Hausse en vue en Europe après une baisse de taux en Chine – 20/05/2022 à 07:41

HAUSSE EN VUE EN EUROPE APRÈS UNE BAISSE DE TAUX EN CHINE

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes se présentent en nette hausse vendredi dans le fauteuil des grandes places asiatiques après l’annonce par la Banque populaire de Chine (BPC) d’une baisse marquée de l’un de ses principaux taux directeurs, une nouvelle mesure de relance de la deuxième économie mondiale.

Les contrats à terme des indices laissent entrevoir une progression de 1,14% pour le Dax à Francfort, de 1,29% pour le FTSE 100 à Londres et de 1,13% pour l’EuroStoxx 50. Quant au CAC 40 à Paris, il pourrait prendre autour de 1 % selon les premières indications disponibles.

Les BPC décotés de 15 points de base, à 4,45 %, sont les taux d’imposition privilégiés pour les prêts à cinq ans, qui font référence sur le marché chinois de l’antidémarrage. Il s’agit de sa plus forte réduction depuis la refonte du système de taux d’intérêt de la banque centrale en 2019, alors que los économistes tablaient sur une diminución de cinq à dix points seulement.

“Mais si cela ne suffira certainement pas à contrer tous les vents contraires que freinent la croissance du deuxième trimestre, c’est un pas dans la bonne direction et les marchés réagissent en anticipant peut-être un assouplissement supplémentaire à venir”, a commenté Carlos Casanova , Asian Senior Economist d’UBP à Hong Kong.

La nouvelle prend pour l’instant le des sus sur les inquiétudes liées à l’inflation mondiale, au resserrement des politiques monétaires aux États-Unis comme en Europe et au risque de recul aux États-Unis qu’ont dominé le sentiment de marché ces derniers jour .

Le CAC 40 perd 1,41% sur les quatre premières séances de la semaine et le grand indice européen Stoxx 600 1,27%. Surtout, le Standard & Poor’s 500 américain a cédé 3,06% et s’est dirigé vers sa septième semaine consécutive de réplique. Il affiche une réponse de 18% par rapport à son record de clôture du 3 janvier.

À WALL STREET

La Bourse de New York s’est terminée en baisse jeudi mais au-dessus de ses plus bas du jour après une séance en dents de scie marquée par la chute de Cisco Systems après la révision à la baisse de ses consommateurs, venue s’ajouter aux préoccupations liées à l’inflation et à la hausse des taux d’intérêt.

L’indice Dow Jones perd 0,75% à 31.253,13 points, le Standard & Poor’s perd 0,58% à 3.900,79 et le Nasdaq Composite lâche 0,26% à 11.388,50.

Cisco progresse de 13,7% après avoir abaissé sa prévision de croissance de chiffre d’affaires annuel, ce qui explique l’impact de sa sortie de Russie et le manque de composants dû aux mesures de confinement contre le COVID-19 en Chine.

Après la clôture, le spécialiste de l’équipement pour le secteur des semi-conducteurs Applied Materials cédait 1,7%, ses escomptes pour le quart en cours inférieurs étant aux préposés de Wall Street.

Les contrats à terme sur les indices suggèrent un rebond instantané de 0,6% pour le Dow et de 1,1% pour le Nasdaq.

EN ASIE

A la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a augmenté de 1,3 % à moins d’une heure de la clôture et efface ainsi la moitié environ de ses pertes de la veille, profitant d’achats à bon compte d’investisseurs que mettant sur l’amélioration des résultats des entreprises, grâce entre autres aux effets de change.

En Chine, le SSE Composite de Shanghai a pris 1,19% et le CSI 300 1,46% après la décision de la Banque populaire de Chine, qui a également soutenu le Hang Seng à Hong Kong (+2,06%).

CHANGEMENTS

Le dollar est en hausse face aux autres grandes devises (+0.19%) plus ce rebond ne devrait pas l’empêcher d’enregistrer sa première performance hebdomadaire négative depuis début avril puisqu’il affiche pour l’instant un réplique d’un peu plus de 1,5% sur la semaine, après une caution de 10% après mi-janvier.

L’euro est passé du cours à 1,0579 dollar, en baisse de 0,07% sur la semaine contre une baisse dans l’environnement de 1,5% sur la semaine.

TAUX

Le retour des bons du Trésor américain à dix ans recule dans les échanges en Asie à 2.8424% mais le deux ans progresse légèrement à 2.6265%,

Ils avaient l’un et l’autre reculé jeudi, les craintes d’une dégradation rapide de la conjoncture économique aux États-Unis ayant remis en cause aux yeux de certains investisseurs le scénario de réduction accélérée de la politique monétaire de la Réserve fédérale.

Il a dit ans était ainsi revenu à 2.772%, au plus bas depuis fin avril, 43 points de base en dessous de son pic de la semaine dernière.

HUILE

Le risque d’un ralentissement a marqué la croissance mondiale qui a stoppé la demande de pétrole malgré sur les cours du baril : le Brent a abandonné 0,75 % à 111,20 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,21 % à 110,85 dollars.

(Rédigé par Marc Angrand, avec Andrew Galbraith à Shanghai)

.

Leave a Comment