouvait passer, Germain Castano est de retour au club dans lui même et son amour pour celui-ci :

« Je vais être une pensée grossière, il parait que je suis triste, pour tous les Orléanais, qui aiment l’OLB, comme moi. » OLB, qui s’habille en blanc mardi dernier. Et la deuxième Pense est pous tous les salariés du club. Je suis triste por ces personnes là parce qu’on na pas sauvé les meubles, on pouvait sauver notre saison très moyenne avec un match. C’est tombé du mauvais côté. Sur cette fin de saison, il n’y a pas un match normal. Un buzzer, deux prolongations, une prolongation, une défaite sur le buzzer, une faute technique à 0,5 seconde , je sais pas quoi vous dire. On est un peu KO debout.”

Il a tout de même tenu à jouer qu’il avait certaines explications quant au déroulement de la saison, qu’il a entraîné son club à la relégation. Il ne s’est toutefois pas étendu sur le sujet.

“Ca a été dur mais j’ai des explications. J’ai des choses à vous dire mais je ne pensais pas que ce soit le bon moment. Il y a des choses à dire mais ce serait déplacer d’en parler maintenant. J’ Voici les symptômes d’un homme triste qui préfère être aventureux d’une manière que je n’aurai pas.

Leave a Comment