“Très heureux” à l’ASM, Mitchell veut revivre “de belles soirées à Louis-II”

Le directeur sportif britannique de l’AS Monaco, Paul Mitchell, s’est dit le bilan de la saison monégasque qui s’est terminée à la 3e place de Ligue 1, en finale de Ligue Europa et en demi-finale de Coupe de France. Souvent annoncé sur le départ, le directeur réaffirme son souhait de rester sur le Rocher pour continuer à faire grandir le club. Evoquant la confiance de son président, il refait surface après la nomination de Philippe Clément en remplacement de Niko Kovac, également pour le marché et celui à venir même avec ses ambitions pour le club de la Principauté.

Paul, quel sentiment avez-vous avec cette deuxième place en Ligue 1 qui s’est échappée dans les dernières secondes de la dernière journée ?

On aurait aussi pu finir quatrième (il sourit). Avant tout je suis fier de l’équipe et surtout de sa réaction depuis le mois de janvier. Je voulais voir de la cohérence dans ce groupe qu’est encore jeune et ils m’ont donné tout ce qu’ils avaient jusqu’aux derniers moments. J’ai toujours ce goût amer mais au fil des jours je ressens un sentiment de fierté. De janvier à mai, nous avons fait un travail incroyable en apprenant le même nom de points que le PSG.

Limoger Niko Kovac a beaucoup été critiqué, que ce soit par quelques observateurs ou supporteurs, mais Philippe Clément a su faire ses preuves… Comment le percevez-vous ?

Je n’aime pas regarder cette décision comme quelque chose de bon ou de mauvais et que les résultats vous donnent raison ou tort. C’était un moment durant lequel on ressentait qu’on avait besoin d’un changement, d’une nouvelle voix, on avait perdu six positions sur les derniers matchs… Nous voulions plus de cohérence dans le groupe, nous sentiments que certains les joueurs n’étaient pas maximisés dans leur potentiel et leur croissance. C’était le moment de changer. Quand vous faites un changement, 50 % des gens vont penser que c’est une bonne chose, 50 % le contraire, c’est la société moderne mais en interne, nous en savons un peu plus, nous pouvons ressentir ce qu’il se passe Dans le groupe, voir comment il se développe et ainsi utiliser notre expérience, nous mesures objectives pour suivre le développement de l’équipe. Nous avons eu l’opportunité de faire venir Philippe (Clément). C’est un gagnant qu’avait une gestion différente d’un groupe, qu’il pouvait porter cette nouvelle voix et apporter ce groupe plus loin. Comme toujours, c’est génial quand ça marche.

Votre recrutement fait aussi l’objet de multiples critiques cette saison. Certaines recrues sont révélées en fin de championnat. Êtes-vous satisfait de leur application ?

Je pensais que je suis. Comme lorsqu’on a ressenti que c’était le moment de changer d’entraîneur, sur un sentiment qu’il y avait plus de potentiel en général dans toute l’équipe. Si vous avez un joueur plus expérimenté comme Wissam Ben Yedder, regardez ce que les recrues ont changé pour lui. Ils ne sont pas dynamisés et ils réussissent une des saisons les plus prolifiques de sa carrière. Ils ont aussi un impact sur Youssouf Fofana par exemple. J’ai fini si pour la dernière saison mais n’a pas pu retrouver la même connexion et le même rythme avec l’entraîneur en début de saison. Nous savions que les que nous avions fait avaient du potentiel et des qualités mais qu’elles ne les avaient pas encore montrés. Je comprends que les supporters soient toujours frustrés que je ne les voie pas. Je pensais pouvoir dire maintenant la saison terminée que dans son ensemble, tous ont ajouté de la valeur à différents niveaux et de différentes manières. Globalement, on est content de la progression de l’équipe.

Être deuxième ou troisième, ce n’est pas la même chose pour un directeur sportif concernant le marché à venir…

C’est vrai que cela devient plus compliqué, je lui ai laissé devient plus agressif, il se réveille du Covid. Nous avons prévu, comme toujours, nous avons un objectif stratégique de croissance et de développement du club que nous donnons plus de clarté sur la position à voir la saison prochaine. Je pensais aussi à ce que nous avons fait ces dernières années, nous avons créé. Non seulement nous avons reconstruit les infrastructures mais aussi reconstruit l’image de Monaco en Europe. Je pensais que cela devrait nous donner une vraie force pour obtenir des bons profils et améliorer l’équipe.

