Giro 2022 : Jan Hirt remporte l’étape, Jai Hindley revient à 3 secondes du maillot rose Richard Carapaz

Le conte de fée continue pour Intermarché – Wanty – Gobert Matériaux. Après le succès de Biniam Girmay à Jesi, la formation belge s’offre le règne du Tour d’Italie 2022 avec la victoire en solitaire de Jan Hirt pour le Mortirolo. Parti dans la bonne échappée, le tchèque a tendu l’ascension finale pour s’isoler et aller remporter la 7e victoire de sa carrière, de loin la plus prestigieuse.

Malgré quelques attaques, le bagarre parmi eux privilégie l’accouché d’un écrémage dans le Valico di Santa Cristina avec les quatre premiers du general tenus en une quinzaine de secondes et le reste de la meute loin derrière. Jay Hindley (Bora-Hansgrohe) a lui aussi profité des bonifications pour revenir à 3” du maillot rose Richard Carapaz (INEOS Grenadiers) loue que João Almeida (UAE Team Emirates) a limité l’affaire (+14”).

Tourner

Martin, un échec salvateur ?

IL Y A UNE HEURE

Hirt triomphe, Hindley grignote : l’arrivée en vidéo

Pozzovivo grand perdant, Almeida a tenu

En assistant à la montagne et aux merveilles de la 16ème étape, ce programme magnifie aussi qu’il est gargantuesque avec le Goletto di Cadino, le Mortirolo, le mont Teglio avant l’ascension finale du Valico di Santa Cristina. De quoi espérer une grande passe d’armes entre favoris. De plus, si Vincenzo Nibali (Astana Qazaqstan Team) tentait de profiter de la descente de Mortirolo avant d’être relevé, il manquerait d’assister à la dernière montée pour voir les leaders passer à l’offensive. Avant d’être travailleur avec leur équipe (et de tomber involontairement avec Pello Bilbao), Mikel Landa a été le premier à lancer les hostilités à 10km de l’arrivée. Seuls Carapaz et Hindley ont pu le suivre et les trois hommes se sont alors entendus pour éviter le retour d’Almeida, toujours aussi difficile à réellement distancer.

Chute en montée : l’accrochage entre Bilbao et… Landa

Les efforts du trio ont payé et le Portugais pour accorder 14” supplémentaires sur la ligne d’arrivée. Rien de conséquent sur une étape aussi difficile. Tombé dans la descente du Mortirolo, Domenico Pozzovivo (Intermarché – Wanty – Gobert Matériaux) a beau être revenu par la suite, il aura quand même été le principal perdant du jour. Ses 2’47” de débours sur la ligne l’expulse du top 5 et le repousse surtout à 3’48” de Carapaz, brisant sans doute ses derniers rêves de podium à Vérone. Sans avoir été capable de suivre les quatre meilleurs, Nibali s’offre lui la bonne opération en prenant sa place (5e, + 3’40”), un maigre consolation après avoir fait rouler son équipe derrière l’échappée. Plus de faveurs n’ont jamais réussi à revenir.

Hindley se rapproche encore

Je dirai que l’échappée était forte 28 unités et avait fière allure avec la présence à l’avant de Guillaume Martin (Cofidis, qui a finalement explosé pour la perte de 19 minutes), Lennard Kämna (Bora-Hansgrohe), Hugh Carthy ( EF -EasyPost), Alejandro Valverde (Movistar) ou encore Simon Yates (BikeExchange-Jayco). Conscient du danger, Ineos Grenadiers n’a jamais laissé trop de champ à ces grimpeurs mais ils étaient trop nombreux, trop costauds. Un premier groupe de huit s’est extirpé “en facteur”, ce que n’a pas empêché Hirt et Carthy de revenir, au terme d’un gros dans le Mortirolo. Ils n’ont plus été revus. Du moins, ni le Tchèque, ni Thymen Arensman (DSM), qui fut le premier à relancer derrière Kämna, sorti dans la descente de Teglio. More le Néerlandais a été contré par Hirt et, malgré une lutte jusqu’au dernier kilomètre, il n’a jamais pu revenir.

Martin présente ses excuses à son équipe : “Je ne suis pas au niveau sur cette course”

Vainqueur en début de saison du Tour d’Oman (et d’une étape), le Tchèque s’offre également la 5e victoire de sa carrière – sa plus belle largement – et continue le Giro (et début de saison) fantastique de son équipe , j’ai gâché les défaillances du jour de son chef Pozzovivo. En général, Hirt en profite pour rejoindre le top 10 (9e), juste devant un autre coureur de l’échappée, Alejandro Valverde (Movistar, 10e), qui a finalement fini avec vos faveurs.

Arrivés au sprint pour la 3ème place, Carapaz, Hindley et Landa ont été battus pour les bonifications et l’Australien de la Bora-Hansgrohe qui les a glané 4”, revenant aussi 3” du maillot rose. A moins d’une semaine de Vérone, rien n’est fait. Pour aucun des quatre premiers.

Tourner

Martin présente ses excuses à son équipe : “Je ne suis pas au niveau sur cette course”

J’AI DÉJÀ 2 HEURES

Tourner

Carapaz et Hindley inséparables, Almeida a (encore) limited, jour de gloire pour Hirt

J’AI DÉJÀ 2 HEURES

Leave a Comment