Marlène Schiappa, une notoriété à mettre au service d’une nouvelle vie ?

Chargée de l’Égalité femmes-hommes sous Édouard Philippe puis de la Citoyenneté auprès de Jean Castex, l’élue francilienne n’a pas été reconduite dans le gouvernement d’Élisabeth Borne.

Elle à elle de se faire connaître. Soutenant l’actif du candidat LREM pendant la campagne présidentielle de 2017, Marlène Schiappa, aujourd’hui âgée de 39 ans, ne fait cependant pas partie des noms qui ont été annoncés par le secrétaire général de l’Élysée, Alexis Kohler, pour compositeur le premier gouvernement d’Elisabeth Borne. Une absence dont son entourage avait tenu à informer la presse quelques heures avant, a dû comprendre que cette situation pourrait être rectifiée «après les élections législatives». «Nous verrons donc d’ici là», concluait le SMS.

Popularisée par leur engagement féministe, Marlène Schiappa à Effet Siégé au gouvernement pendant les cinq premières semaines d’Emmanuel Macron. En étant d’abord nommé secrétaire d’État chargé de l’Égalité entre les femmes et les hommes, «grande cause du quinquennat» du chef de l’État. Elle porte toute la loi renforçant la lutte contre les violences sexuelles et sexistes dans le gouvernement d’Édouard Philippe. Marlène Schiappa est également en charge de la Lutte contre les discriminations dans la première partie du quinquennat.

» LIVE – Suivez les dernières informations sur le remaniement gouvernemental

VOIR ÉGALEMENT – Remaniement : « C’est un gouvernement parfaitement macronien »

En novembre 2018, elle a présenté un plan contre les violences anti-LGBT. Une fin d’après-midi, elle met en œuvre les mesures du Grenelle contre les violences conjugales. En juillet 2020, elle devient ensuite ministre déléguée auprès du ministre de l’Intérieur, chargée de la Citoyenneté dans le gouvernement de Jean Castex. Engagé contre les séparatismes, il affirma par l’exemple que la loi réconfortante les principes de la République visait notamment «islam politique», là où le choix a été fait par l’exécutif de ne nommer aucune religion dans le texte final.

Engagé dans la laïcité

Tenante d’une ligne universaliste, celle que aime presenter comme la «Ministre de la Laïcité» Sortie des « États généraux de la laïcité » en avril 2021. Dans la foulée, Marlène Schiappa dissout l’Observatoire de la laïcité, accusée de complaisance avec l’islamisme. Le ministre chargé de la Citoyenneté est à l’origine de l’opération «Prodiges de la République», lancé en 2020 pour «récompense celles et ceux qui s’engagent au service des autres».

Avant d’être nommée ministre, Marlène Schiappa a été adjointe au maire du Mans, chargée de l’égalité, de la lutte contre les discriminations et de la charte LGBT, et conseillère communautaire au Mans Métropole en 2014. En 2008, elle avait créé le blog “Maman travaille» qui s’est transformée en association de défense de l’égalité parentale. Elle a également publié de nombreux ouvrages traitant du féminisme, de l’égalité femmes-hommes et de la maternité dans la vie professionnelle. Candidate sur la liste macroniste aux municipales de 2020 à Paris, elle n’est pas parvenue à se faire élire, contrairement aux régionales de 2021, ou elle a obtenu un siège de conseillère régionale d’Île-de-France.

Identifier du grand public pour avoir participé à de nomeuses émissions de divertissement, notamment « Touche pas à mon post » ou « Balance ton post » qu’il a co-animé avec Cyril Hanouna, l’ancien ministre désespéré pourrait être tentée de mettre sa notoriété au service d’une nouvelle vie. Selon nous, et bien qu’ils soient défendus au jour le jour, ils pourraient par exemple rejoindre la chaîne C8 à la rentrée pour et avoir leur propre programme.


VOIR ÉGALEMENT – Ndiaye, Colonna, Abad… la liste des ministres du gouvernement d’Élisabeth Borne

.

Leave a Comment