Ce sera certain sans Aurélien Tchouaméni qui, selon nous, rejoindra Liverpool ou le Real Madrid…

(Rires) Je n’ai pas de préférence pour être honnête. Comme toujours lorsque vous venez un joueur, il faut une rémunération équitable. Le marché est différent chaque année. Tout le monde peut se rendre compte du meilleur joueur qu’est Aurélien mais tout le monde sait aussi qu’on est un club ambitieux avec un actionnaire ambitieux donc non je n’ai aucune préférence quand on parle de le vendre. Il faudra être très agressif en termes d’offre pour que nous puissions perdre un joueur aussi incroyably doué.

Oui, Philippe Clément a dit qu’il serait difficile de trouver un joueur de son calibre pour le remplacer. Commenter d’avance ?

C’est bien pour cela qu’il est si recherché (rires), il semblerait que j’ai laissé ce genre de choses généralement assez intelligentes surtout dans les clubs dont tu parlais un jour. C’est pour cela que sera incroyablement difficile mais nous essaierons d’augmenter la pleine capacité de l’équipe. Je pensais qu’il était important de continuer à construire l’équipe et de se concentrer uniquement sur les individus qui la composent. Nous avons un style de jeu très compétitif et pour ce serait une marque de succès de construire le volume de l’équipe et la qualité de l’ensemble du groupe parce que nous allons aussi sortir de la pré-saison avec des matchs qui s’ enchaînera jusqu’à la mi-septembre. C’est pour cela que je pensais remplacer Aurélien Tchouaméni en ce moment-ce serait une tâche difficile mais ce serait pour n’importe quoi.

Vous concernant, votre nom est beaucoup revenu en Angleterre, les rumeurs ont été persistantes. Serez-vous encore à Monaco la prochaine saison ?

Mon envie est de rester ici bien sûr, on m’a beaucoup posé la question cette saison. Il s’agit aussi d’une question de principe sur l’accord que je peux avoir avec Dmitry Rybolovlev, sur la façon dont nous devons travailler ensemble, ce que nous voulons pour le club et comment nous voulons qu’il soit vu. Nous avançons dans une direction très moderne, avec des innovations, un processus, des personnes formidables et une culture riche. Je pensais que le club méritait tout cela. Je suis très heureux ici. Nous commençons un voyage et c’est déjà très excitant mais c’est aussi pour cela que j’ai plus de gris sur ma barbe. J’aimerais continuer ce voyage avec l’AS Monaco comme je l’ai toujours dit depuis que nous avons cet accord, cela fait maintenant deux ans. Si nous nous tenons à cette façon de travailler des deux côtés, alors l’équipe et moi-même progressons avec le club.

Une fois que vous êtes dérangé par qui peut dire dans la presse cette saison et une fois que vous êtes soulage d’avoir le soutien de votre président ?

J’ai toujours senti du soutien pour être honnête. Je pensais que j’ai eu, avec les gens qui m’ont rencontré pendant cette période dont le Président, des discussions très ouvertes. Quand j’ai il y a deux ans, nous nous sommes dit que nous travaillerons dans la transparence et que nous garderons une ligne de communication du mieux que nous le réussirons. Je n’ai donc pas été surpris du soutien help même quand cela allait un peu moins bien. Notre actionnaire a compris la façon dont nous ne voulions pas travailler, le délai nécessaire à la livraison et la construction de nos infrastructures et des plateformes que nous avons mises en place.

L’objectif pour la saison prochaine, c’est d’éviter cette troisième et se qualifier directement pour la Ligue des Champions ?

L’objectif reste toujours d’être compétitif dans le haut de la Ligue 1 et cela devient de plus en plus difficile. Au cours des deux dernières saisons, je me suis aperçu à quel point la Ligue 1 est devenue compétitive même si je le savais déjà. La preuve, j’ai toujours essayé de recruter certains de ses meilleurs joueurs avant d’arriver à Monaco, comme Mukiele ou Nkunku par exemple. Les valeurs de transferts augmentent, la concurrence devient de plus en plus féroce, il est de plus en plus difficile d’arriver dans les derniers tours de coupe nationale. D’ailleurs c’est quelque chose qui a peut-être été un peu négligé, le fait qu’on arrive en finale l’année dernière et qu’on soit éliminé aux pénalités en demi-finale cette saison. C’est aussi difficile d’arriver en huitième de finale d’une compétition comme la Ligue Europa mais Monaco a besoin de ça. Le club à baiser de jouer des gros matchs, des relevés et toujours avoir l’ambition d’être présent dans ces rendez-vous. Nous pouvons être enthousiastes à l’idée de ramener le club vers ce type de matchs, vers de belles soirées au Stade Louis-II ou des finales de coupe.

Proposés par Clément Brossard

Leave a Comment