Huawei se lance bien en France, ils sont concurrencés très beau et très cher du Galaxy Z3 Fold

Après les débuts de leur aventure smartphone, Huawei a décidé de rivaliser avec la qualité d’Apple sur tous ses plans. Avec le lancement européen de la quatrième génération de smartphones mobiles, les Mate Xs 2, le géant chinois s’attaquait également au coréen Samsung, roi du genre avec son Fold et son Flip.
Plus léger, avec plus de surface utile d’écran, plus résistant, sans effet de pliure sur l’écran, etc. Toutes les comparaisons ou presque que résumaient Huawei ciblaient le fleuron de Samsung.

Permettez-moi de lancer en Chine, le Mate Xs 2 est un bijou de Matériel – Nous l’avons entre les mains et le niveau de finition est excellent. Cette nouvelle charnière promet d’être hyper résistante, la pliure est invisible, et la surface de l’écran est trois confortable.
L’écran est volontairement plus grand (7,8” contre 7,6”), plus grand (2480 x 2200 contre 2208 x 1768 pixels) et plus grand en pixels (424 dpi contre 374 dpi) que le Galaxy Z Fold 3. , avec 255g contre 271g pour l’appareil de Samsung. Huawei a rencontré le même avant-goût qu’ils sont terminaux fait environ le même poids qu’un iPhone 13 Pro Max avec sa coque, pour une surface de double écran.

La présentation de Huawei à mon accent sur les matériaux tels que la fibre de la pointe, sur la complexité et la solidité (harnais renforcé, protection multicouches de l’écran). Ils permettent à Huawei de renvoyer des chiffres de comparaison assez impressionnants. Rapport de paire avec Mate Xs (2et génération de pliable chez Huawei), le Mate Xs 2 est 2,5 fois plus résistant aux chocs, 2,8 fois plus résistant aux impacts et 1,4 fois plus résistant à la pression. Un travail de renfort très important pour un téléphone behaviorent un tel mécanisme.

Avec les spécifications techniques, l’affichage est évidemment à 120 Hz, et le Snapdragon 888 dont l’anime est alimenté par 8 Go de RAM et compte sur 512 Go de stock.

triptyque photographique

La partition photo se compose d’un triptyque classique : l’ultra grand-angle (éq. 13 mm f/2.2, 13 Mpix) et le grand-angle (éq. 23 mm f/1.8, 50 Mpix utilisé à 12.5 Mpix) du P50 Pro et une évolution du petit téléobjectif du P40 Pro+, un 85mm f/2.4 équivalent à 8 Mpix (allongée par rapport au 80mm d’origine).

Un trio de modules qui bénéficie du savoir-faire de Huawei en termes de traits d’imagerie (XD Optics pour la réduction des défauts optiques, etc.). Mais on a estimé que Huawei n’est pas plus à son maximum. Si on ne peut pas reprocher l’absence de 8K, la limitation de la vidéo 4K à 30p (avec 60 i/s) est regrettable et en faveur de la concurrence.

La caméra frontale se compose d’un nouveau capteur de 10,7 Mpix qui n’ignore pas la queue, équipé d’un objectif optique ultra grand-angle à f/2.2 (sans plus de précision pour la focale).
Lors de notre prise en main, l’appareil était rapide à la mise au point en dépit des conditions d’éclairage exécrables, plus toujours en portrait par rapport à Apple – cela a toujours été le cas pour l’AF de Huawei.

Je me suis limité à la 4G, et toujours sans Google

Que Huawei est un bien immobilier Matériel, cela sonne un peu comme une évidence. Si les Chinois avaient réussi à devenir un numéro mondial, ce n’est pas par hasard. L’entreprise chinoise fait – et fait toujours – office de référence en matière de qualité, de fabrication et de technologies, notamment en imagerie.

Mais depuis cet âge d’or, Donald Trump et sont administration sont passés par là, et le Mate Xs 2 pâtit de cette guerre américaine. Privé d’Android et des services Google (Google Mobile Services), il doit se contenter en Europe de son fork d’Android EMUI 12, et de son app store AppGallery.
Si Petal Search et le système de frais d’application (” Chargement latéral » des fichiers APK) est une bequille, l’expérience utilisateur des Européens et Occidentaux très tournées vers les applications et les services Google est loin d’être équivalente au confort d’Android, où il n’y a pas besoin de bidouille.
J’ai gâché les investissements lourds dans Harmony OS, Huawei, en raison du parti pris de leurs représentants, dont nous avons parlé, semble trois raisons à l’idée de récupérer la licence. Plus cela dépend moins d’Alphabet/Google que du gouvernement américain.

Même son de cloche côté hardware et communication : champion mondial des équipements 5G et des SoC 5G (Huawei fut le premier à insérer un modem 5G dans une puce haut de gamme), la firme chinoise est privée de production de ses puces… et donc de 5G. Le gouvernement américain a consenti à la sortie de Qualcomm pour vendre les sockets d’ancienne génération (Snapdragon 888), mais avec le modem 5G désactivé.

A découvrir également en vidéo :

A découvrir également en vidéo :

Le Mate Xs 2 offre les performances de la pointe des terminaux de 2021. Et la plus grosse détente de brevets 5G au monde est bloquée à la 4G. Si cela n’est pas sérieux dans la vie de tous les jours, cette limite va à l’encontre même du discours marketing que Huawei a tenu ces dernières années pour mettre en avant son savoir-faire.

Le Mate Xs 2 est immatriculé pour arriver en France à partir du mois de juin à 1 999 euros.

Leave a Comment