EA Tenterait de se faire racheter par Disney, Apple ou Amazon

Nouvelles affaires EA Tenterait de se faire racheter par Disney, Apple ou Amazon

La course aux rachats est bel et bien intégrée dans l’industrie vidéoludique. Au milieu des acquisitions Microsoft-Activision-Blizzard, Sony-Bungie ou encore Take-Two-Zynga, d’autres acteurs majeurs cherchent également à racheter ou à se faire racheter. Ce sera le cas d’Electronic Arts, qui se renforcera rapidement.

Disney, Apple ou Amazon pour racheter EA

Electronic Arts fait les gros titres de la mise à jour vidéo en ce moment. Après l’annonce de la fin du partenariat entre l’éditeur et la FIFA pour sa simulation footballistique pharevoilà que l’éditeur revient une fois de plus sous le feu des projecteurs avec un nouveau rapport fourni par palet et appuyé par Kotaku. D’après ces deux sources, le géant américain chercherait à se faire racheter après avoir manqué une opportunité de fusion avec NBCUniversal. C’est en tout cas ce que rapporte Dylan Beyers, journaliste chez Puck.

Au cours des dernières années, alors que les entreprises de médias ont eu davantage d’intérêt pour l’industrie vidéoludique et sa croissance rapide, Andrew Wilson (PDG d’Electronic Arts) et Electronic Arts ont tenu plusieurs conversations avec différents acheteurs potentiels, dont Disney, Apple et Amazon (…). Plusieurs sources au courant de ces conversations déclarent qu’Electronic Arts a cherché avec insistance un rachat, et n’a été que avantageusement convaincu par sa démarche suite à l’accord entre Microsoft et Activision. D’autres sources affirment qu’EA sera avant tout intéressée par une fusion qui permettrait à Wilson de Conserver son PDG d’être au sein de cette nouvelle entreprise.

Dylan Beyers plaide et explique que l’accord le plus précis concerne la fusion entre NBCUniversal et EA. Selon le journaliste, Brian Roberts, actuel PDG de Comcast, groupe dont NBCUniversal est la fille, a soutenu une fusion entre les deux sociétés afin de créer une nouvelle entité, avec Andrew Wilson à la tête. Plus enfin, les négociations ne portent pas là-dessus.

Racheter plutôt qu’être racheté ?

EA, avec une grande partie de ses concurrents, a décidé d’aller au cours des dernières années de poursuivre une croissance pérenne en acquérant plusieurs studios pour près de 5 milliards de dollars. Une volonté une nouvelle a été affirmée par Andrew Wilson lors d’une réunion entre actionnaires en février dernier. Néanmoins, les grands rachats tels que ceux d’Activision-Blizzard par Microsoft, Bungie par Sony ainsi que Zynga par Take-Two entraînent une forme de déséquilibre entre les différents acteurs, qui cherchaient alors à gagner en influence rapidement comme le souient Puck et Kotaku . Cette haine s’exprime notamment par les actions d’Andrew Wilson, qu’elle aurait cherché à assurer un rachat d’EA par Disney en mars dernier.

Cette information fait plutôt sens quand on sait que l’accord d’exploitation de licences entre l’éditeur et le géant va bientôt arriver à son terme. Accord qui concerne notamment les jeux Star Wars. Comme l’explique Kotaku, EA a exploité la licence à l’époque de la suite Fallen Order jusqu’en 2023 avant de passer le flambeau à des studios comme Quantic Dream et Ubisoft, dont les titres sous licence ont déjà été annoncés.

De leur côté, EA n’ont pas réagi à ces rumeurs. Kotaku a contacté l’éditeur, qui a eu quatre réponses assez vagues :

Nous ne commentons pas les rumeurs et spéculations concernant les rachats et les fusions. Nous sommes fiers d’agir depuis une position de force et de croissance, avec un catalogue de jeux excellents, bâti autour de licences fortes, fait par des équipes incroyablement talentueuses et avec un réseau de plus d’un demi-milliard de joueurs. Nous voyons un futur radieux à l’horizon. – John Reseburg, porte-parole d’Electronic Arts.


Leave a Comment