Ennevelin : éliminé de Top Chef, Mickaël Braure va bien faire son retour à la télévision

Stupéfaction générale ce mercredi lorsque Mickaël Braure, l’un des favoris de la saison 13 de Top chef (et chouchou des téléspectateurs), élété aux portes des quarts de finale. Le chef du Witloof à Ennevelin revient avec nous sur son aventure télévisée.

Horaires de lecture :
3 minutes

Lors de notre première rencontre, on avait ressenti un Mickaël Braure assez détaché de Top chef. Mais quand même, pas trop déçu au moment de votre élimination ?

Non je ne suis pas déçu, j’ai vraiment fait Top chef pour m’amuser. Le résultat est magnifique, je n’aurais jamais pensé arriver au niveau. C’est cool. Et voilà, après une absence de deux mois et demi pour les besoins du tournage, il était temps de rentrer à la maison. (…) Je suis très heureux d’avoir représenté mon terroir.

Vous avez déjà été éliminé par le Cadrésien Sébastien. S’il fallait être éliminé, autant que ce soit par un autre Nordiste, non ?

Bien sûr, ma défaite lui donne sa victoire. J’aime beaucoup sa cuisine et j’ai beaucoup apprécié travailler avec lui. A tel point que j’ai déjà trouvé un mec pour représenter la région, moi ça me va ! J’espère qu’il ira au bout.

Philippe Etchebest était votre chef de brigade pendant l’émission, quelle a été votre relation avec lui ?

Il était mon chef de brigade et surtout mon mentor. C’est lui qui m’a poussé à voir ces résultats. Sans lui, jamais je ne serais arrivé jusque-là. Il a su me parler, moi Conducteurs. Mais j’ai rencontré beaucoup d’autres grands noms. J’ai énormément appris pendant cette émission.

Cette aventure aura-t-elle – ou a déjà – une influence sur votre cuisine ?

Ça m’a permis de découvrir des univers complètement différents. Je pense à Pía León (élue meilleure cheffe du monde en 2021 par World’s 50 Best) par exemple, avec une cuisine très sud-américaine. Ou encore Mike Bagale, un mec complètement perché mais très cool. Mais sinon, au Witloof, je ne veux rien changer. Ce que j’ai fait à Top chef, c’était surtout pour me prouver à moi-même que j’étais capable de faire une cuisine un peu plus prestigieuse, moi si je tiens un bistrot.

Mickaël et son équipe, à laquelle il tient énormément.  (Photo d'archives)
Mickaël et son équipe, à laquelle il tient énormément. (Photo d’archives)

Cette nouvelle notoriété n’est-elle pas compliquée à gérer ?

Ben c’est cool, on fait beaucoup de photos (il sourit). Ça, ce sont les bons côtés. Le mauvais côté, c’est que depuis ma participation à l’émission, je n’ai jamais eu autant de non-présentation (des réserves qui ne sont pas honorées). Les réservations mensuelles sont aveugles jusqu’au mois de septembre mais là encore ce midi, j’ai eu une dix en moins. Et là encore, personne n’a prévenu. Je ne sais pas comment ça se fait, peut-être un peu de jalousie de la part de certains… ou des personnes qui réservent beaucoup trop tôt et qui n’assument pas.

Va-t-on vous revoir bientôt à la télé ?

Oui c’est possible. On prépare quelques petites émissions qui vont bientôt arriver. Mais je ne peux pas en dire plus pour l’instant…

C’est la fin du service, on vous voit posé avec votre verre de blanc. C’est le genre de petits moments que vous aviez manqués pendant votre absence ?

Oui et surtout, je suis un peu moins présent en cuisine car je dois faire plus de relationnel. (…) Je suis vraiment très heureux de retrouver mes gars ici !

Lire aussi

Circonscription 6 : Maryse Faber-Rossi claque la porte d’EELV et rejoint le PRG

Rue du Château-de-la-Motte réaménagée, à Gondecourt

Foot (Régional 1) : derby de la peur entre Saint-André et Lesquin

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Gastronomie Télévision Restauration Ennevelin (59710, Nord)

Marc LeBlanc
Ce sont toujours les mêmes quartiers que l’on “densifie”, jamais les villes comme Bondues, Marcq ou Wasquehal. La MEL doit arrêter de se concentrer tout …Lire plus

Leave a Comment