victoire 126-117 après une rentrée XXL !

Après un Game 1 raté, Dallas comptait bien se faire secouer dans le Game 2. Les Mavericks et ont cru avant de déchanter. Golden State a fait un énorme retour de 19 points pour le vaincre 126-117 et a même fait une belle percée dans la série.

Bizuté pour son premier match de finale de conférence, ce groupe de Dallas voulait prendre sa revanche dès le match 2. Et franchement, l’affaire commençait plutôt bien. L’arrière-court mené par Luka Doncic et Jalen Brunson a fonctionné du tonnerre, les Warriors n’ont pas loué un tournage ou presque et le casting de soutien était représenté par Reggie Bullock, Dorian Finney-Smith et… Davis Bertans a assuré du sérieux. Le premier quart-temps est une succession de parcours d’une dizaine de points chacun. Enfin, ce sont les Mavs qui ont le dernier mot et conduisent très vite de +15. Cependant, et Dallas se verront plus d’une fois lors des retrouvailles, et ils n’enterreront jamais les Warriors surtout à la maison. Après ces briques bien sonnantes de Maxi Kleber et Frank Ntilikina, Golden State revient à -7 et les cartes sont déjà redistribuées. Jason Kidd riposte avec Bertans (non on ne blague pas). Le Letton a assuré un gros 3 points sur la victoire de Damion Lee. D’ailleurs, les deux sont échangés quelques mots doux, avant d’être séparés. Dans le même temps, ça chauffe aussi entre Bullock et Draymond Green. De quoi bien faire monter l’intensité du match. Après les joutes verbales, il a réprimandé ses actions, et c’est alors que les Mavs sans Luka ne prendront pas une avance inattendue de 19 unités. Tous les lieutenants ont une insolente réussite du parking que punit les Warriors. A la pause, les Texans sont les 15/27 janvier, ce qui change le vendredi pour se rendre au match 1. J’ai combiné un Luka en pleine forme (24 points à 7/12, 3 rebonds, 6 passes et 2 interceptions) et un Brunson parfait dans son rôle (20 points à 7/10 au tir et 4 passes), les Mavs sont aux anges et Menent 72-58.

Sauf que tout se passe un peu trop bien.

Les Warriors et les troisièmes quarts, c’est comme les Kings et les vacances en avril, ça va bien ensemble. Comme à son habitude, Golden State sort une masterclass collective au retour des vestiaires et revient petit à petit dans le match. En tête de proue de ce retour, il est clairement bien revenu au franchiseur des Bleus et Jaunes… Kevon Looney. Le pivot a fait des travaux de monstres dans la raquette sans que Dallas n’ait pu faire grand-chose. En effet, les Mavs ne sont pas personne à proposer dans leur effectif pour contenir un gaillard comme Looney, puisque n’est Boban Marjanovic mais reste sérieux un instant. L’intérieur se termine par un quart-temps à 17 points (8/11 au shoot sous l’arceau) et 9 rebonds. En plus de cela, tout le monde contribue à la fête. Klay cale des 3 points lisses et des gros tomas. Curry fait du Curry et préchauffe doucement. Wiggins a rencontré ses points également. Bref, l’espoir renaît fort à San Francisco surtout qu’en face, ça ne sait plus jouer au basket. In veut pour preuve ce désastreux 2/13 à 3 points, totalement antinomique avec la réussite de la première mi-temps. En 2 minutes, Dallas s’effondre et voit sont avancés fondre comme neige au soleil, et les Mavs n’ont plus deux minuscules points d’avance grâce à Luka qui assure un minimum et tacle le quatre-quarts avec laisse 28 points à son compteur .

Les Warriors terminent ensuite le match en apothéose. Ça splash dans tous les sens avec le réveil de Jordan Poole, un Klay Thompson agile dans ses drives et un Chef Curry aux fourneaux. Le meneur crée de nouvelles mimiques à chaque panier pour trashtalk ses adversaires et faire plaisir aux fans du Chase Center. La fin est un match avec 32 points à 11/21 du coup et 6/10 du loin, 8 retours et 5 passes. Plus qu’une performance individuelle, c’est avec un collectif qui est récompensé par soir avec 5 joueurs à plus 15 points dont trois à plus 20. Et ça sera toujours mieux que d’avoir un joueur qui accumule tous les scores comme chez les Mavs avec Doncic qui remporte un nouveau chef-d’œuvre avec 42 points, 5 rebonds, 8 passes, 3 interceptions et un 50% contre au tir (12/23), du parking (5/10) et al 13/15 lanciers auxiliaires. Petite pensée à Jalen Brunson qui gagnerait lui aussi un énorme match avec 31 points, 7 retours et 5 passes à 11/19 avec un shoot. Cependant, autour de l’apport est encore trop faible pour espérer l’emporter face à ces Warriors.

Golden State lui a fait casser la baraque et prendre une série d’avances lors de la finale de la conférence. Attention néanmoins à la jurisprudence Suns. Les Mavs sont déjà revenus ce genre de situation et il est très dur d’aller s’imposer dans la fournaise de l’American Airlines Center. Rendez-vous dimanche à 3h pour un Game 3 très important. Un véritable must win pour Dallas.

Leave a Comment