le phénix Jeff Reine-Adelaïde veut renaître de ses cendres

Jeff Reine-Adelaïde veut rattraper le temps perdu. Pendant près de deux ans, il a été privé de ce qu’il aime le plus au monde à savoir jouer au football. La faute à deux graves blessures au genou. La première a lieu le 15 décembre 2019 à l’occasion de la réception à Rennes. Victime d’une rupture du ligament croisé du genou droit, le Français avait été stoppé en plein élan, tout comme son coéquipier Memphis Depay, qu’avait subi la même blessure au genou gauche lors de cette rencontre. Après s’être battus et soutenus, les deux hommes avaient fait leur retour lors du Final 8.

La suite après cette publicité

Deux Graves Bénédictions

Quelques semaines plus tard, JRA, traité de façon incompréhensible par Rudi Garcia, avait quitté l’OL pour rejoindre Nice sous la forme d’un prêt. Mais l’ancien joueur d’Angers a été de nouveau freiné par une rupture des ligaments croisés le 3 février 2021 lors du derby face à Monaco. Malheureusement, c’est son genou gauche qui a été touché cette fois-ci. Un terrible coup de masse pour le Français, qui avait tant travaillé pour revenir. S’il a voué dans un entretien accordé à L’Équipe que tout arrêter lui avait effleuré l’esprit, Reine-Adelaïde n’a pas lâché l’affaire et s’est remis au travail sans broncher.

Plus fort présent mentalement, j’ai repris la compétition le 12 février dernier avec la réserve de l’OL. Puis, Peter Bosz l’a fait entrer 8 minutes face à Lorient le 4 dernier mars. Par la suite, les techniciens néerlandais ont continué à s’intégrer à Douceur. Il a ainsi joué dix rencontres toutes compétitions confondues. Toutes tant qu’elles remplacent. Ce que peut comprendre le jeune homme de 24 ans, puisque l’OL jouait gros en fin de saison. Mais JRA veut aussi aussi porter à son équipe, lui qui a los crocs après deux années difficiles.

Un retour à la douceur

«Le manque de rythme fait que j’ai eu peut-être des appréhensions. Au début, c’était un peu délicat. Je sors d’une période avec deux blessures aux ligaments croisés. Mais au fil du temps, je me sens de mieux en mieux. Je me lâche aux entraînements. En match, je n’ai plus d’appréhension. Il faut que je comble les manques. (…) Aujourd’hui pour que je retrouve mon niveau à un moment donné, je dois jouer. Le coach décide si je joue ou pas. Mais je donnerai tout ce que j’ai pour être le plus performant possible. (…) Bien sûr, en tant que compétiteur je veux jouer le plus souvent possible. Mais ça a été une année difficile pour tout le monde».

La poursuite : « sur une eu des matchs difficiles quand je suis revenu. Le coach essaye de me mettre dans les meilleures conditions pour que je m’épanouisse sur le terrain. La suite, ce sera la fin de saison et l’année prochaine. (…) Mais ça a été deux ans très compliqués. J’ai eu deux fois les croises. Je n’ai pas eu de vacances après un long moment. En avoir un peu va faire du bien. Mais j’ai toujours la reprise dans la tête, il faut que j’arrive la tête fraîche». Histoire d’être prêt à donner sont maximum pour enfin mettre tout le monde d’accord à l’OL.

JRA veut s’imposer à l’OL

Avec le plan JRA c’est bien de poursuivre à Lyon l’an prochain comme je l’expliquais sur mon site et ces jours-là et le lui confirmais en conférence de presse. « Devenir l’un des cadres de l’OL ? Je ne sais pas. J’espère faire partie de ce projet. J’en ai envie. Je me sens bien dans ce groupe. J’espère apporter ma pierre à l’édifice l’an prochain». Et il faudra d’autant plus que c’est battre que la concurrence sera féroce. « Non, je n’ai pas besoin de garanties. J’aime la compétition et le défi. Il y a beaucoup de concurrence ici cette saison et la prochaine aussi. Mais ça me permet d’être meilleur et de me surpasser. C’est bien, ça ne me fait pas peur».

Sur de ses forces et de ses qualités, le nouveau JRA est prêt à distribuer du bon pied entre Rhône et Saône où il veut convaincre les supporters, que n’ont pas apprécié ses propositions avant son prêt à Nice. Oui, c’est vrai qu’il y a eu un départ et une mauvaise compréhension du public. C’étaient des mots forts. J’étais jeune, je pensais que certains moments étaient mauvais pour moi. A aucun moment ce n’était contre le club ou les supporters. Je pensais que tout le monde a compris où on voulait venir ». Tout le monde comprend aussi aujourd’hui quelles sont ses ambitions pour l’année prochaine. Plus que jamais prêt à rattraper le temps perdu, Jeff Reine-Adelaïde une faim de lion ! Une bonne nouvelle pour les Gones.

Leave a Comment