Comment la Ville de Paris a compris transformer les Champs-Elysées

Paris veut redonner de la grandeur à l’une des plus célèbres avenues au monde. La Ville veut transformer les Champs-Élysées pour en faire un lieu agréable de promenade, comme cela était le cas il y a une quarantaine d’années, tout en répondant aux défis du changement climatique. Densification, crise des gilets jaunes, attentats… Plusieurs facteurs ont marqué négativement la zone aménagée en 1670 et ils sont repercutés sur son activité économique. Une co-construction, entre le public (la Ville) et le privé (le comité des Champs-Élysées), pour permettre une démarche de dialogue sur l’avenir de cet ax mythique. Ce projet collaboratif associe tous les acteurs concernés par l’avenue, qu’ils soient économiques, culturels, institutionnels ou politiques. “Je veux que les Parisiens retrouvent le goût pour les Champs-Élysées, en permettant leur piétonisation“, ai-je affirmé la maire de Paris, Anne Hidalgo, lors d’une conférence de presse ténue le 11 mai 2022 au Théâtre du Rond-Point, à n’importe quelle avenue.

Qu’est-il prévu ?

L’artère de deux kilomètres connaîtra des travaux d’embellissement avant 2024, comme l’harmonisation esthétique des terrasses, la rénovation des allées des jardins, voire la plantation d’arbres et un embellissement paysager. Sur la parte haute de l’avenue, les trottoirs seront rénovés, le mobilier urbain restauré, les traversées piétonnes facilitées et les pieds de 400 arbres végétalisés. L’objectif ? Réduire la pollution atmosphérique générale pour les automobiles, sans pour autant diminuer le trafic motorisé sur l’avenue.

Le maire veut présenter une nouvelle avenue aux habitants comme aux visitaurs en vue des Jeux olympiques et paralympiques de 2024. Au bout des Champs, des jardins abîmés par le temps et très peu utilisés par les habitants seront magnifiés pour devenir des espaces de plantation et de promenade. Au total, 107 arbres ont été plantés et poilus ont été relevés, provenant du carré Marigny. “Nous préparons la ville au réchauffement climatique en support de la fraîcheur“, explique le maire de Paris. L’architecte Philippe Chiambaretta et son agence PCA-Stream se chargeont de ces mutations. Celui qui souhaite sublimer l’héritage du XIXe siècle des grands jardins des Champs considère la mission “difficile et impressionnant“. Avec le projet, j’espère réactiver le lien entre les habitants et l’avenue.”Notre rôle, en tant qu’architectes, est de réfléchir à ce la ville soit une vitrine plus durable et désirable pour tous“, déclare-t-il.

De nouvelles terrasses

Dans le même temps, le comité a missionné le designer Ramy Fischler pour imaginer l’harmonisation esthétique des 23 terrasses et contre-terrasses de l’avenue. Celui-ci veut leur donner une autre identité, en préservant la personnalité des enseignes. “Nous avons créé une signature qui identifie les Champs-Élysées et permet un aménagement plus inclusif pour les personnes à mobilité réduite, les familles et les personnes âgées“, expose le designer. Il travaillera également à la sécurisation de l’avenue en jouant sur le mobilier et l’éclairage. “Notre projet de fabrication sera vertical et local, avec l’utilisation d’un maximum de matériaux biosourcés qui seront remplacés.

Projection de la fête haute des Champs-Elysées, végétalisée. © PCA-STREAM

Pour Marc-Antoine Jamet, président du comité des Champs-Élysées, “ce projet est essentiel et nécessaire, pour faire vivre l’excellence française et l’art de vivre européen. Nous remarquons le retour des touristes internationaux, de plus en plus nombreux.“Je considère que l’avenue et doit pas rater sont des virages écologiques, économiques, culturels et numériques. Mais pour cela, il faut permettre d’en”changer les usages et fonctionnalités“.

Et après 2024 ?

D’autres travaux sont prévus. Il reste que le comité et la Ville doivent définir les contours de ceux-ci. Anne Hidalgo ne s’en cache pas : “Nous allons réduire la place de la voiture, c’est comme ça qu’on doit envisager la ville de demain.“L’élargissement de l’anneau du piémont de l’Arc de Triomphe permet aux visiteurs de faciliter son accès et d’observer l’ouvrage avec plus de sérénité. Pour ce faire, la réduction de la circulation automobile est inéluctable.

La place de la Concorde est étudiée pour une autre modification après les Jeux, tout comme l’avenue Montaigne et l’avenue de la Grande Armée. “L’enjeu autour de la place de la Concorde est important. Une flotte de visiteurs s’arrête au bout du chemin Jardin des Tuileries et rebrousse, au lieu de continuer vers l’avenue», affirme Philippe Chiambaretta, qui facilitera la traversée vers la place et permettra un accès à l’obélisque de Louxor. Post-Jeux olympiques, les jardins pourraient se comporter des jeux pour enfants et même des parcours sportifs. Une autre suggestion serait d’ Ajouter aux kiosques gastronomiques, pour retrouver”l’esprit de la promenade“. Les porteurs de ce projet souhaitent également que les connexions à la Seine soient développées, quoique les souterrains, tunnels et sous-sols.

Projection avenue tuck Paris végétalisée
Projection de l’avenue Edward Tuck végétalisée et déminéralisée. © Ville de Paris

Pour Jeanne d’Hauteserre, maire du VIIIe arrondissement, cette transformation est une bonne nouvelle pour ce lieu qu’elle qualifie de “vitrine de la capitale, qui souffre de la perte de sa splendeur depuis quelques années“Selon elle, succès que connaisse les dimanches piétonnisés une fois par mois”attestation de la possibilité pour les Champs-Élysées de devenir un lieu de promenadeAu total, 24 millions d’euros sont investis dans le projet d’aménagement, avec une contribution de la Solideo (Société de livraison des ouvrages olympiques) de 6 millions d’euros.

Leave a Comment